5.11 Canavan : Trilogie du Magicien Noir

 

La Trilogie du Magicien Noir :

 

 

 

 

 

 

 

 

Titre : La guilde des Magiciens

 

Auteur :  Trudy Canavan

Edition : Bragelonne (2007)


Résumé :

Cette jeune fille est plus puissante que la moyenne de nos élèves, peut-être même plus que nos mages ! Elle est un danger. Il faut la trouver et l'arrêter. Si c'est une renégate, la loi nous oblige à l'amener devant le roi. Sinon, nous sommes tenus de lui enseigner le Contrôle. C'est encore une enfant, probablement une voleuse ! Mais elle pourrait devenir une grande magicienne...

 

Comme chaque année, les magiciens d'Imardin se réunissent pour nettoyer la ville des indésirables.

 

Protégés par un bouclier magique, ils avancent sans crainte au milieu des vagabonds, des orphelins et autres malandrins qui les haïssent.

 

Soudain, une jeune fille ivre de colère leur jette une pierre... qui traverse sans effort le bouclier magique dans un éclair bleu et assomme l'un des mages.

 

Ce que la Guilde des magiciens redoutait depuis si longtemps est arrivé : une magicienne inexpérimentée est en liberté dans les rues ! Il faut la retrouver avant que son pouvoir incontrôlé la détruise elle-même, et toute la ville avec elle.

 

La traque commence...

 

Critique :

Ce premier tome de la Trilogie, je l'avais emmené avec moi en vacances il y a... heu... au moins trois ans. J'avais pesté de ne pas avoir emmené le deux autres avec moi tant j'avais bien aimé ce premier tome.

 

Le décor est planté : nous sommes à Imardin, la capitale de la Kyralie, et les inégalités sociales sont très fortes dans le pays et une partie de la ville méprise les magiciens.

 

Normal, une fois par an, les magiciens réduisent les inégalités sociales... Non pas en organisant une soupe populaire ou un concert dont les bénéfices seraient redistribués, non, ils ont juste la mission de débarrasser la ville des miséreux en les éliminant. Visez, éliminé.

 

Au tout début de la lecture, lors de la  fameuse Purge (sans les dragées Fucca), Sonea, jeune orpheline, découvre qu'elle a un potentiel magique lorsqu'elle lance un caillou.

 

"Quoi ? me direz-vous, c'est ça son potentiel magique ? Mon petit frère en fait tout autant".

 

Oui, mais, la différence est que l'homme qu'elle touche est un magicien et qu'il était sous la protection d'une bulle. Pas de chance, sa protection a laissé passer le caillou. Sa protection avait des fuites...

 

Que la traque commence !


Pas de chance, les magiciens finissent par nous l'attraper et voilà notre Sonea qui est capturée par la guilde, plus précisément par Rothen, un magicien sympa qui va avoir la lourde tâche de la dompter et de lui expliquer que "non, tous les magiciens ne sont pas des mauvais". Rothen est un personnage sympathique, et son ami Dannyl aussi.

 

Par contre, Fergus qui a reçu la caillasse sur la tronche, lui, il est ronchon et vu que son honneur d'homme fort protégé par une bulle de protection en a pris un coup... Il est ambitieux et digère mal la caillasse.

 

Voilà Sonea qui va entrer dans la Guilde et les préjugés qu'elle avait envers elle vont être bouleversés. Sans compter qu'il va falloir faire confiance à certains, mais à qui ?

 

La Trilogie du Magicien Noir se lit avec énormément de plaisir et de facilité, pas de grandes phrases ampoulées ou de grandes envolées lyriques. Le style de l'auteur est fluide.

 

Canavan a particulièrement soigné ses personnages secondaires aussi bien que son héroïne. Pas de traitement de faveur.

 

Certains points m'ont fait penser à Harry Potter, notamment du fait que Sonéa est orpheline et vit chez son oncle et sa tante, mais eux, ils sont bien plus gentils que les Dursley. De plus, elle avait un potentiel magique et ne le savait même pas.

 

Les plus ronchons diront que c'est cliché une jeune orpheline qui accède à l'école de magie... Oui, mais je m'en fiche. La trilogie, ce n'est pas que ça non plus.


L'auteur aborde plusieurs thèmes tels que la lutte des classes, les préjugés, l'amitié, l'attrait du pouvoir, la misère, les éliminations directes de la misère, les préjugés,...

 

Pour ceux qui aiment que ça déménagent dès le départ, je vais doucher leurs prétentions parce que La Guilde des Magiciens démarre de manière lente.

 

Il fallait bien une introduction pas trop rapide pour mettre tout en place pour la suite des aventures de Sonea. Cela nous laisse le temps de faire connaissance avec tous les différents personnages et de comprendre les enjeux... Je vous rassure, je ne me suis pas endormie, mais j'ai dévoré !

 

Lorsque j'arrivai à la fin de ce premier tome, je me demandais qui  pouvait bien être ce fameux Magicien Noir et son rôle dans l'aventure.

 

S'il y a eu des personnages que j'ai adoré, le Magicien Noir, lui, il ne me revenait pas du tout.

 

 

 

 

 

 

 

Titre : La Novice
Edition : Bragelonne (2008)


Résumé :

Tous les novices de la Guilde des magiciens viennent de familles puissantes... sauf Sonea. Mais elle sait bien qu'elle peut se tourner vers ses maîtres Dannyl et Rothen pour leur demander de l'aide.

 

En tout cas, jusqu'à ce que d'infâmes rumeurs commencent à courir sur elle - et qu'Akkarin, le haut seigneur, intervienne.

 

Nommé ambassadeur de la Guilde, le seigneur Dannyl part pour la cour d'Elyne où il entreprend une mission secrète : reprendre la quête que le haut seigneur lui-même entama puis abandonna il y a longtemps, à la recherche d'anciens savoirs magiques.

 

Cependant, ignorant les motivations réelles de sa mission, Dannyl fait bientôt face à des dangers inattendus...

 

Sonea, quant à elle, a presque oublié le sombre secret d'Akkarin ; mais cacher la vérité est peut-être une grave erreur...

 

 

 

Critique :

Là, dès mon retour de vacances (il y a trois ans, suivez, bon sang !) je m'étais précipitée vers ma bibliothèque pour prendre le deuxième tome et me plonger dans sa lecture (après avoir rangé les bagages, je vous rassure).

 

Sonea est donc novice (le titre ne laissait pas de place à un quelconque suspense), sur les bancs de l'école et notre pauvre amie est en proie aux persécutions de ses camarades. Sont jaloux qu'elle ne soit pas issue d'une famille riche, mais des taudis. Facture classique, ceux qui voulaient faire ami-ami avec elle seront remis à l'ordre par le reste de la classe, menée par un pauvre imbécile. Un air de déjà vu ? Oui.

 

Notre héroïne qui détestait les Magiciens qui nettoyaient la ville de sa racaille (sans le karcher) est en train de devenir un gentil petit mouton docile, qui se laisse traiter de tous les noms sans broncher, du moins, pas assez à mon goût.

 

D'accord, je sais que si elle intégré la Guilde, c'est à contrecœur et dans le but d'éviter un désastre parce qu'elle ne sait pas maîtriser ses pouvoirs. Mais tout de même !

 

Bon, ça se finira en duel et Sonea montrera qu'elle n'est pas une gentille fifille quand on a la cherche trop. Ouf.

 

J'ai regretté, néanmoins, l'absence de l'ami de Sonea, le petit voleur. Je l'appréciais beaucoup.

 
Et Akkarin, le Magicien Noir ? Qu'est-ce qui devient dans ce tome ? On en apprend un peu plus sur lui.  Akkarin a fini par découvrir que Sonea connaissait son secret (elle avait appris dans le premier tome) et il la prend comme pupille, la privant de la protection de Rothen.

 

Là, j'ai flippé grave. N'est-elle pas entrée dans la gueule du loup ?

 

Pourquoi pratique-t-il la magie ancienne ? Pourquoi le cacher alors que personne ne peut rien contre lui ? Est-il l’assassin dont tout le monde parle ? Que de mystères...

 

D’un autre côté, Dannyl, personnage que j'adore, est envoyé faire des études dans les autres pays et cela donne une alternance agréable dans les chapitres, leur donnant un autre rythme, qui, ma foi, était fort plaisant.

 

Dannyl a emprunté le chemin que pris Akkarin autrefois. Je me doutais qu'il était homosexuel, le Dannyl, mais j'avoue que l'auteur a bien introduit (pardon pour l'utilisation de ce verbe) cette petite particularité du personnage, sans sombrer dans le pathos.

 

Un deuxième tome réussi !

 

 

 

 

Titre : Le Haut-Seigneur
Edition : Bragelonne (2008)


Résumé :

Sonea a beaucoup appris depuis ces débuts. Elle a su gagner le respect des novices, et une place au sein de la Guilde des magiciens.


Mais elle aurait aimé ne jamais découvrir certains secrets... Ce dont elle a été témoin dans la pièce souterraine du haut seigneur, ou l'existence d'un vieil ennemi de Kyralia, qui surveillerait la Guilde de près.


Quand le haut seigneur lui dévoile son savoir, Sonea ne sait plus qui croire ou ce qu'elle craint le plus. La vérité est-elle aussi terrifiante? Ou essaie-t-il de la tromper afin qu'elle l'aide à réaliser ses sinistres projets ?

 

 

Critique :

Dans ce troisième tome, cela commence tout doucement, ensuite, tout s'accélère.

 

Les secrets d'Akkarin nous sont dévoilés, son histoire aussi. A un moment donné, je ne voulais plus lâcher le livre. La vérité était toute proche et hors de question de me laisser distraire par des bêtises. Non, je voulais tout savoir.

 

La relation maître-élève qu'il avait avec Sonéa évolue. Le Haut-Seigneur n'est ni tout noir, ni tout blanc. J'ai tout doucement commencé à l'apprécier, alors que je l'avais détesté au départ.

 

Les autres personnages aussi évoluent et on sent bien que le final se met en place.

 

Sonea n'est pas en reste, c'est une héroïne courageuse et je la remercie de m'avoir emmené dans cette aventure fabuleuse.

 

J'avoue que sur la fin, je me suis prise une sacrée claque ! Non, là, je ne m'y étais pas attendue, du moins, pas avant un certain moment. Ensuite, je l'ai guetté avec ferveur.

 

Une larme me fut arrachée à la fin.

 

Waw, quelle trilogie ! En j'ai vu qu'il y avait une suite...

 


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...