4.34 Chester Himes

 

1. Biographie :

 

Chester Bomar Himes, né à Jefferson City dans le Missouri le 29 juillet 1909, et mort à Moraira en Espagne, le 12 novembre 1984, est un écrivain américain.

 

Fils d'enseignants afro-américains, il débute des études à l'Université d'État de l'Ohio à Columbus qu'il finance en étant liftier et barman. Il tombe un jour dans une cage d'ascenseur vide et en restera légèrement handicapé : il sera obligé de porter un corset.

 

À 19 ans, il traîne avec une bande de voyous de Cleveland, supervise une table de blackjack, revend de l'alcool clandestin.

 

Il finit par être pincé et se voit condamner à 20 ans de prison pour le vol de bijoux et d'une voiture.

 

Durant son séjour carcéral, il découvre dans la bibliothèque carcérale la littérature (de Dashiell Hammett et de Raymond Chandler, auxquels il sera souvent comparé, mais aussi les romans de Fiodor Dostoïevski).

 

En 1934, il publie sa première nouvelle alors qu'il est encore sous les verrous.

 

Dès lors les textes se suivent, où il s'attache à décrire la condition du Noir américain pour le "Cleveland Daily News".

 

Sa bonne conduite lui permet d'être libéré après avoir purgé seulement sept ans de sa peine. Il s'installe en Californie.

 

Son premier roman "Qu'on lui jette la première pierre" sur sa vie en prison paraît en 1945 sans connaître le succès (il y évite de préciser la couleur de peau du héros).

 

Après avoir travaillé sur des chantiers navals en Californie tout en continuant d'écrire, il publie plusieurs livres sur la difficulté de porter la parole des Noirs sans la trahir.

 

"La croisade de Lee Gordon" met en scène un jeune Noir idéaliste dans le monde syndical et politique ; cette œuvre lui met à dos les Noirs, les Blancs libéraux et les conservateurs patriotes. "La troisième génération" est une autobiographie romancée qui fâchera sa famille contre lui.

 

Après un dernier roman "sérieux" (La Fin d'un primitif) sur la double contrainte dont l'épouse blanche est victime autant que le Noir (et il y fait le portrait d'une relation destructrice qu'il a effectivement vécue), il part pour l'Europe en 1953. Il ne connaît qu'un succès modeste dans son pays.

 

À Paris, il commence à être publié et il rencontre en 1953 son traducteur, Yves Malartic (en) et en 1957, Marcel Duhamel- fondateur de la collection Série noire aux éditions Gallimard - à la suggestion duquel, il change son orientation et écrit ses premiers romans policiers.

 

"La Reine des pommes" paraît en 1958 et obtient le Grand prix de littérature policière. Y apparaissent pour la première fois les deux fameux inspecteurs de police de Harlem, "Coffin Ed Johnson" (Ed Cercueil Johnson en français) et "Grave Digger Jones" (Fossoyeur Jones). Deux policiers noirs désabusés de Harlem qui débusquent la crapulerie et dénoncent la violence tout en y recourant.

 

Tout se conformant aux règles du roman hardboiled, il dénonce avec ironie la violence qui entoure et condamne les Noirs, lesquels la perpétuent.

 

Ses derniers romans, violents et à nouveau plus politiques, seront appréciés des Black Panthers (Le Plan B). Il écrit plus tard, "Regrets sans repentir", ses mémoires en deux tomes. Il s'installe en Espagne à partir de 1965 et meurt à Moraira dans la province d'Alicante, à l'âge de 75 ans. Sa seconde épouse Lesley Himes est décédée en 2010 à 82 ans.

 

Ses écrits, dont quelque soixante-dix nouvelles, dénoncent avec constance la condition des Noirs et le racisme, mais développent également un regard très critique sur le regard que la communauté noire pose sur elle-même et sur sa propension à se réfugier dans la croyance religieuse aveugle ou dans la voie de l'illégalité.

 

2. Œuvres :


Série Ed Cercueil et Fossoyeur Jones :

  • La Reine des pommes (ou A rage in Harlem / For love of Imabelle / The five-cornered square) – 1958
  • Il pleut des coups durs (If trouble was money) – 1958
  • Couché dans le pain (The crazy kill ) –1959
  • Tout pour plaire (The Big Gold Dream) 1960
  • Imbroglio Negro (All Shot Up ou Don't Play with Death) 1960
  • Ne nous énervons pas ! (The Heat's On ou Be Calm (1966) ou Come Back, Charleston Blue) 1972
  • Retour en Afrique (Cotton Comes to Harlem) 1965. Publié en français dans une autre traduction sous le titre "Le Casse de l'oncle Tom"
  • L'Aveugle au pistolet  (Blind Man with a Pistol) 1969


Autres romans :

  • If He Hollers, Let Him Go (1945) "S'il braille, lâche-le…"
  • Lonely Crusade (1947) "La Croisade de Lee Gordon" (1952) Publié en français dans une nouvelle traduction sous le titre "La Croisade solitaire"
  • Cast the First Stone ou Yesterday Will Make You Cry (1952) "Qu'on lui jette la première pierre". Publié en français dans une autre traduction sous le titre "Hier te fera pleurer"
  • The Third Generation (1954) "La Troisième génération"
  • The Primitive (1955) "La Fin d'un primitif"
  • Pinktoes (1961) "Mamie Mason ou un exercice de la bonne volonté". Publié en français dans une autre traduction sous le titre "Mamie Mason"
  • Run Man Run (1966) "Dare-Dare"
  • A Case of Rape (1980) "Une affaire de viol". Publié en français dans une nouvelle traduction sous le titre "Affaire de viol"
  • The Lunatic Fringe (1988) "Un joli coup de lune"

 

 

 

 

Titre : La reine des pommes


Auteur : Chester Himes
Édition : Gallimard (1987)

Résumé :

Jackson est le gars le plus candide de Harlem, pour ne pas dire demeuré. Et dans le coin, il y a un tas de dégourdis qui commencent par lui étouffer son pognon.

 

Sa petit amie, Imabelle, une fille superbe à la peau couleur banane, l'entube comme c'est pas permis.

 

Enfin, son frère, qui bonne sour dans le civil, cherche aussi à le posséder. Seulement Jackson, lui c'est un bon chrétien.

 

Y a que la foi qui sauve et il a tout à fait raison de croire aux miracles. 

 

Critique : 

En fait de "la reine des pommes", on pourrait dire aussi "le roi des naïfs" parce que Jackson est plus naïf qu'une souris grasse passant devant un chat affamé, en pensant que puisque c'est Carême, il se retiendra !

 

Déjà assez naïf pour croire que l'on peut transformer un billet de 10$ en un billet de 100$, comme ça, avec un cylindre et des produits chimiques ! Assez naïf pour penser que sa bonne femme mérite le bon Dieu sans confession et que non, jamais de sa vie elle ne l'entubera !

 

Je ne déflorerai rien au niveau intrigue de ce polar noir, pas pour vous épargner, mais parce que les rebondissements sont si nombreux que je dépasserais mon quota de mots pour la critique.

 

Tout ce que je peux dire, c'est que c'est un truc de fou !

 

Le style d'écriture est incisif, les pages se tournent toutes seules, dévoilant de-ci, de-là des mots d'argot.

 

Les personnages ? Hauts en couleur !

 

Entre notre neuneu Jackson; la soeur Gabriel qui a des bijoux de famille et qui est son frère, déguisé en bonne soeur pour arnaquer les gens; les deux flics, Ed Cercueil et Fossoyeur Jones qui feraient parler les pierres; trois truands à la grande semaine; la belle Imabelle, femme de Jackson qui aime tondre non neuneu chéri; une malle remplie de ce que je ne divulguerai pas; un pasteur qui entendra l'histoire la plus rock'en rollesque de toute sa carrière; un patron des pompes funèbres sacrément radin et sacrément calculateur, croyez-moi, on ne s'ennuie pas une seconde ! Un vrai polar noir.

 

Par contre, si vous cherchez un polar "habituel" avec un flic enquêteur ou un privé, un/des cadavres et une enquête policière, passez votre chemin ! Ici, on a des cadavres, des flics véreux non politiquement correct, mais pour ce qui est de l'enquête classique, brossez-vous ! Ici, une fausse soeur enquête pour retrouver une poule et sa malle verte remplie de... Pour ce qui est des méchants, ce sont de vrais truands.

 

Bref, on est loin des polars dits "classiques" !

 

"La reine des pommes", ou comment décrire la violence, la misère et la condition noire de Harlem de l'époque tout en l'enrobant de burlesque sans jamais sombrer dans le "trop".

 

Attention, polar noir comme le café et aussi fort !

 

PS : le livre a été adapté au cinéma sous le titre de "Rage in Harlem" avec Forest Whitaker dans le rôle de Jackson.

 

Challenge "Thrillers et polars" de Liliba (2013-2014) et  "La littérature fait son cinéma - 3ème année" de Kabaret Kulturel.

 

 

 

Titre : Couché dans le pain
 

Auteur : Chester Himes
Edition : Série Noire Gallimard / Folio

Date du copyright : 1959


Résumé :

Au petit matin d'une veillée funèbre agitée, à Harlem, le révérend Short se penche un peu trop par la fenêtre et dégringole du deuxième étage.

Premier miracle : une vaste corbeille de petits pains frais amortit sa chute. Il remonte à l'étage, indigné. Tout le monde se presse à la fenêtre et... deuxième miracle: il y a encore un homme dans le pain.

Mais celui-là est mort, bien mort, avec un couteau planté en plein cœur...

Critique : 

♫ Couché dans le foin, avec le soleil pour témoin ♪ (1)... Oups, c'est "couché dans le pain", le titre du roman. Voici donc un lapsus révélateur... entre le titre du livre et une chanson !

 

Non, le roman de Chester Himes ne nous conte pas les aventures extraconjugales d'un boulanger qui aurait pétri des miches qu'il ne fallait pas, joué avec sa baguette et trempé son croissant ailleurs...

 

Harlem... Au petit matin d'une veillée funèbre agitée, le révérend Short se penche un peu trop par la fenêtre et dégringole du deuxième étage. Bardaf, c'est l'embardée... ?

Non ! Miracle divin pour ce serviteur de Dieu : une vaste corbeille de petits pains frais amortit sa chute. Il remonte à l'étage, indemne et indigné. L'aurait-on poussé afin qu'il se présente plus vite devant son Créateur ?

 

Les gens qui veillaient le mort ont du mal à croire à sa chute mais puisque personne ne l'a vu sortir par la porte... C'est donc qu'il dit vrai. Ils se pressent tous à la fenêtre pour vérifier la présence du panier de pain et là... second miracle : il y a encore un homme couché dans le pain.

 

Serait-ce une histoire de coucherie "joyeuse" dans du pain ? Non, celui-là est mort, bien mort, avec un couteau planté en plein cœur... Mais il n'y état pas quand le révérend y a chuté.

 

Vous voyez un peu le bordel ? Avec, en prime, un coup de fil anonyme signalant un corps couché dans le pain...

 

Comment les policiers vont-ils s'en sortir pour démêler ce sac de noeud et découvrir qui est l'auteur du crime et du coup de fil anonyme ? Surtout que à Harlem, personne ne va dénoncer le caïd local...

 

- Tout ce que j'ai appris jusqu'à présent, c'est que les gens d'Harlem sont à tels point respectables que leur merde n'a pas d'odeur !
- Qu'est-ce que vous espériez ? demanda Ed Cercueil. Que l'un d'eux allait se dénoncer ?

 

No stress ! Mesdames et Messieurs, veuillez faire entrer les deux policiers les plus efficaces au monde : Ed Cercueil et Fossoyeur Jones !

 

- Les inspecteurs Fossoyeur Jones et Ed Cercueil Johnson se présentent au rapport, mon général, marmonna Pigmeat.
- Ah ! Nom de Dieu ! fulmina Chink. Il nous manquait plus que ces deux fumiers de cow-boys de mes deux pour foutre le bordel.

 

Ils marchent en marge de la loi, ont des indics, les consultent, font fumer leurs méninges et la poudre de leurs révolvers, et, au bout d'une enquête des plus rocambolesque, arriveront à trouver le(s) coupable(s). Oui, bon nombre de personnages ont des choses à se reprocher.

 

- Ce fils de pute de prêcheur devient dingue à force de picoler son mélange d'opium et de cherry brandy ! fulmina-t-il. J'ai jamais donné à Dulcy ce putain de couteau et je ne l'ai jamais vu avant.

 

Roman policier noir au coeur de Harlem, dans une famille haute en couleur et où personne n'est tout à fait blanc comme neige. D'ailleurs, ici, la neige, on la sniffe.

 

- Diminuez quand même la dose, insista Fossoyeur d'un ton sec. Si on vous laisse opérer, c'est uniquement parce que vous approvisionnez nos indics.
- Et sans vos indics vous pourriez plus opérer, vous autres, rétorqua la vieille. Les flics trouveraient jamais rien si y avait personne pour les rencarder.

 

Si vous voulez plonger dans le quartier de Harlem, c'est avec Himes qu'il faut voyager : écriture simple mais riche de couleur, intrigue au top, rebondissements dans l'histoire et violation de la loi par les forces de l'ordre. Roman noir...

 

- On est à Harlem, dit-il, et des bleds comme ça, y en a pas deux. On est obligé de partir de rien, parce que les gens d'Harlem agissent pour des raisons qui ne viendraient jamais à l'idée de personne ailleurs. Tenez, par exemple : j'ai connu deux gars de couleur, deux ouvriers sérieux et pères de famille. Ils se sont bagarrés un jour dans un bar de la Cinquième Avenue, près de la Cent-dix-huitième Rue, pour savoir si Paris était en France ou si c'était la France qui se trouvait dans Paris. Et ils se sont saignés à mort.

Brody éclata de rire.
- Il y a encore mieux ! dit-il. Deux Irlandais du côté de Hell'sKitchen, se sont mis à s'engueuler pour savoir si les Irlandais descendaient des dieux ou si les dieux descendaient des Irlandais. Ils se sont descendus à coups de pétard.

 

Bien que j'ai trouvé "La reine des pommes" plus humoristique et encore plus rocambolesque, l'auteur m'a entraîné une fois de plus dans son récit, me présentant à cette famille bizarre où j'ai eu du mal à m'y retrouver dans tous leurs noms étranges.

 

Sans chichis, en quelques 200 pages, Himes m'a présenté la solution et j'ai éclaté de rire devant la résolution de l'affaire. Fossoyeur Jones et Ed Cercueil sont bien les meilleurs !

 

Les dialogues sont drôles, les réparties fusent et les bons mots aussi.

 

- Si les flics me trouvaient là, pour peu y diraient que je l'avais poussé par la fenêtre.
- Tu me fais de la peine fiston, déclara Fossoyeur avec le plus grand sérieux. Les flics sont pas si vaches.

 

Avec une déduction à mon actif, j'étais loin de la solution, qui était bien trouvée parce que l'auteur m'a bien baladé.

 

Faites juste gaffe aux balles, elles sifflent parfois à vos oreilles...

 

(1) La chanson "Couché dans le foin avec le soleil pour témoin" est de Mireille. (Mireille Hartuch, plus connue sous le pseudonyme de Mireille, née le 30 septembre 1906 à Paris et morte le 29 décembre 1996 dans la même ville, est une compositrice, chanteuse et actrice française. Elle est l'épouse de l'écrivain Emmanuel Berl).

 

Livre participant au challenge "Thrillers et polars" de Liliba (2013-2014) et  Le "Challenge US" chez Noctembule.


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...