1.3.7 Sherlock Holmes : Bédés Jeunesse

 

 

I. Sherlock Holmes - La BD dont vous êtes le héros : Ced

  1. Sherlock Holmes - La BD dont vous êtes le héros !
  2. Quatre enquêtes de Sherlock Holmes
  3. Sherlock Holmes & Moriarty associés

 

II. Le Chien des Baskerville : Arthur Conan Doyle / Richard Unglik

  1. Sherlock Holmes et le chien des Baskerville (Playmobil)

 

 

 

 

Titre : Sherlock Holmes & Moriarty associés - La BD dont vous êtes le héros


Auteur : CED

Dessinateur : Boutanox
Édition : Makaka (15/11/2015)

Résumé :

"Vol, mort, enlèvement : Sherlock Holmes et le docteur Watson sont confrontés à des faits bien étranges pendant leur voyage en train.


Mais le plus troublant ne serait-il pas la collaboration inédite entre le célèbre détective et son ennemi de toujours, James Moriarty ?


Entrez dans la peau de Holmes, Watson ou Moriarty, interrogez les suspects, relevez les indices et résolvez les enquêtes, car le héros, c'est vous !"

Critique

3ème livre que j'achète et je confirme qu'avec lui, on n'est pas volé car on aura plusieurs heures de plaisir en jouant avec lui et en le tripotant dans tous les sens.


De plus, on peut choisir entre jouer avec Holmes, ou bien avec le docteur Watson et, grande nouveauté, on peut aussi jouer avec Moriarty.


Trois enquêtes à résoudre et je vous conseille fortement la prise de notes afin de ne pas vous perdre dans le fil lors du ramassage d'indices en tout genre. À force de voyager dans le livre, on a tendance à oublier quel personnage nous a dit quoi.


Par rapport aux deux précédents, cette fois-ci, nous avons une couverture cartonnée et un nouveau dessinateur, mais pour le reste, on ne change pas une recette qui marche. Purs moments de plaisir garantit.


Durant ma lecture/enquête, mes neurones ont fumé comme la cheminée d'une vieille loco.


Pour une fois, j'avais trouvé tous les coupables, même si j'avais hésité entre deux et suspecté un d'être complice alors qu'il était innocent comme l'agneau qui vient de naître.


Le rythme ne vous laisse pas le temps de vous reposer, vous passez d'un endroit à l'autre du livre, observant bien toutes les cases afin de trouver des petits chiffres bien cachés, des diamants disséminés un peu partout et essayer de craquer les codes (j'y arrive jamais).


Oui, faut pas relâcher son attention et il faut être plus concentré que le lait de chez Nestlé !


L'aide de Wiggins m'aurait été précieuse, mais il n'est pas évident de le faire entrer dans la danse, c'est même complexe et il m'aurait fallu un sacré coup de chance.


Allez, maintenant je retourne jouer, mais plus avec Watson cette fois-ci, mais avec Holmes et puis, si je me sens suicidaire, je me ferai Moriarty.


Me voici de nouveau face à quelques heures de jeu ! Et vu que j'ai tout oublié des coupables des deux premiers livres, je peux me les refaire aussi !


C'est que de l'amusement ces bédés dont je suis le héros !

 

Challenge "Thrillers et polars" de Sharon (2015-2016), le Challenge "Polar Historique" de Sharon, le Challenge "Sherlock Holmes" de Lavinia sur Livraddict, le Challenge "Victorien" chez Arieste, le Challenge "XIXème siècle" chez Netherfield Park et "A year in England" chez Titine.

 

 

 

Titre : Quatre enquêtes de Sherlock Holmes


Auteur : Ced
Édition : Makaka (2014)

Résumé :

C'est la panique à Baker Street ! Ces derniers temps, les clients affluent dans l'appartement de Sherlock Holmes. Vols, disparitions, meurtres… Il semblerait que tout Londres ait besoin du célèbre détective. Mais quelles enquêtes mener en priorité ?


C'est à vous, qui incarnez le docteur Watson, d'agir activement aux côtés de Holmes. Indices, témoins, preuves, vous ne devrez rien négliger pour trouver les coupables.


À moins que ces crimes ne soient le fait d'une seule et même personne ?


Critique : 

Sherlock Holmes a reçu, de manière anonyme, plusieurs mystères à résoudre et signifie à Watson qu'il ne veut pas de lui sur ces enquêtes parce que son étroitesse d'esprit le freinerait au lieu de le servir...

 

Sympa, non ? Mais puisque dans ces mystères il y en a un qui lui semble être un coup monté et que c'est à deux pas, il charge Watson de l'affaire du chat de Baker Street.

 

Cette fois-ci, en plus de l'affaire du chat, vous devrez résoudre trois mystères, trois enquêtes où vous pourrez être Holmes ou Watson, ce dernier étant privilégié quant au nombre de questions qu'il a le droit de poser.

 

Si l'opus précédent était amusant, bourré de situations cocasses, de bonnes réparties et toussa toussa, celui est plus sérieux, le but du jeu étant de ne pas nous distraire de notre rôle d'enquêteur.

 

Pas de filature, pas de déguisement à enfiler, pas de possibilité de mourir non plus, ici, nous sommes dans le plus pur style du "Whodunit" ( c'est-à-dire "qui l'a fait ?"), avec quatre énigmes à résoudre.

 

L'avantage, par rapport aux anciens romans "dont vous êtes le héros", c'est qu'il ne faut aucun autre matériel qu'un crayon. Laissez tomber les dés...

 

Par contre, soyez attentifs pour ne pas rater des indices ou des numéros cachés qui pourraient vous mener droit à des indices importants. Moi même, j'en ai raté quelques uns.

 

Bilan final ? Deux enquêtes réussies, une que j'ai totalement foiré et une autre où, hésitant entre deux suspects, j'ai malheureusement joué le mauvais chameau.

 

On passe assez bien de temps à manipuler le livre dans tous les sens, ce qui nous fait passer quelques heures très agréable à se creuser les méninges avant la solution finale des enquêtes.

 

Je me suis amusée comme une petite folle et je compte le ré-ouvrir dans peu de temps afin de voir ce que j'ai loupé comme indices importants.

 

Challenge "Thrillers et polars" de Canel (2014-2015), le Challenge "Polar Historique" de Sharon, le Challenge "Sherlock Holmes" de Lavinia sur Livraddict, le Challenge "Victorien" chez Arieste et le Challenge "XIXème siècle" chez Netherfield Park.

 

 

 

 

Titre : Sherlock Holmes - La BD dont vous êtes le héros !
 
Auteur : Ced
Édition : Makaka (2013)

Résumé :

A Baker Street, Sherlock Holmes est en ébullition depuis la nouvelle apportée par Scotland Yard : le grand romancier Ames Douglas a été empoisonné ! Tout semble désigner un suicide, mais une note comportant un message codé persuade le célèbre détective du contraire…

 

Entrez dans la peau du docteur Watson et menez l’enquête aux côtés de Sherlock Holmes : décidez des pistes à suivre, relevez les indices et
découvrez la signification de ce message codé, qui mènera au coupable !

 

Critique : 

J'avais complètement zappé cette petite bédé sur Sherlock Holmes, heureusement que le post d'une chronique sur un blog (consultingblogger.fr) m'a rappelé mon erreur. Je me suis mise en chasse immédiatement afin d'acquérir cette bédé dont je serais, ni plus ni moins, que le docteur Watson himself !

 

Cette technique du lecteur qui joue un rôle dans un roman n'est pas nouvelle sous le soleil, toute jeune déjà, j'avais acheté les livres où le lecteur était le héros (ceux consacrés à Holmes, of course), mais là, il fallait une paire de dés, un carnet de notes et c'était des romans, avec juste quelques illustrations, pas des bédés comme celle que j'ai acheté maintenant.

 

Ici, pas besoin de dé ou de carnet de notes (une feuille volante suffira), mais l'interactivité y est bien présente. Un vrai plaisir que de résoudre la mort par empoisonnement du romancier Ames Douglas.

 

L'enquête est bien scénarisée, les pistes sont nombreuses, multiples, même, laissant la possibilité de trouver la solution par d'autres chemins ou de se faire aider un peu par Holmes.

 

Mes seules critiques seront pour les dessins : Holmes ressemble à une caricature de Benedict Cumberbatch ("Sherlock" à la BBC) et il y a comme des imitations de taches de graisse sur les dessins... ça gâche un peu le tout, mais cela lui donne un cachet comme s'il avait été feuilleté souvent.

 

Le canon est bien respecté (hormis le hiatus de 5 ans), l'enquête est originale et tellement bien trouvée que j'ai compris - un peu tard - qui était le véritable coupable (là aussi, les fausses pistes sont bien trouvées).

 

Par contre, ma fougue et mon mépris du danger m'ont desservis puisque je suis morte deux fois (du moins, mon personnage de Watson), je suis responsable de la mort de Holmes et un innocent est mort, dû à un mauvais choix d'action de ma part. Oups ! Game Over...

 

Le code secret m'a fait suer et heureusement que les indices étaient là, distillé à bon escient par Holmes. Le code étant important pour la suite.

 

Par contre, je n'ai pas foiré dans mes déguisements, ni dans mes filatures, ayant choisi les bonnes personnes à suivre. Quant aux questions à poser à la veuve et au majordome, j'ai évité les questions qui fâchent.

 

Bref, je me suis amusée comme une petite folle avec cette bédé aux multiples possibilités.

 

Pour vous dire, une fois l'enquête terminée, j'ai feuilleté le petit livre afin de voir ce qu'il se serait passé si j'avais suivi telles ou telles pistes, posé telles ou telles question et je compte bien approfondir ma recherche pour ne rien rater de cette bédé.

 

De plus, une image à la fin laisse sous-entendre que tous les mystères ne sont pas levés et que nous pourrions avoir un autre épisode. En tout cas, il y a encore une enquête à résoudre sur le Net.

 

Livre participant au Challenge "Thrillers et polars" de Liliba (2013-2014), au Challenge "Polar Historique" de Samlor (repris par Sharon), au Challenge "Sherlock Holmes" de Lavinia sur Livraddict, au Challenge "I Love London II" de Maggie et Titine, au Challenge "Victorien" chez Arieste et au Challenge "XIXème siècle" chez Netherfield Park.

 

 

 

Titre : Sherlock Holmes et le chien des Baskerville


Scénario Origninal : Arthur Conan Doyle
Auteur : Richard Unglik  


Édition : Casterman (2013)

Résumé :

Photographe de talent, Richard Unglik est l'inventeur d'un concept unique et hors-norme : la reconstitution d'univers entiers à l'aide de figurines et d'éléments Playmobil.

 

Les véritables tableaux qu'il compose de cette manière sont photographiés un à un, et organisés de manière à raconter une histoire.

 

Outre leur précision et l'ampleur du travail qu'elles requièrent, ces images truffées de clins d'oeil complices sont également remarquables par leur drôlerie.

 

Après avoir publié avec succès trois titres d'inspiration plutôt documentaire, Richard Unglik s'est décidé pour la première fois à se lancer dans une fiction, librement inspirée de l'un des plus grands classiques de la littérature policière : "Le Chien des Baskerville", probablement la plus célèbre enquête du non moins célèbre personnage de détective inventé par Conan Doyle, Sherlock Holmes.

 

Jouant à la fois du réalisme, du fantastique et bien sûr de l'humour, il propose une version de l'enquête de Sherlock Holmes autant à voir qu'à lire, en phase avec les modes de lecture du jeune public.

 

Comme toutes les créations précédentes de Richard Unglik, un bel album ludique qui séduira autant les jeunes lecteurs, que les adultes un peu nostalgiques, sensibles à sa sophistication et à son regard décalé.

 

Critique : 

Le Chien des Baskerville aura toujours une saveur particulière pour moi... En effet, c'est avec ce roman, acheté juste parce qu'il portait la mention "chien" dans son titre, que je suis entrée de plein pied dans le monde des romans policiers, des romans d'adulte et celui de Sherlock Holmes. J'avais 13 ans.

 

Alors, si mon roman fétiche est reconstitué à l'aide des scènes et décors entièrement réalisés en Playmobil, les jouets de mon enfance, ce ne pouvait qu'être une bonne idée de me le faire offrir. 

 

Premières impressions ? Bonnes, très bonnes... Merveilleux, même. Dès la première page, l'auteur, photographe de profession, nous présente les protagonistes de cette aventure dans une mise en page des plus soignée et foisonnante d'accessoires.

 

Aucun détail n'est laissé de côté et l'auteur nous propose un mélange entre des personnages Playmobil et d'autres accessoires plus réalistes, tel une plume pour écrire, un sceau, des notes manuscrites, des photos, le dossier "confidential" de Holmes que Scotland Yard possède sur lui...

 

Juste une chose m'a titillé : l'auteur, dans la fiche de Holme, note qu'il a les yeux "bruns" tout comme ses cheveux. Heu ? Holmes a les yeux gris et les cheveux noirs...

 

Bon sang, mais c'est bien sûr ! Nous sommes dans l'univers des Playmobil, ils ont tous la même couleur d'yeux. Par contre, Holmes ne jouait pas aux échecs... C'était juste un point de détail que je soulèverai.

 

Rien à redire sur la mise en scène des personnages et des intérieurs ; génial ! Sans oublier un plan de Londres sur lequel j'ai passé mon temps à relever tous les petits détails, dont 4 types qui traversent un passage pour piétons à Abbey Road.

 

La mise en scène est parfaitement réalisée et photographiée, la reconstitution de l'aventure est parfaite, mêlant des scènes de vie à Baker Street, de la rue, de l'enquête sur la lande, avec des scènes qui nous donneront des frissons !

 

Puisque rien n'est laissé au hasard et que le travail est soigné, l'auteur nous offre en prime quelques doubles-pages que l'on peut admirer les scènes playmobilesque durant un temps indéfini, cherchant toutes les petites choses insérées.

 

Il a même poussé le sens de la mise en scène en incluant l'article relatant la mort de Sir Charles Baskerville au milieu d'autres coupures de presse du journal. Nous avons un article sur la mort de deux prostituées de Whitechapel, sur l'essor des grands magasins et j'ai appris que Harrods avait brûlé en 1883.

 

Qui dit "adaptation" de la très célèbre affaire du chien des Baskerville dit "petits changements".

 

Je ne les relèverai pas ici, ils sont nombreux, mais c'est naturel, il en fut de même à chaque adaptation du roman pour le théâtre, la télé ou le cinéma. Ces petits changements étaient nécessaire pour alléger le récit.

 

Cet album, en plus de me ravir de par sa formidable adaptation, m'a refait plonger dans une partie de mon enfance puisque Baskerville Hall a été reconstitué avec des pièces du château-fort que je possédais, enfant. J'ai même reconnu la charette dans la ferme de Merripit.

 

Bref, l'exstase totale. Un travail de titan, un résultat à la hauteur de mes espérances, un magnifique rendu sur papier des décors avec les petits bonshommes,  un soucis du détail poussé à l'extrême, tout ça nous donnant un album époustouflant qui est là pour plaire aux jeunes et à leurs parents, qu'ils soient holmésiens ou pas.

 

"En avant les histoires" est le slogan de Playmobil, ma foi, on s'amuserait bien encore un peu avec...

 

Livre participant au Challenge "Thrillers et polars" de Liliba (2013-2014), au Challenge "Polar Historique" de Samlor (repris par Sharon), au Challenge "Sherlock Holmes" de Lavinia sur Livraddict, au Challenge "I Love London II" de Maggie et Titine, au Challenge "Victorien" chez Arieste et au Challenge "XIXème siècle" chez Netherfield Park.


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...