5.22 Bandes dessinées fantastique

 

 

 

Titre : Ekhö monde miroir - Tome 1 - New York


Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Alessandro Barbucci


Édition : Soleil (2013)

Résumé :

Dans l'avion qui la transporte vers New York, Fourmille Gratule se voit apostrophée par un curieux personnage mandaté par une étude notariale. Ce dernier l'informe que sa tante Odalie est décédée, qu'elle est l'unique héritière de celle-ci et qu'elle se doit de se présenter à l'office.

 

Cette rencontre aurait pu en quelque sorte être normale si ce n'est que le messager n'est autre qu'un petit écureuil parlant et qu'elle donne lieu à un basculement dans un autre univers, celui d'Ekhö.

 

Ayant entraîné dans sa tourmente son voisin de voyage, Yuri Podrov, Fourmille découvre bientôt sa nouvelle dimension, une dimension incroyable peuplée de Preshauns et autres bestioles.

 

Une seule chose reste à faire, celle de se rendre à l'adresse de l'office notarial à New York pour tenter de comprendre ce qui lui arrive.

 

Ne serait-elle pas en train de rêver ?

Critique : 

Toujours un plaisir de relire la série Ekhö que j'avais découverte en lisant le magazine "Lanfeust Mag" et dont j'ai suivi les aventures suivantes avec un sourire béat.

 

Là, je viens de replonger dans un New-York totalement décalé ou le métro est posé sur une créature style mille-patte, où les avions sont des dragons car ici, l'électricité n'existe pas.

 

C'est comme sur terre, mais c'est pas sur terre ! Un monde miroir, sans la fée électricité !

 

— Ekhö n'est pas un univers parallèle, Monsieur ! C'est une extension philoplasmique d'une a-réalité alternative construite et entretenue grâce à un patient travail d'énergie thaumique ! Un peu de respect !


Fourmille se trouvait dans un avion, en direction de New-york, le vol 747 n'avait aucun problème... il n'allait pas à Sydney et n'avait pas l'intention de disparaître des écrans radars du tout.

 

— On va mourir !
— Mademoiselle, l'avion est le moyen de transport le plus sur du monde...
— Pas aujourd'hui !


Au milieu du vol, voilà que notre donzelle est abordée par une étrange créature ressemblant à un accouplement entre un écureuil et un lapin (pour les dents).

 

Cette étrange créature digne d'un soir de délirium tremens carabiné lui demande si elle accepte l'héritage d'une tante disparue depuis 20 ans.

 

Qui refuserait, hein ?? Elle a dit "Oui" !


Bardaf, un éclair (pas au chocolat), voilà le 747 touché (mais pas coulé) par la grâce et c'est à bord d'un dragon que Fourmille atterrit à New-York, en compagnie du pauvre gars - Yuri - qui se trouvait sur le siège à côté d'elle.


Le Manhattan qu'ils découvrent est un Manhattan digne d'une aventure d'heroic fantasy. Punaise, c'est plus fort que "Voyage en terre inconnue" ce truc !


Au cœur de l'intrigue, une race étrange, les Preshauns, qui semblent dominer cet univers parallèle.

 

Sigisbert, le Preshaus... C'est la bestiole issue de l'accouplement de l'écureuil et du lapin... Enfin, ça y ressemble, moi, je n'étais pas là le jour de la conception, alors, vous parler des parents, hein !


C'est drôle, aéré, amusant et la découverte de ce monde parallèle et étrange est très vivifiant.


Les personnages sont bien travaillés et on sent bien qu'il y a une intrigue en plus sous tout cela.

 

La tante est-elle bien morte d'un accident ? Mystère mystère et enquêtons ! Ce que Fourmille et Yuri vont faire, enfin, Fourmille surtout ! Le pauvre Yuri se contente de suivre...


Et les Preshauns, sont-ils aussi clean qu'ils le laissent voir ?

 

Lors de ma première lecture, je me posais des questions, après 4 tomes lus, je peux vous dire que vous n'êtes pas au bout de vos surprises avec ces petites créatures adepte de thé dans des moments de grand stress ! Yuri en a fait les frais dans Manhattan.


Une histoire qui était à suivre et dont je ne me suis pas lassée, tant l'univers créé par le prolifique scénariste Arleston est diversifié, rempli de clins d’œil à notre monde et bourré d'humour.

— J'ai pas de pièces d'or, mais je vous donne ma montre. Elle vaut très cher.
— C'est quoi ce truc ?

— Ben, une montre, ça donne l'heure.
— Qu'est ce que vous voulez que j'en fasse, de l'heure ? Ça change tout le temps !

 

Et puis, on dirait que ça veut flirter entre Fourmille et Yuri, mais non, ça veut pas ! Enfin, si, lui voudrait bien... mais elle ne veut point ! C'est pas commode !

 

[Fourmille]— Vous... vous n'en avez pas profité, hein ? Je veux dire, on n'a pas...
[Yuri]— Euh, non, pas pour autant que je me souvienne !
— Parfait ! De toute façon, si ça avait été le cas, vous n'auriez pas pu l'oublier ! L'amour avec moi, on s'en souvient toute la vie ! Et puis, j'ai pas l'habitude de me taper des vieux beaux.
— Comment ça, vieux?! J'ai même pas encore quarante ans !

[Sigisbert] — Ces choses sont trop complexes pour votre compréhension. Montez coucher ensemble.
[Yuri] — Coucher ensemble ?!
[Sigisbert] — Je voulais dire : ne vous séparez pas et allez dormir !
[Fourmille] — Couchez ensemble ! N'y songez même pas! De toute façon, vous me trouvez trop grosse, vous l'avez dit !
[Yuri] — Mais pas du tout !
[Fourmille] — Vous avez envie de coucher avec moi, alors ?
[Yuri] — Mais non ! Enfin si ! Mais je veux dire... c'est pas la question.
[Fourmille] — Pff ! Vous ne savez même pas ce que vous voulez !

 

PS : Petit clin d’œil au leprechaun (irlandais : leipreachán) qui est une créature humanoïde imaginaire issue du folklore irlandais.

 

Challenge "Thrillers et polars" de Sharon (2015-2016), Le "Challenge US" chez Noctembule, Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016), Challenge "Totem" par Liligalipette (dragons) et Le "RAT a Week, Winter Édition" chez Chroniques Littéraires (49 pages - 729 pages déjà lues pour le Challenge).

 

 

 

Titre : Ekhö monde miroir - Tome 2 - Paris Empire


Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Alessandro Barbucci


Édition : Soleil (2013)

Résumé :

Fourmille Gratule est à présent installée à New York, dans le monde d’Ekhö, un monde miroir de la Terre où les technologies modernes n’existent pas.


À la tête de l’agence artistique Gratule, héritée de sa tante Odelalie elle se rend à Paris, accompagnée de Yuri et de Grâce, pour un juteux contrat avec le Poulain Rouge.


Mais à peine arrivée dans la capitale française, elle est habitée par le fantôme du Prince Antone, fils de Napoléon VII, mort dans un accident de fiacre. Elle devra résoudre le mystère de sa mort pour redevenir elle-même...

 

Critique : 

Le premier tome nous présentait un New-York miroir du nôtre, avec la fée électricité en moins, les dessins étaient super, les parallèles entre notre monde et Ekhö amusants, alors, qu'allait-il être du suivant ?

 

Et bien, Paris restera toujours Paris et son tunnel de l'Alma aussi... on ne change pas un paparazzi, qu'il soit de notre monde ou de celui d'Ekhö...

 

Ici, c'est une fricassée de prince qui nous attend, enfin, qui attend Fourmille (et Yuri), débarquée de New-York afin d'aller présenter un spectacle au Poulain Rouge et non, je ne me suis pas trompée de touche sur le clavier !

 

De l'humour, de l’excitation sexuelle refroidie avec une tête dans le seau, l'esprit du prince mort qui s'incruste dans notre Fourmille (et oui, il n'y avait pas que celui de sa tante) qui va devoir résoudre le mystère que le prince allait dénoncer si elle veut qu'il arrête de squatter son corps et son esprit !

 

Notre Sigisbert le Preshaun est toujours rempli de mystère et leur enquête les mènera dans des lieux bien connus de nous, mais revisités pour l'album.

 

Frais, amusant, rempli de clins d’œil à notre monde, de petites piques, de ballotage entre Fourmille et Yuri, oscillant sans cesse entre la romance et l'animosité et le fait qu'elle doit toujours non loin de Yuri afin de ne pas foutre en l'air les équilibres du monde d'Ekhö ajoute du piment.

 

Bref, une chouette petite enquête qui n'a de dommageable que sa brièveté. 49 pages, c'est peu, alors qu'on a un univers riche et dense.

 

Un bon moment de rigolade en compagnie de nos deux amis, qui, bien que catapultés dans un autre monde ont l'air de bien s'y accommoder.

 

Reste plus qu'à conclure... dans le foin ou dans un lit, mais là, elle veut toujours pas !

 

— Je suis désolée, je ne peux pas faire l'amour avec quelqu'un qui agit par obligation, pas par vrai désir.

— Mais... Je ne me force pas ! Je vous assure ! J'ai très envie de vous !

— C'est gentil, vous dites ça pour me faire plaisir... Mais je sais que ce n'est pas vrai.

— Pourtant, là...

— Ça, c'est juste mécanique !

 

Pourtant, Sigisbert voudrait bien qu'ils fusionnent leurs énergies intimement, charnellement, afin de pallier au dérèglement thaumique que la présence de Yuri implique vu qu'il n'était pas prévu dans le voyage de Fourmille sur Ekhö...

 

— Mes coreligionnaires, les Preshauns de Paris, souhaitent éliminer monsieur Podrov afin de pallier au dérèglement que sa présence implique.

— Quoi ? Me tuer ? Mais... Je... Je ne suis pas d'accord !

— Il y aurait cependant un autre moyen de rétablir l'équilibre thaumique. Il faudrait que vous vous unissiez. Intimement. Charnellement.

 

Challenge "Thrillers et polars" de Sharon (2015-2016), Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016), Challenge "Totem" par Liligalipette (dragons) et Le "RAT a Week, Winter Édition" chez Chroniques Littéraires (49 pages - 778 pages déjà lues pour le Challenge).


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...