10.1 Chik Litt

 

 

 

 

 

 

Titre : Deux Garçons bien sous tous rapports
 
Auteur : William Corlett
Edition : France loisirs (2000) / Presse Pocket (2000)


Résumé :

Il fallait bien que cela arrive un jour et tant mieux, le gay vaudeville est né. Sans doute, l'homosexualité a-t-elle déjà été traitée dans ce genre théâtral mais plus sûrement dans des seconds rôles ridicules que dans l'objectif d'affirmer le droit à la différence.

 

Vaudeville et théâtre donc, car si le livre est bien un roman, toute son action se déroule quasiment dans un même lieu et dans un espace-temps délimité.

 

Bellingford est un petit village tranquille, dominé par un château dans lequel Richard, riche Londonien de 70 ans, vient s'installer avec Bless, son jeune amant.

 

Au village, on guette fiévreusement l'arrivée des nouveaux occupants. L'épicière sournoise, le vieux général à l'étroit dans ses principes ou les middle class du nouvel ensemble résidentiel, tous s'apprêtent à accueillir à leur façon les nouveaux châtelains.

 

Mais, comme dans les meilleures farces, rien ne va plus quand débarque au château une femme ensorcelée, une motarde lesbienne et son frère, un séducteur bisexuel beau comme une statue grecque.

 

Sans oublier les personnages du village tels le pasteur honteux, le jardinier ésotérique ou la gouvernante impertinente, chacun entrant et sortant du récit dans une suite de malentendus hilarants.

 

Mais l'auteur sait également rompre avec la farce classique, par l'élégance de son style, la tendresse et, au bout du compte, la victoire de la fantaisie et du non-conformisme sur les préjugés et les traditions hypocrites.

 

 

Critique :

 

Une jolie pépite, ce roman que j'avais acheté chez Belgique Loisirs. Très joyeux, pour ne pas dire très gai... ou gay...

 

Le paisible village de Bellingford, niché au creux de la campagne anglaise, est en ébullition.

 

Deux messieurs... sans lien de parenté, de ceux qui partagent tout, oui, deux messieurs comme ça...qui habitent ensemble.

 

Bless (la vingtaine, blond, ex-comédien, designer de vêtements sans clients et pauvre comme Job) et Rich (la quarantaine, riche producteur).

 

Depuis leur arrivée, le village se partage entre ceux qui sont hostiles à la présence de sodomites dans un Respectable Village Anglais, ceux qui s'en fichent ; ceux qui songent à leur soutirer de l'argent et ceux qui ne voient pas ce que deux hommes pourraient faire de répréhensible ensemble, telle la femme du Brigadier.

 

Humour et second degré parsème ce bouquin que j'ai dévoré il y a plus de dix ans, quand ce genre de littérature était peu commune. Ce qui est rare est cher et ce livre est cher à mes zygomatiques car il les a fait travailler.

 

Que de quiproquos, de réparties fines, sans les parties fines, car le livre reste propre.

 

Comme dans un vaudeville, les personnages sont très typés, caricaturaux presque et réussis.Le jeune héros, Bless est très plaisant, de même que son amant Rich et les seconds rôles sont réjouissants, surtout ceux des villageois.

 

Un bon roman vaudevillesque, léger, plaisant, joyeux (ou gay) avec le défaut que la critique sociale n'est pas très poussée (on est très très très loin d'un roman engagé), et le happy end est obligatoire.

 

Mais ce n'est pas pour cela qu'on le lit, mais pour rire, passer du bon temps et se dérider les zygomatiques en lisant. Si, si, ça fait du bien, beaucoup de bien !!

 

 

 

 

 

Titre : Trois mariages et un divorce
 
Auteur : Jeanne Ray
Edition : France loisirs (2006) / Presse de la Cité (2005)


Résumé :

Tout commence par un coup de téléphone... Celui que reçoivent Caroline et Tom McSwain alors qu'ils s'apprêtaient à dîner en tête à tête.

 

Au bout du fil, leur fille Kay qui, pleurant des larmes de bonheur, leur apprend qu'elle vient d'être demandée en mariage par le plus beau parti de la région. Leur joie serait à son comble si cette bonne nouvelle n'était immédiatement suivie d'une autre, nettement moins réjouissante : cette fois, c'est Taffy, la soeur cadette de Caroline, qui leur annonce, éplorée elle aussi, que son mari vient de la quitter pour une " créature " de deux ans moins âgée que sa propre fille !


Commence alors pour la famille McSwain une succession d'événements tragi-comiques au cours desquels les couples se feront et se déferont dans un étourdissant tourbillon digne des meilleures comédies à l'américaine.


Un roman plein de fraîcheur, d'optimisme et de joie de vivre : un vrai régal !

 

 

Critique :

 

Encore un roman de la collection Piment qui m'avait fait rire, lors de mes vacances2011.

 

C'est vraiment le genre de roman que j'aime emmener avec moi dans mes valises, parce que je suis sûre de passer un bon moment de franche rigolade.

 

Ici aussi, les portes claquent : un qui entre, l'autre qui sort, votre fille qui se marie, votre soeur qui divorce, et vu que le futur mari de votre fille est plein aux as, vous compter déjà la somme que vous pourrez réunir si vous liquidez votre épargne pension et.... mince, pas assez !

 

Dialogues croustillants, acerbes, personnages agréables, même si parfois, on frôle le "too much", le livre est fait pour.

 

Vous vous doutez de la fin, mais ce n'est pas grave, on passe un bon moment de détente à le lire.

 

 

 

 

 

Titre : Petites embrouilles et pieux mensonges
 
Auteur : Elizabeth Young
Edition : France loisirs


Résumé :

Que faire lorsque, comme Sophy, on est célibataire, la trentaine, et dotée par la nature d'une mère un brin impatiente de se retrouver grand-mère ?

 

Réponse : on s'invente un petit ami tout droit sorti des contes de fées. Et que faire lorsque sa sœur cadette se marie (la traîtresse!), et que l'on doit produire le susdit prince charmant ?

 

Après avoir envisagé frénétiquement les solutions les plus loufoques incluant la mort du beau boyfriend dans un tragique accident, Sophy a LA solution : engager un chevalier servant pour l'occasion ! Le jour fatidique approche.

 

Sophy va-t-elle se sortir de ce pieux mensonge ? C'est compter sans le charme inattendu de l'irrésistible Josh, prêt à se glisser dans les chaussures de luxe du séduisant golden boy inventé par Sophy...

 

Critique :

 

Si j'avais eu une mère aussi chi**** que celle de Sophy, l'héroïne, je pense que j'aurais fait tout comme elle !

 

Devant sa mère qui la harcèle, elle se crée un petit ami. Pas très malin, je sais, mais sa mère est une chieuse née.

 

Ok, mais que faire quand votre sœur, cette traîtresse, décide de se marier avec un beau parti, et ce, très vite ?? Dans le genre : la semaine prochaine.

 

Ho ! Elle aurait pu attendre un peu, la frangine ! Au lieu de ça, sa précipitation va pousser Sophy à trouver LA solution pour son petit ami imaginaire : un escort boy !! Oui, elle va louer un mec dans une agence... et bardaf, c'est l'embardée ! (pas tout de suite...).

 

On souriait déjà dès le début de la lecture avec les répliques des personnages, mais dès que Sophy emmène son mec loué de chez "Loue Mon Loulou" (nom donné à l'agence par son colocataire), elle prend le risque de s'emberlificoter dans son mensonge...

 

Obligé de croiser les doigts et tout le reste pour que son plan ne foire pas et que personne ne sache jamais d'où provient son mec...

 

Oui, mais, voilà, si tout se passait bien, le livre manquerait d'humour et de piquant.

 

Donc, faut bien que les emmerdes lui tombent dessus, mais pas toutes en même temps, faut en garder pour l'après-mariage.

 

Dialogues qui m'ont fait rire, personnages bien travaillés, chacun mettant du sien dans le naufrage de Sophy (l'enfer est pavé de bonnes intentions, c'est bien connu), une héroïne à la limite du parano, parfois (mais on l'excuse), un escort boy tout calme, des rebondissements régulièrement, une fin qui, même si elle était prévisible, ménage tout de même des surprises.

 

A lire pour se détendre, pour passer du bon temps avec un Vaudeville sans temps mort, ou juste un bref moment pour reprendre son souffle.

 

 

 

 

 

Titre : Un tout petit mensonge
 
Auteur : Francesca Clementis
Edition : France loisirs (2006)


Résumé :

Omissions, déformations et autres révélations, une irrésistible comédie de mœurs à l'anglaise. Ou les aventures cocasses d'une adorable menteuse...

 

En règle générale, Lauren n'est pas vraiment encline au mensonge.

 

Le problème, c'est qu'elle n'est pas très à l'aise en société. Elle a beau être une redoutable femme d'affaires, quand elle sort, elle se transforme en reine des gaffes.

 

Pas facile, dans ces conditions, de lier connaissance. Aussi, quand on lui présente Chris, un garçon tout à fait charmant, voire franchement séduisant, elle se dit qu'il serait temps de montrer à quel point elle peut être brillante et spirituelle.

 

Quitte à déformer légèrement la vérité.

 

Pas grand-chose, trois fois rien... juste de quoi déclencher une cascade de quiproquos et bouleverser la vie de tout son entourage...

 

 

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...