4.2 Erle Stanley Gardner : Perry Mason

 

 

La collection Mystère porte bien son nom…

 

Sven Nielsen, fils de libraire, s’installe à Paris dès 1924, et travaille longtemps chez Hachette, avant de fonder en 1944 Les Presses de la Cité.

 

Au lendemain de la seconde guerre mondiale Nielsen se lance dans la publication d’auteurs à succès tels Peter Cheyney ou Georges Simenon. Les lecteurs étant au rendez-vous, Nielsen décide de pousser l’avantage en créant une nouvelle collection « Un Mystère » (Le label Un Mystère existe en fait depuis 1946, avec neuf titres hors série publiés jusqu’en 1952 dotés d’une numérotation en chiffres romains)

 

La collection débute avec Visages de rechange d’Erle Stanley Gardner, sous forte influence américaine : couvertures en couleur au format 11,2 x16,5 cm reprises ou adaptations d’illustrations de paperbacks. La collection tranche avec la présentation nettement plus austère du Masque ou de la Série Noire.

 

C’est par superstition que Sven Nielsen choisit comme logo le petit éléphant assis et lisant, pachyderme porte-bonheur selon lui.

 

Intégrale des romans de Erle Stanley Gardner se trouve ICI

 

Non! Perry Mason n'a pas toujours été l'avocat ventripotent officiant dans la jet-set et démasquant le coupable en pleine plaidoirie comme nous l'a présenté TF1 dans les années 90.


Ce fut d'abords un avocat athlétique, sous les traits de Raymond Burr, dans une série des années 50 (1957-1966 ; 271 épisodes).

 

Puis ce fut, toujours avec Raymond Burr, l'avocat susnommé qui "égaya" nos lymphatiques dimanches après-midi sur TF1 (30 téléfilms de 1985 à 1995).


Mais bien avant de squatter le petit écran, Perry Mason fut le héros de plus de 80 romans d'Erle Stanley Gardner de 1933 à 1972.

 

Dans les livres Perry Mason nous est présenté comme beaucoup plus dynamique que nous pouvions nous l'imaginer au vu de la série des années 80.

 

Perry Mason est l’un des avocats les plus célèbres de tout Los Angeles.

 

Lorsqu’il est certain de l’innocence de son client, Perry Mason met tout en œuvre pour que la vérité éclate aux yeux de la justice. Au cabinet, la secrétaire Della Street veille aux bons soins de son patron.

 

Le détective privé Paul Drake (et plus tard Paul Drake Junior) enquête, quant à lui, sur le terrain pour le bien de l’affaire.

 

Face au District Attorney, dans l’enceinte du tribunal, l’avocat révèle toujours le nom du coupable, à la fin de son plaidoyer, dans l’ultime coup de théâtre.

 

 

Listes des livres avec Perry Mason

 

 

 

 

 

 

Titre : Visages de rechange
 
Edition :  Presses de la Cité Collection "Un mystère" n°1  (1949)


Résumé :

Perry Mason se précipita à la lice du grand paquebot qui filait vers San Francisco. Trop tard, l'homme s'était déjà englouti dans les flots déchaînés.

Quand, plus tard, le commissaire du bord fouilla sa cabine, Perry Mason apprit que le disparu s'appelait Carl Lewbney. Ce nom n'était pas inconnu pour Perry Mason, à qui, quelques instants auparavant, Mme Lewbney avait fait part de ses inquiétudes.

On avait volé dans son cadre, une photo de sa fille et on l'avait remplacée par une autre photo étonnamment semblable. Mais pourquoi et comment Carl Lewbney avait-il été précipité dans les flots ?

 

Jamais Perry Mason ne fut plus près d'un échec que dans cette affaire. La vérité ne se fit jour pour lui que beaucoup plus tard, quand il apprit le mobile du crime en mer et la bizarre explication des "Visages de rechange".

 

 

 

 

Titre : Le canard qui se noie
 
Edition : Presses de la Cité, Coll. "Un Mystère" n° 191 (1954)


Résumé :

Je m'appelle Witherspoon, John L. Witherspoon et j'aimerais vous consulter... professionnellement.

- Je ne m'occupe que des affaires qui me semblent vraiment attrayantes. La routine ne m'intéresse pas.

- Je crois que celle-ci a de quoi vous plaire... Ma fille Loïs est sur le point d'épouser un jeune homme qui termine ses études. Loïs, a vingt et un ans; lui, quelque six mois de plus. Il s'intéresse beaucoup à la physique et la chimie... C'est un garçon particulièrement intelligent. Mais il ignore qui il est.

- Vous voulez dire qu'il ne connaît pas son père ?

- Ni son père, ni sa mère. La femme que Marvin Adams - c'est son nom - avait toujours considérée comme sa mère, lui a révélé, avant de mourir, qu'il avait été kidnappé à l'âge de trois ans.

- Intéressant, fit Mason en regardant la pointe de ses chaussures. Et qu'en dit votre fille ?
- Elle dit...
- Si tu me laissais le dire moi-même, papa ?...

 

Critique :

Ce que j'ai toujours apprécié, dans les romans consacré à l'avocat américain Perry Mason, hormis le côté policier mêlé au juridique et aux procès dans les Cours de justice ou les Tribunaux, ce sont les titres marrants.

 

"Le canard qui se noie" (The Case of the Drowning Duck) ne déroge pas à la règle !

 

De quoi ça cause ?

 

Avant toutes choses, je dois vous en préciser une importante : oubliez le vieux monsieur que vous avez peut-être vu à la télévision (dans les années 85-90) et qui était joué par Raymond Burr ! Bien que le même Raymond Burr ait joué le rôle de l'avocat dans une série des années 50 (de 1957 à 1966 - 271 épisodes). Mais c'est celle des années 90 qui nous a marqué.

 

Donc, Perry Mason, dans les romans d'origine, est loin d'être un vieillard, c'est une jeune avocat d'une trentaine d'années, il est grand, élégant, il est jeune, il est beau et je ne sais pas s'il sent bon le sable chaud... Sûrement.

 

De même pour sa secrétaire Della Street : elle est jeune, bien roulée, à cent lieue de l'honnête grand-mère qui l'interprétait dans la série. Par contre, oui, elle a un gros faible pour son patron et vice-versa.

 

Quand au détective, oubliez aussi le détective gaffeur Ken Malanski ! Dans les romans, c'est Paul Drake et il est autrement plus débrouillard que sa copie télévisée.

 

De plus, nous sommes dans les années de l'après guerre, fin des années quarante ou début des cinquante (en 54 dans ce roman) et à cette époque, on ne prévient pas son détective privé à l'aide d'un texto/SMS, mais on cherche une cabine publique ! Le télégramme est toujours d'application aussi. Cela est plus amusant quand les choses sont moins simples.

 

Nous sommes prêts ?

 

John L. Witherspoon, homme richissime, consulte professionnellement Perry alors que celui-ci passe des vacances avec sa secrétaire... Ce dernier est peu emballé par l'affaire du monsieur, de prime abord.

Que lui veut-il, à Perry ? Sa fille Loïs (20 ans, elle est belle et futur riche) est sur le point d'épouser un jeune homme (Marvin Adams) qui termine ses études, adore la chimie, les sciences et les expériences avec des canetons. C'est un garçon particulièrement intelligent. Mais il ignore qui il est.

Vous me direz qu'il n'a qu'à consulter sa carte d'identité... Oui, mais, ce n'est pas si simple !


La femme qu'il a toujours considérée comme sa mère, lui a révélé, avant de mourir, qu'il avait été kidnappé à l'âge de trois ans. Hé, ça change tout, non ?? Qui est papa ? Qui est maman ? That is the question...

 

Intrigué, le futur beau-père a fureté un peu et qu'a-t-il découvert ? Que le fiston est bien le fils de sa mère (qui avait menti sur son lit de mort, la garce, croyant aider le fiston) et de son père et que ce dernier, loin d'être un milliardaire, était un meurtrier et fut pendu pour le meurtre de son associé (je ne dévoile rien, on l'apprend très vite). Oups, gênant lorsqu'on aime la fille dudit milliardaire, non ?

 

Pourtant, certains détails dans les minutes du procès dérangent Perry. Là, il est chaud bouillant pour enquêter sur un meurtre vieux de 18ans !

 

Entretemps, notre Marvin, féru de science, avait démontré devant plusieurs personnes que l'on pouvait noyer un caneton sans le toucher.

 

Le truc ? Ajouter un produit dans l'eau qui annihile le pouvoir imperméable des plumes du caneton, les faisant alors se gorger d'eau et couler (d'où le titre du roman).

 

Attention, je précise qu'aucun caneton mignon n'est mort dans l'expérience, Marvin le repêchant à chaque fois !

 

Comme les emmerdes ne se déplacent jamais qu'en paquet de dix, voilà ti pas qu'on découvre le cadavre d'un détective et que, dans son aquarium, il y avait un caneton qui se noyait !

 

Quand on sait que ce détective avait été engagé par monsieur Witherspoon-Plein-De-Fric pour enquêter, avant, sur les origines de son futur gendre... Directement tous les regards se portent sur Marvin...

 

Arme du crime ? Acide chlorhydrique versé dans un pot, avec une pincée de cyanure pour assaisonner le tout. Mortel le gaz !

 

Et beau-papa, il serait pas coupable aussi ? Qui sait ? Il a peut-être voulu faire accuser son futur gendre, comme il l'avait dit ? Ben le voilà sur le banc des accusés, tout cela à cause du caneton (celui de l'aquarium dans la maison du détective mort, le coin-coin n'est pas mort, lui) dont il a juré qu'il était à lui, alors que rien de ne le distinguait de ses congénères.

 

A propos d'emmerdes en paquet de dix plus une gratuite : zut, un cadavre de plus dans la maison du milliardaire, tué de la même manière que le détective !  Et là, son épouse pourrait être coupable, non ?

 

Witherspoon-Plein-de-Fric n'aurait-il pas été donner la canne à pêche au futur refroidi qui avait la jambe dans le plâtre ? Ouille, ça ce corse (comme disait Astérix lors de ses aventures dans la même région).

 

Tiens, et l'ancienne affaire ? Si ce n'était pas celui qui fut pendu, le coupable, qui c'était alors ?

 

Nous voici avec une belle brochette de tueurs potentiels !

 

Perry Mason entrera dans la danse, une fois de plus, n'hésitant pas à maquiller une scène de crime en changeant l'eau du caneton, à en ajouter un autre dans une voiture, et ainsi de suite. Le tout en tirant les fils et en se faisant épauler par l'équipe du détective Drake.

 

On a beau dire que la trame reste la même : Mason défend toujours un innocent, démonte les témoins à la barre et fait cracher le morceau au(x) coupable(s) en plein tribunal, ou dans le bureau du juge... Ses enquêtes sont palpitantes et à chaque fois on se dit que là, il va pas y arriver.

 

Perry Mason gagne toujours et c'est jubilatoire, pour ceux qui aiment le milieu du Droit et des Tribunaux, de se lire un petit Erle Stanley Gardner de temps en temps, pour s'offrir une p'tite enquête de derrière les fagots.

 

De plus, last but not least, je ne m'attendais pas à ce (ces ?) coupable(s) là.

 

Coin-coin !

 

Challenge "Thrillers et polars" de Liliba (2012-2013).

 

 

 

 

Titre : L'Avocat du diable

Editions : Presses de la Cité, collection "Un Mystère" n°680 (1963) / J’ai Lu Policier n°2073 (1986) 

                 
Résumé :

Imaginez qu'un homme au bord de la crise de nerfs surgisse dans votre bureau. Que cet individu vous annonce qu'il désire porter plainte contre le chien de son voisin.

 

Qu'il profère des menaces à l'encontre dudit voisin et vous implore de faire quelque chose, vite, très vite !

 

Comme Perry Mason, le célèbre avocat détective, vous auriez sûrement quelques doutes sur l'état mental de votre client.


Mais quelle serait votre réaction si, après enquête, à la place d'un voisin bien vivant et d'un chien qui hurle à la mort, vous découvriez deux cadavres ? Vous auriez tendance à soupçonner votre visiteur de la veille, n'est-ce pas ?


Mais auriez-vous tout à fait raison ?

 

C'est justement la question que se pose Perry Mason, qui s'est toujours méfié de l'évidence…

 

Note : Publié aussi aux éditions "Presses de la Cité" (collection "Un Mystère") sous le titre "Coups de crocs", n°680 en 1963.

 

Critique :

Ce livre, je l'avais acheté par erreur et c'est une erreur qui me coûta cher parce que ensuite, j'achetai tous les Erle Stanley Gardner qui passaient sous mes yeux.

 

Cherchant le livre qui portait le même nom "L'avocat du diable" et dont on venait de tirer un film avec Al Pacino et Keanu Reeves, ayant oublié le nom de l'auteur en franchissant la petite bouquinerie, je me trouvais bien chanceuse de tomber sur lui dans les livres "pas chers".

 

Heu, rien à voir ! Mais alors là, rien du tout ! Imaginez plutôt ma tête en commençant le livre et découvrant qu'un homme, faisant irruption dans le bureau de cet avocat nommé Perry Mason pour se plaindre du chien de son voisin qui hurle à la mort, que cet homme désire porter plainte contre le chien, tout en profèrant des menaces à l'encontre dudit voisin et implorait l'avocat de faire quelque chose, vite, très vite ! Dingo, le client...

 

Je me suis vite rendue compte de ma méprise mais puisque le vin était tiré, heu, pardon, puisque le livre était acheté, il me fallait le lire !

 

C'est lui qui m'a fait découvrir ce drôle d'avocat prêt à tout pour son client. Ben oui, parce que le lendemain, à la place d'un voisin bien vivant et d'un chien qui hurle à la mort, Mason découvre deux cadavres !

 

Moi, j'aurais tendance à soupçonner le visiteur dingo de la veille... Ce qui serait trop évident...

 

C'est justement la question que se pose Perry Mason, qui s'est toujours méfié de l'évidence… Et hop, voilà l'avocat qui part enquêter.

 

Un roman assez fou et qui se termine au Tribunal. Et le Droit fut toujours une matière qui m'intéressa, donc, j'étais servie.

 

Style facile à lire, assez bien de points juridiques, roman se passant dans l'après guerre, dans les années 50-60.

 

C'est grâce à une erreur que j'ai écumé un peu plus les bouquineries, les marchés aux puces,... et ma collection est quasi complète.

 

 

 

 

Titre : La langue au chat...

 
Edition :  Un Mystère n°90 édité par Presses de la Cité - 1ère édition (1952)


Résumé :

Le chaton avait des yeux jaunes qui lui avait valu d'être appelé "Ambre", et ces yeux ne quittait pas la boule de papier froissé qu'Helen Kendal agitait par-dessus son bras de fauteuil.

 

Critique :

Après avoir avalé quelques romans noirs et un de dark fantasy où l'auteur prenait un malin plaisir à trucider tout le monde, je me devais d'opter pour une lecture plus calme. Perry Mason, le célèbre avocat américain était l'homme qui tombait à point...

 

Minute papillon ! Qui a dit "papy avocat" ? Non, non, non, dans les livres, Mason n'a pas 90 balais et sa secrétaire n'en a pas 86 ! Il est jeune, il est beau, il est grand et fort, il sent bon le prétoire tout chaud et sa secrétaire tient plus du modèle "poupoupidou", avec un cerveau bien alimenté, que de la mamy gâteuse du téléfilm des années 90 !

 

Bien, maintenant que j'ai mis les choses au point, parlons du roman : Franklin Shore a fichu le camp il y a 10 ans de chez lui et n'a plus donné signe de vie à sa famille. Bien que déclaré mort juridiquement, sa chiante mégère de "veuve" conteste l'affaire et la nièce, Helen Kendal, ainsi que Gérald, le frère du disparu, ne peuvent rien toucher de l'argent.

 

Su ce, tout s'emballe : le "disparu" téléphone à Helen et lui dit qu'il vit toujours. Stupeur ! Ensuite, c'est le chaton d'Helen qui a failli mourir empoisonné. Que de péripéties pour cette jolie jeune fille.

 

Si Perry Mason va entrer en scène, c'est parce que Franklin, l'oncle volage, a demandé à sa nièce d'aller le quérir, afin qu'il se mette en contact avec Henry Leech, un homme de confiance. Homme qui sera retrouvé raide mort dans sa voiture... Le reste de l'histoire ne sera que rebondissements et imbroglio comme je les aime.

 

Ce qui m'a sauté aux yeux directement, c'est le côté "anti-jap" qui transpire dans cette histoire vis-à-vis du domestique, Komo... L'histoire se déroule en 1942, normal, donc. Les autres que j'avais lu étaient postérieurs ou antérieurs à cette date ou occultaient la seconde guerre mondiale.

 

Une chose qui m'a fortement plu dans ce roman-ci, c'est qu'il ne se déroule pas tout à fait comme dans les nombreux autres que j'ai lu.

 

Ici, pas le scénario habituel du client(e) qui demande à Mason de l'aider, en omettant des tas de choses importantes + meurtre + accusation client(e) + enquête de Mason + procès où Perry Mason prouve que son client(e) est innocent(e) et démasque le coupable par la même occasion.

 

Le schéma de celui-ci est différent et c'est "tant mieux". Ici, durant l'enquête de Perry Mason, Della Street, sa secrétaire, se fait arrêter par le lieutenant Tragg et se retrouve accusée d'avoir soustrait un témoin important.

 

La voilà au tribunal devant un jury. Le district attorney, Hamilton Burger, jubile : cette fois, il va accrocher Mason à son tableau de chasse. Depuis le temps qu'il est son adversaire dans les cours et tribunaux... "Là, c'est sûr, je vais l'avoir" se dit-il en se frottant les mains.

 

Pas de chance, Perry est toujours le plus fort et il indiquera même le chemin vers la solution aux 12 jurés en leur parlant du comportement étrange d'un chaton... Pour qui connait les moeurs des chatons, la solution crève les yeux, une partie du jury l'a comprise et moi aussi.

 

Nous n'assisterons pas non plus à la dernière contre-attaque de Perry au procès, mais nous le retrouvons, à la fin, en compagnie de sa secrétaire, innocentée par le jury, lui expliquant comment il a solutionné l'affaire, qui est coupable, pourquoi, comment et toussatoussa.

 

Pas de déroulement du procès ? Vachement inhabituel dans les romans mettant en scène l'avocat...

 

De plus, puisque le lieutenant Tragg et le district attorney lui avaient reproché de trop se mêler des enquêtes et d'utiliser des méthodes peu orthodoxes, il ne leur a pas donné la solution de l'affaire, les laissant patauger dedans jusqu'au cou.

 

La solution, les deux hommes doivent la trouver. Ils y arriveront, mais cela mettra bien 15 jours de plus et à ce moment là, ils comprendront que Mason savait tout...

 

Bluffant, donc, ce petit roman, qui m'a sorti des sentiers battus de l'auteur. Ajoutons aussi des traits d'humour et des réparties bien senties entre l'avocat et le flic ou contre le district attorney.

 

Bien que j'ai compris certaines choses, tout n'était pas illuminé dans mon esprit, ma théorie s'étant affinée tout au long de ma lecture. L'auteur a pris soin aussi d'embrouiller les pistes et de nous lancer des leurres au visage.

 

J'ai adoré le final, Mason gagnant une fois de plus sur ce pauvre Burger, qui est cuit et qui doit se répéter, comme un mantra "Un jour, je l'aurai".

 

Livre particiapant au challenge "Thrillers et polars" de Liliba (2013-2014) et  Le "Challenge US" chez Noctembule.

 

Note : Le petit chat noir est en fait l'avatar de Karine, du blog  "Livrenvie - Black Kat's Blog". Allez lui rendre visite, ses chroniques sont addictives, ces citations du jour sont fraiches, mais attention, elle pourrait vous faire augmenter la pile de livre...

 

 

 

Titre : Le moustique flemmard
 
Edition : Un Mystère n°81 édité par Presses de la Cité - 1ère édition (1952)


Résumé :

Un doux soleil de printemps baignait la rue et, pénétrant par la fenêtre, projetait sur le grand bureau encombré d'ouvrages juridiques l'ombre de l'inscription peinte sur la vitre : "Perry Mason, avocat et jurisconsulte".

 

Droite sur sa chaise, un stylo à la main, un bloc de sténo sur les genoux, Della Street se tenait prête à écrire.

 

La porte de l'antichambre s'ouvrit en coup de vent et la jeune fille faisant office de réceptionniste et standardiste entra :

- Deux clients, Mr. Mason, annonça-t-elle. Et ils sont très anxieux de vous voir.

 

 

 

 

Titre : Le bain de barbelés
 
Edition :  Punch (2ème Série) n°8 édité par Presses de la Cité - 1ère édition (1973)


Résumé :

Jamais plus ahurissante affaire n'avait été exposée à Perry Mason et c'est tout dire.


Rentrant de week-end, Morley Eden trouve la belle maison qu'il vient de se faire construire divisée en deux par cinq rangées de barbelés qui traversent aussi bien le living-room que la piscine.


La moitié de la maison où se trouve notamment la cuisine est ainsi occupée par une jeune femme qui s'y prétend chez elle, en vertu d'une ordonnance du tribunal qui prévoit des poursuites contre quiconque pénétrerait dans cette partie de la maison sans le consentement de sa légitime propriétaire.

 

Or, la dame circule dans le plus simple appareil et prépare la plus odorante des cuisines, ce qui met au supplice le célibataire qu'est Morley Eden.

 

Ce dernier charge Perry Mason de remédier à cette situation délicate.

 

L'avocat est séduit par cette affaire qui ne manque pas de piquant, au propre comme au figuré. Pouvait-il prévoir que la comédie burlesque allait tourner au drame et se révéler pour lui extrêmement épineuse.

 

Un vrai bain de barbelés.

 

 

 

 

 

Titre :
 

Auteur :
Edition :  


Résumé :

 

 

 

 

 

Titre :
 
Edition :  


Résumé :


 

 

 

 

Titre :
 
Edition :  


Résumé :


 

 

 

 

Titre :
 
Edition :  


Résumé :


 

 

 

 

Titre :
 
Edition :  


Résumé :


 

 

 

 

Titre :
 
Edition :  


Résumé :


 

 

 

 

Titre :
 
Edition :  


Résumé :


 

 

 

Titre :
 
Edition :  


Résumé :


 

 

 

Titre :
 
Edition :  


Résumé :


 

 

 

Titre :
 
Edition :  


Résumé :


 

Intégrale des romans de Stanley Gardner

 

01. The Case of the Velvet Claws (Perry Mason sur la corde raide - Perry Mason et les griffes de velours)
02. The Case of the Sulky Girl (Perry Mason et la blonde boudeuse - La jeune fille boudeuse - La blonde boudeuse)
03. The Case of the Lucky Legs  (Jeu de jambes)
04. The Case of the Howling Dog (L’avocat du diable - Coups de crocs)
05. The Case of the Curious Bride (L’épouse épouvantée - L'étrange épouse - L'épouse trop curieuse)
06. The Case of the the Counterfeit Eye (L’oeil de verre - L'affaire de l'homme à l'oeil de verre - Le borgne bizarre)
07. The Case of the Caretaker's Cat (Un chat pour client - Le mystère du chat)
08. The Case of the Sleepwalker’s Niece
(Perry Mason et la nièce du somnambule - La nièce du somnambule)
09. The Case of the Stuttering Bishop (L’évêque bègue - Perry Mason et l'évêque bègue)
10. The Case of the Dangerous Dowager (La veuve vigilante - La dangereuse douairière)
11. The Case of the Lame Canary (Le canari boiteux)
12. The Case of the Substitute Face (Visages de rechange)
13. The Case of the Shoplifter's Shoe  (L'escarpin de la souris)
14. The Case of the Perjured Parrot
(Le perroquet faux témoin)
15. The Case of the Rolling Bones (Crime en deux temps)
16. The Case of the Baited Hook (La femme au masque)
17. The Case of the Silent Partner
(L'adversaire associé)
18. The Case of the Haunted Husband (Le mari fantôme)
19. The Case of the Empty Tin (?)
20. The Case of the Drowning Duck (Le canard qui se noie)
21. The Case of the Careless Kitten (La langue au chat)
22. The Case of the Buried Clock (La pendule enterrée - Le réveil de Perry Mason)
23. The Case of the Drowsy Mosquito (Le moustique flemmard)
24. The Case of the Crooked Candle (La bougie bancale)
25. The Case of the Black-Eyed Blonde (La blonde au coquard - Une blonde pour Perry Mason)
26. The Case of the Golddigger's Purse (Poisson en péril)
27. The Case of the Half-Wakened Wife (L'épouse mal éveillée)
28. The Case of the Borrowed Brunette (La brune bouclée)
29. The Case of the Fan Dancer's Horse (La danseuse à l'éventail - La danseuse et le cheval)
30. The Case of the Crying Swallow (L'hirondelle éplorée)
31. The Case of the Lazy Lover (L'amant paresseux)
32. The Case of the Lonely Heiress (Coeurs à vendre)
33. The Case of the Crimson Kiss (Le baiser pourpre)
34. The Case of the Vagabond Virgin
(La vierge vagabonde)
35. The Case of the Dubious Bridegroom (Le bigame innocent)
36. The Case of the Cautions Coquette (La prudente Pin-up)
37. The Case of the Negligent Nymph (La nymphe négligente)
38. The Case of the One-Eyed Witness (Chantage à l'oeil)
39. The Case of the Feiry Fingers (Les doigts de flamme)
40. The Case of the Angry Mourner (L'amoureux agressif)
41. The Case of the Moth-Eaten Mink (Le vison mité)
42. The Case of the Grinning Gorilla (Gare au gorille)
43. The Case of the Irate Witness (Le témoin en colère)
44. The Case of the Hesitant Hotess (L’hôtesse hésitante)
45. The Case of Green-Eyed Sister (La vamp aux yeux verts)
46. The Case of the Fugitive Nurse (La femme futée)
47. The Case of the Runaway Corpse (Le cadavre cavaleur)
48. The Case of the Restless Redhead (La rousse se remue)
49. The Case of the Glamorous Ghost (Le fantôme a du sex-appeal)
50. The Case of the Sun Bather's Diary (La nudiste navrée)
51. The Case of the Nervous Accomplice
(La séduisante spéculatrice)
52. The Case of the Terrified Typist (La dactylo dégourdie)
53. The Case of the Demure Defendant (L'accusée accomplie)
54. The Case of the Gilded Lily (L'entôleuse émotive)
55. The Case of the Lucky Loser (Le chauffard chanceux)
56. The Case of the Screaming Woman (Le mari menteur)
57. The Case of the Daring Decoy (Un fieffé filou)
58. The Case of the Long Legged Models
(Trois poupées perfides)
59. The Case of the Foot-Loose Doll (Pic et pic et drôle de drame)
60. The Case of the Calendar Girl
(Le modèle meurtri)
61. The Case of the Deadly Toy
(L'Horrible hypothèse)
62. The Case of the Mythical Monkeys (Les singes subtils)
63. The Case of the Singing Skirt (Carrousel de calibres)
64. The Case of the Waylaid Wolf (Satyre au sang)
65. The Case of the Duplicate Daughter (Piège pour Perry - L'avocat accusé)
66. The Case of the Shapely Shadow (La silhouette sexy)
67. The Case of the Spurious Spinster (Sombre samedi)
68. The Case of the Bigamous Spouse (Chantage couplé)
69. The Case of the Reluctant Model (Le faux Frey)
70. The Case of the Blonde Bonanza (Curieux contrat)
71. The Case of the Ice-Cold Hands (Au grand galop)
72. The Case of the Mischievous Doll (Le sosie suspect)
73. The Case of the Stepdaughter's Secret
(Au mauvais moment)
74. The Case of the Amorous Aunt (Menace de mariage)
75. The Case of the Daring Divorcee (Divorce à la diable)
76. The Case of the Phantom Fortune (La fortune fantôme)
77. The Case of the Horrified Heirs (Les héritiers horrifiés)
78. The Case of the Troubled Trustee (Le troisième trou)
79. The Case of the Beautiful Beggar (L'inquiétante ingénue)
80. The Case of the Worried Waitress (La serveuse soucieuse)
81. The Case of the Queenly Contestant
(La reine mère)
82. The Case of the Careless Cupid (Le cupidon cupide)
83. The Case of the Fabulous Fake (Meurtre en 3D)
84. The Case of Fenced-In Woman
(Le bain de barbelés)
85. The Case of Postponed Murder (?)



Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...