5.6 Goodking : Epée de Vérité

 

Sommaire :

 

  1. La Première Leçon du Sorcier, Bragelonne, 2003
  2. La Pierre des Larmes, Bragelonne, 2003
  3. Le Sang de la Déchirure, Bragelonne, 2004
  4. Le Temple des Vents, Bragelonne, 2005
  5. L'âme du Feu, Bragelonne, 2006
  6. La Foi des Réprouvés, Bragelonne, 2007
  7. Les Piliers de la Création, Bragelonne, 2007
  8. L'Empire des Vaincus, Bragelonne, 2008
  9. La Chaîne des Flammes, Bragelonne, 2009
  10. Le Fantôme du Souvenir, Bragelonne, 2010
  11. L'Ombre d'une Inquisitrice, Bragelonne, 2011

 

 

De quoi ça parle ?

 

L'Épée de vérité (The Sword of Truth) est une série écrite par le romancier américain Terry Goodkind, racontant l'histoire de Richard Cypher, un guide forestier, et de ses compagnons, Kahlan Amnell, Zeddicus Zul'Zorander, et bien d'autres, à travers un monde assez sombre toujours menacé par la destruction ou l'asservissement.

 

L'auteur a écrit les onze livres qui composent ce cycle, la série se clôturant par une trilogie.

 

Les tomes sont publiés en France par les éditions Bragelonne au rythme d'un tome par an et sont réédités par les éditions France Loisirs.

 

Le premier tome est aussi paru aux éditions "J'ai lu" en deux volumes (1998), le traducteur étant Valena Magitoubyac.

 

L'auteur a entamé un nouveau cycle faisant directement suite à L'Épée de vérité. Le premier tome est sorti le 16 aout 2011 et sorti le 18 mai 2012 en France, toujours aux éditions Bragelonne.

 

Ce livre est cependant considéré comme le douzième tome du cycle de "L'Épée de vérité" dans sa traduction française (il est en effet indiqué comme tel sur la couverture).

 

Un second est attendu pour le courant de l'année 2012, sans plus de précisions.

 

 

 

 

 

Titre : L'Épée de vérité, tome 1 : La première leçon du sorcier
 

Auteur : Terry Goodking

Edition : Bragelonne (2003) / Presse Pocket (2005) / France Loisirs (2005)


Résumé :

Jusqu’à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes des ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt de Hartland.

 

Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan. Dès le premier regard, il sait qu’il ne pourra plus jamais la quitter.

 

Or, elle vient des Contrées du Milieu, territoire séparé d’Hartland par une frontière infranchissable !

 

Et elle n’est pas venu seule. Désormais, le danger rôde dans la forêt. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l’étrangère.


Seul Zedd, le vieil ermite, ami de Richard, peut lui venir en aide… mais ce faisant, il risque de bouleverser le destin du jeune homme. Car Zedd n’est autre que le grand sorcier, refugié en Terre d’Ouest, que Kahlan vient chercher.


Ensemble, les trois compagnons vont s’opposer au tyran Darken Rahl qui règne à présent sur les Contrées du Milieu.

 

Rahl est un fou sanguinaire qui projette de détruire le monde à l’aide d’anciens artefacts, les boites d’Orden.

 

Pour tenter de l’arrêter, Zedd fait de Richard le « Sourcier » en lui remettant la légendaire Épée de Vérité.

 

Cette épée lui donne le pouvoir dévastateur de rendre justice, mais l’arme est à double tranchant, car Richard éprouvera la souffrance de tous ceux qu’il tuera…

Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. A n’importe quel prix.

 

 

 

Critique :

 

Vu le nombre de critiques existant sur ce livre, je ne sais pas en ajouter trop.

 

Il est le premier du genre que j'ai commencé, après avoir lu ceux de Gemmel. Cette série me fut conseillée par un ami et on devrait toujours écouter ses amis quand ils vous disent "achète déjà les quatre premiers, parce que quand tu auras fini le premier, tu voudras passer aux suivants".

 

Je ne l'ai pas écoutée et je me suis retrouvée, à la fin du livre, avec l'impression que j'allais devenir folle si je ne lisais pas les suivants.

 

Personnages agréables, détaillés, l'action se met en place lentement, mais ça bouge. Le premier est déjà une sacrée dose d'aventures.

 

Le Premier Sorcier, Zed, grand-père de Richard, m'a trop souvent fait rire.

 

Certes, on pourra dire que Richard est un Gary-Stu et que l'Inquisitrice Kahlan est une véritable Mary-Sue.

 

Malgré tout, on se laisse entraîner par l'histoire et je ne regrette pas un seul instant d'avoir lu toute la série, même si le tome 7 était un peu moins bon.

 

 

Couvertures originales lors de la première parution chez "J'ai Lu"

 

 

 

 

Titre : L'Épée de vérité, tome 2 : La Pierre des larmes
 
Edition : Bragelonne (2003) / France Loisirs (2005)


Résumé :

Richard, Zedd et Kahlan croyaient en avoir fini avec les ténèbres. Mais leur victoire sur le tyran Darken Rahl a des conséquences terribles qu’ils ne pouvaient imaginer.

 

Le Voile qui sépare le monde des vivants et le royaume des morts s’est déchiré. Le Gardien des enfers sera bientôt en mesure de le traverser…


Il a déjà réveillé ses serviteurs. Leurs manigances sèment le feu et le sang.

 

Désormais, le danger est partout. Il rode et nul ne peut lui échapper. Pour Zedd le sorcier, l’unique espoir réside en une certaine pierre, la petite fille qui la porte … et le Sourcier de Vérité.


Richard est face à son destin. Car, s’il refuse d’être un magicien, il n’en subit pas moins les atroces souffrances liées à ce don. S’il n’apprend pas la magie, il mourra.

 

Les Sœurs de la Lumière la lui enseigneront, à condition qu’il se soumette.

 

Or pour rien au monde Richard ne veut revivre le cauchemar d’être esclave. Mais s’il renie son héritage, il condamne l’avenir du monde.


Une seule personne détient le pouvoir de faire accepter à Richard ce qu’il abhorre : Kahlan, la Mère Inquisitrice.

 

Pour sauver Richard et son peuple, elle devra tout sacrifier et déclencher une guerre qui emportera tous ceux qu’elle aime.

Malheur a celui qui néglige la Deuxième Leçon du sorcier…

 

Critique :

 

Après avoir dévoré le premier tome et avoir été frustrée de ne pas avoir le suivant sous la main, j'ai réparé mon erreur du début.

 

Rien à dire au sujet de l'action, même si on avait l'impression à la fin du tome 1 que l'aventure pouvait se finir là.

 

Bon, violence omniprésente, mais ce n'est pas de la fantasy "Bisounours" non plus.

 

A la fin du 2, j'ai dit "vite le trois !!"

 

 

 

 

 

Titre : L'Epée de vérité, tome 3 : Le sang de la déchirure
 
Edition : Bragelonne (2004) / France Loisirs (2006)


Résumé :

La barrière qui séparait l’Ancien et le Nouveau Monde a été brisée.


Des forces anciennes viennent assiéger les Contrées du Milieu. Des forces si terrifiantes que, la dernière fois qu’elles ont frappé, il y a 3000 ans, on n’a pu les repousser qu’en murant l’Ancien Monde à l’aide d’une barrière magique infranchissable.

 

A présent celle-ci n’est plus, et Richard Rahl et Kahlan Amnell sont les seuls à pouvoir faire face aux puissances maléfiques qui vont déferler.


Richard est le Sourcier de Vérité, mais il est aussi un sorcier de guerre, le premier depuis des millénaires.

 

Quant à Kahlan, sa bien-aimée, elle se cache loin de lui, traquée par des fanatiques qui ont entrepris d’assassiner tous les possesseurs de magie.

 

Ils se font appeler le Sang de la Déchirure, ils torturent et tuent des innocents en prétendant lutter contre le Mal.


Alors que règnent la manipulation et la guerre, Richard devra tout faire pour empêcher une apocalypse d’une sauvagerie inimaginable : accepter le pouvoir qu’il a hérité de son père et utiliser toutes ses ressources magiques pour vaincre l’ennemi, sauver Kahlan et refermer le portail.

 

Critique :

 

Lui, il est terrible. Pas de temps mort, des péripéties à ne plus en finir, la destruction du palais des prophètes... de quoi vous tenir en haleine durant votre lecture.

 

Mais... encore une ch'tite séparation du couple ! Décidément, quelqu'un ne veut pas qu'ils concluent ensemble, ou quoi ??

 

Les récits de combats m'ont fait plaisir, j'ai passé de bons moments frénétique de lecture.

 

A défaut de sexe, Richard peut s'amuser avec son épée (objet phallique s'il en est) et trucider un tas de bestioles avec des noms à coucher dehors.

 

Quand aux soeurs de la lumière et Nathan Rahl, ils mettent de la couleur dans la saga. J'ai adoré Nathan.

 

 

 

 

 

Titre :  L'Epée de Vérité, Tome 4 : Le Temple des Vents
 
Edition : Bragelonne (2005) / France Loisirs (2006)


Résumé :

" L'incendie viendra avec la lune rouge. Celui qui est lié à l'épée verra mourir les siens. "

 

Ainsi commence la prophétie qui se referme, tel un piège mortel, sur Richard et Kahlan. L'Epée de Vérité en main, Richard Rahl a combattu la mort en personne et secouru le peuple de D'Hara.

 

Mais à présent l'empereur Jagang, puissant jusqu'à la démence, lui oppose un ennemi insaisissable : une horrible maladie, un fléau qui déferle inexorablement sur le pays et frappe des milliers de victimes innocentes, à commencer par les enfants.

 

Pour étouffer les flammes de l'enfer, Richard doit chercher un remède dans le vent... mais il est pris entre deux feux, car selon la fatale prophétie, il devra perdre la femme qu'il voulait épouser, ou sa propre vie.

 

Dans ce combat, Richard et Kahlan vont tout risquer, y compris leur amour, pour mettre au jour la source du fléau : une magie enfermée depuis trois mille ans dans le Temple des Vents...

 

Mais sur ce chemin, la foudre le frappera, car sa bien-aimée le trahira dans son sang. Ainsi parle la prophétie.

 

 

Critique :

 

Je l'ai lu il y un temps certain, mais il me reste des souvenirs, tout de même.

 

Ce quatrième tome était captivant, j'ai commencer à apprécier Cara (qui est devenue un de mes personnages préférés ensuite) mais j'ai poussé un gros cri de colère sur l'auteur : pourquoi continuer à persécuter ses personnages, ne faisant que renforcer le côté Mary-Sue de Kahlan et de Gary-Stu pour Richard.

 

Depuis le temps qu'ils s'aiment, ils n'arrivent même pas à se bécoter en paix, il y a toujours un malheur qui arrive.

 

Quand ce n'est pas les carillons, le Gardien, le livreur de journaux (non, pas lui) ou autre chose.

 

Et puis, dans les livres, on tue sans vergogne, on torture de manière très poussée (et pas par une phrase "il souffrit beaucoup", non, vous avez tous les détails), on trucide des enfants, on viole des femmes, plus tout le reste,...

 

Pourtant, on joue sur la moralité avec Richard et Kalhan qui veulent être marié pour accomplir la bagatelle.

 

Comme si le mariage avait une importance réelle, comme s'il fallait sauver la morale. Violez, torturez, assassinez, mais ne faites pas crac-boum-hue avant le mariage.

 

Moi, quand j'achète des chaussures, je les essaye avant... Les adultes comprendront. Les enfants, allez lire "Picsou Magazine".

 

Bref, un super tome, mais encore et toujours trop de tortures et autres pour le couple. Les autres personnages sont moins agressés par leur auteur.

 

Richard et Kahlan devraient porter plainte pour les souffrances physiques et morales qu'ils ont enduré au cours de toute la saga.

 

 

 

 

 

Titre : L'épée de vérité, Tome 5 : L'âme du feu


Edition : Bragelonne (2006) France Loisirs (2007)


Résumé :

Richard et Kahlan ont sauvé leurs vies et leur amour au prix d incroyables sacrifices. Ils ne savent pas encore à quel point...

 

Pour arracher à la mort l'homme qu'elle aime, Kahlan, la mère inquisitrice, a prononcé les trois Carillons.

 

Sans le vouloir, elle a ainsi invoqué des êtres chaotiques de l'au-delà et libéré une puissance destructrice inimaginable. Car les trois Carillons volent les âmes des vivants !

 

Ces forces maléfiques à nulles autres pareilles attaquent l'essence même du monde et menacent de le détruire en absorbant toute sa magie.

 

Richard, Kahlan et Zedd se lancent dès lors dans une effrayante course contre la montre.

 

Le vieux sorcier traque ces ennemis insaisissables pour les rendre hors d'état de nuire avant qu'il ne soit trop tard, tandis que Richard et Kahlan partent pour Anderith à la recherche du journal d'un sorcier qui a vaincu les Carillons en des temps anciens.

 

Anderith où deux peuples s'affrontent, laissant le champ libre à l'invasion des hordes de l'empereur Jagang...

 

Critique :

 

Ouf, ils sont mariés et peuvent enfin passer un peu de temps ensemble, après leur longue séparation après le mariage qui avait eu lieu dans un des tomes précédents (la séparation a tellement duré de temps que je ne savais plus s'ils étaient marié ou pas).

 

Pas de bol, on va encore les emmerder avec le monde à sauver. Pourrait pas un peu leur fiche la paix, le monde ??

 

Les Carillons sont une bonne invention, mais le livre m'a surpris par l'introduction de nouveaux personnages dont je me suis demandé quelle importance ils pouvaient avoir.

 

J'aurais dû me douter que Goodking avait une suite dans ses idées et que ce qui me semblait barbant et sans importance en aurait ensuite.

 

Malgré tout, le début n'est pas trépidant et j'avais envie de sauter des pages.

 

Je vous rassure, ensuite ça bouge !

 

 

 

 

 

Titre : L'Epée de Vérité, Tome 6 : La Foi des Réprouvés


Edition : Bragelonne (2007) / France Loisirs (2008)


Résumé :

Kahlan est aux portes de la mort.


Richard qui, plus que quiconque, se méfie des prophéties, a soudain une vision : il doit emmener Kahlan à l'écart de l'armée qui les protège et abandonner son peuple à son funeste destin.


Kahlan refuse cependant d'abandonner la cause des Contrées du Milieu. Elle viole la prophétie et rompt le dernier serment qu'elle avait fait à Richard.


Au bout du compte, elle se retrouvera face à l'architecte de la terreur qui balaie le pays : l'empereur fou, Jagang, Celui qui marche dans les rêves, qui a juré de déverser sa rage sur le Nouveau Monde...

 

Critique :

 

Contrairement aux autres critiques, j'ai adoré ce tome et toute sa partie politique. On se serait cru sur terre. Il est ironique et même si Richard a toujours la réponse à tout, le livre m'a fait passer de bons moments.

 

Par contre, ce qui m'avait énervé, c'est que dès que Richard et Kahlan sont réunis, on les sépare. Ces deux jeunes personnes auront passé plus de temps séparés que réuni.

 

C'est ce que je reproche à l'auteur, c'est parfois d'en avoir trop fait dans les séparations du couple. Un peu, ça va, mais trop, bonjour les dégâts.

 

 

 

 

 

Titre : L'Epée de Vérité, Tome 7 : Les piliers de la création


Edition : Bragelonne (2007) / France Loisirs (2008)


Résumé :

La jeune Jennsen, harcelée depuis sa plus tendre enfance par ses démons intérieurs, a trouvé le moyen de les réduire au silence.

 

Mais la fin de son épreuve est le début d'un calvaire pour le reste du monde : impliquée contre son gré dans un combat dont l'enjeu est la vengeance et la conquête, Jennsen tombe sous la domination de forces obscures plus atroces que tout ce qu'elle aurait pu imaginer.

 

Et si les voix de ses démons avaient toujours été réelles ?...

 

Pendant ce temps, Richard et Kahlan à nouveau réunis doivent toujours compter avec la menace des troupes de l'Ordre Impérial.

 

Contraints de s'aventurer dans un pays étrange et désolé, ils voient leur quête se transformer en cauchemar lorsqu'un chasseur infatigable se met à les traquer.

 

Affaiblis et de plus en plus seuls, Richard et Kahlan combattent désespérément pour survivre.

 

S'ils veulent un avenir, il leur faudra repousser la menace surnaturelle qui vient d'émerger des plus sombres profondeurs de l'âme humaine.

 

Pour cela, le Sourcier devra lutter contre les démons assoiffés de sang qui rôdent parmi les Piliers de la Création...

 

Critique :

 

Le tome 6 étant super, j'avais hâte de poursuivre sur ma lancée avec le 7. Et là, bardaf, l'embardée ! Je me suis même demandée si, par un sortilège spécial, on avait pas changé les héros de la saga.

 

Je m'explique : ici, Terry Goodkind a viré de bord car le personnage principal n'est pas Richard, mais Jennsen, un des enfants illégitimes de Darken Rahl et un "trou dans le monde". Richard et Kahlan n'apparaissent que dans les dernières pages. Et je n'ai pas lu tout le livre, tellement il me pompait l'air.

 

Pourtant, c'est une erreur de ne pas aller jusqu'au bout parce que ce tome est hyper important pour la suite et une partie des explications.

 

On nous explique ce que sont "les trous dans le monde" et le fait que Jennsen soit tout à fait imperméable à la magie.

 

Incapable de le lire en entier, j'ai regretté ensuite parce que je savais son importance.

 

A mon avis, l'auteur a mal négocié ce livre parce qu'il est déroutant et on ne comprend pas pourquoi.

 

 

 

 

 

Titre : L'Epée de Vérité, Tome 8 : L'empire des vaincus


Edition : Bragelonne (2008) / France Loisirs (2009)


Résumé :

Rejoints par de nouveaux alliés dans leur lutte contre L'Ordre Impérial, Richard, Kahlan et Cara s'éloignent des Piliers de la Création après une dure bataille.

 

Inspiré par la révolution qui a tout changé à Altur'Rang, le Sourcier de Vérité a imaginé un plan pour miner de l'intérieur le pouvoir de Jagang, l'homme qui rêve de conquérir et d'écraser le Nouveau Monde.


Sur le front du nord, la catastrophe se précise. Alors qu'Aydindril est tombée depuis longtemps, Zedd et Adie, uniques défenseurs de la Forteresse du Sorcier, sont prisonniers d'une Soeur de l'Obscurité décidée à leur arracher tous leurs secrets.


En chemin, Richard et ses compagnons rencontrent Owen, un voyageur solitaire qui cherche le seigneur Rahl pour lui demander d'aider un étrange empire à repousser l'Ordre Impérial.


Trop occupé pour faire un détour, Richard refuse net.


Mais le destin en décidera autrement.

 

 

Critique :

 

Voilà un livre qui m'a donné envie d'entrer dans l'histoire pour aller accomplir un génocide de masse sur la personne des Bandakars.

 

Ok, je suis pacifiste, pacifique, mais quand on me cherche, on me trouve.

 

Eux, ce sont des lavettes de chez lavettes. "Oh non, on ne veut pas leur faire du mal à ces gentils envahisseurs qui pillent, tuent, violent,... La discussion est toujours possible".

 

Ben voyons !

 

Par contre, Owen n'a pas hésité à empoisonner Richard pour qu'il vienne l'aider. Je t'empoisonne, mais je ne veux pas que tu meures, je suis pacifique extrême, mais j'utilise du poison... Cherchez pas docteur.

 

La première partie du tome est un peu lente, vachement lente, mais ensuite, ça bouge un peu plus et j'ai retrouvé mon plaisir du début.

 

Mais stop avec les discours moralisateurs ! Je lis de la fantasy pour l'univers alternatif qu'elle me donne, je n'ai rien contre les références terrestres, même politique, parce que l'homme restera toujours un homme assoiffé de pouvoir.

 

D'accord, mais je lis de la fantasy, pas de la morale, alors, faut pas m'en rabâcher durant des pages et des pages, ça pourrait me pousser au suicide ou au meurtre collectif.

 

 

 

 

 

Titre : L'Epée de Vérité, Tome 9 : La chaîne de flammes
 
Edition : Bragelonne (2009) / France Loisirs (2010)


Résumé :

Grièvement blessé lors d'un combat contre les soudards de l'Ordre Impérial, Richard serait sans doute mort sans l'intervention de Nicci.

 

Un sauvetage miraculeux qui laisse le Sourcier très faible, désorienté... et peut-être victime d'une formidable hallucination.

 

En effet, quand il s'enquiert du sort de Kahlan... il découvre que personne parmi ses compagnons, ne semble la connaître.

 

Même Cara, sa fidèle garde du corps, ne se souvient pas qu'il ait un jour été marié à la Mère Inquisitrice.

 

Alors que la guerre contre Jagang continue de faire rage, Richard part en quête de son passé et de sa mémoire.

 

Il en est persuadé : cette disparition fait courir à l'univers un danger mortel !

 

Critique :

 

Imaginez ma surprise, en commençant ce tome, après deux précédents vachement décevants, de trouver Richard en train d'agoniser, un carreau d'arbalète dans le corps (et pas dans les fesses).

 

Heu, elle est où Kahlan ?? Quoi ? L'auteur l'aurait-il de nouveau soustraite de nos yeux ? Et oui... Z'auront jamais d'enfants, ces deux là, sont jamais ensemble.

 

Bref, elle a disparu, mais pire, personne ne se souvient d'elle. Attendez, j'ai pas rêvé, moi. En tant que lecteur, j'ai suivi les aventures de Kahlan non stop et les autres étaient là... Mystère.

 

Ce tome retrouve l'ambiance dds précédents et on renoue avec Richard le vadrouilleur à la recherche du mystère Kahlan. "Perdu de recherche" en avance sur son temps. Tout le monde le croit fou et lui, il leur parle de son épouse et personne ne sait qui elle est.

 

Sans compter qu'une grosse bêbête traque Richard et qu'elle peut prendre toutes les formes (elle m'a fichu la trouille, elle). Richard est perdu...

 

Oh, j'oubliais, les boîtes d'Orden ont été volées (grave) et remise en jeu.

 

Déroutant, mais on veut savoir la suite.

 

 

 

 

 

Titre : L'Epée de Vérité, Tome 10 : Le fantôme du souvenir
 
Edition : Bragelonne (2010) / France Loisirs (2011)


Résumé :

Depuis qu'elle a tout oublié de sa vie et de son identité, Kahlan est potentiellement la femme la plus dangereuse de l'univers.

 

Et pour tous ceux qui ne souviennent plus d'elle, la fin du monde a déjà commencé, même s'ils ne s'en doutent pas...


Seul contre tous, Richard garde en mémoire l'image de sa femme qu'il aime. Refusant de capituler face à une extraordinaire machination, il a réussi à convaincre ses plus fidèles amis que sa quête n'est pas une pure folie.


Mais les choses se compliquent encore, puisque Kahlan, si elle découvre la vérité à son sujet, deviendra à son corps défendant la plus sûre alliée des forces démoniaques qu'elle a passé sa vie à combattre.


Si elle veut survivre dans un monde où la trahison et la manipulation sont la règle, l'épouse du Sourcier doit absolument savoir pourquoi elle est un des personnages centraux du conflit qui oppose deux civilisations, deux philosophies et... deux hommes aussi différents qu'il est possible de l'être.

 

Critique :

 

Un peu déçue que ce tome se traîne un peu en longueur, comme si l'auteur voulait vendre un tome de plus et de ce fait, au lieu d'en faire un avec de la concision en avait fait deux avec cet intermédiaire qui se traîne en longueur.

 

Il a du bon, surtout de savoir que Richard et Kahlan sont prisonniers de Jajang, si près et si éloigné.

 

Pour le reste, j'avais TRÈS bien compris que l'empereur était une bête sanguinaire, un être assoiffé de sang et sans scrupules, pillant, tuant et violant tout ce qui bouge.

 

Pas la peine de le répéter à toutes les pages, j'avais compris. A la fin, cela déforce le personnage.

 

Je ne me suis pas trop tracassée, Richard se sauve de toutes les situations, même s'il n'a plus son épée.

 

Ma foi, il est temps que la saga finisse parce que elle commence à retomber dans ses travers et à tirer en longueur.

 

 

 

 

 

Titre : L'épée de Vérité, tome 11 : L'ombre d'une inquisitrice
 
Edition : Bragelonne (2011) / France Loisirs (2012)


Résumé :

Sombrant dans les ténèbres, proches d'êtres accablés par le mal, les personnes encore libres sont impuissantes face à l'avènement d'un nouveau monde sauvage, alors que Richard fait face à la culpabilité de connaître ce qu'il doit laisser arriver.

 

Seul, il doit porter le poids d'un péché qu'il n'ose pas confesser à la seule personne qu'il aime... et qu'il a perdue.

 

Rejoignez Richard et Kahlan dans le roman de conclusion d'un des voyages les plus remarquables et les plus mémorables jamais écrits.

 

Il a commencé avec une leçon, et il finira avec la leçon de toutes les leçons, la leçon qui n'a jamais été écrite, la leçon qui n'a plus été prononcée depuis l'aube des temps.

 

Quand le jour se lèvera, le monde aura changé pour toujours.

 

La conclusion tant attendue ! Les hommes et les femmes libres sombrent peu à peu dans les ténèbres.

Rien ne pourra empêcher l'avènement d'un nouveau monde de cruauté et de sauvagerie.

Mais Richard est sur le point découvrir la onzième leçon, celle qui, depuis l'aube des temps, ne fut jamais écrite ni prononcée à haute voix.

Celle qui changera à jamais le monde...

 

 

Critique :

 

Le dernier tome et la résolution de tout ?? Voilà ma question d'entrée de jeu.

 

Mon avis sera assez mitigé, parce que, si j'ai apprécié le final que je n'ai pas vu venir, je me suis dit, après coup, que c'était un peu trop facile et vite résolu.

 

Merde, Goodking nous a fait traîner sa saga sur onze tomes pour bâcler un peu la fin ?? Oh ! *cri de rage*

 

De nombreux films m'avaient déjà fait le coup : trépidants, super, on se demande comment ils vont clore l'affaire et le tout est réglé en deux secondes, comme si le scénariste s'était rendu compte qu'il avait oublié la fin et en avait écrit une en vitesse sur un morceau de papier.

 

Pardon, je commence par la fin... Il y a tout de même des choses qui m'ont plus dans ce dernier tome :le tournoi de Jah'la qui ressemble au foot mais avec une variante dans le fait que les perdants sont exécutés.

 

Et oui. Mais jamais je n'aurais cru que ce sport collectif signerait la défaite de Jajang.

 

J'aimais beaucoup les valeurs que Richard a véhiculé dans ce sport (il avait supprimé la mise à mort de l'équipe perdante, dans son royaume).

 

Dans ce tome, l'auteur a vraiment tiré parti de ces valeurs pour miner de l'intérieur l'ordre impérial.

 

Du pur génie, car Richard s'est transformé en stratège de génie ! Encore un peu et je hurlais "allez Richard" asssise dans mon fauteuil...

 

Pour la fin, je vous l'ai dit, c'est un peu rapide.

 

Malgré tout, critique mitigée parce que j'ai été surprise et tout compte fait, c'était la seule solution pour éradiquer le tout...

 

Surprise parce que je ne m'attendais vraiment pas à ce que l'Ordre Impérial soit envoyé dans un monde parallèle.

 

La fameuse morale dont je vous parlais est, une fois de plus, très forte et sauve, puisque Richard n'est pas aussi cruel que ses ennemis (Moi, j'aurais pris le contrôle des boîtes d'Orden et j'aurais liquidé tous les soldats de l'Ordre).

 

On peut tuer, mais pas de trop et la vengeance ne fera pas ressusciter les morts, alors, faut pas être trop méchant avec les Méchants.

 

Quant aux fameux Piliers de la Création (ceux du tome 7 qui m'ont fait chier), ben ils s'en vont également afin que la magie ne disparaisse pas. C'est bien trouvé et intelligent.

 

Le final sera les retrouvailles entre Richard et sa namoureuse et les autres qui retrouveront la mémoire. Ouf !

 

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants... snif... fin de la saga qui, malgré ses gros défauts m'aura fait prendre pied un peu plus dans la fantasy.

 

 


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...