6.2 Laurell K. Hamilton : Anita Blake

 

Fiches résumés uniquement :

 

9. Papillon d'obsidienne

10. Narcisse enchaîné

11. Péchés céruléens

12. Rêve d'Incube

13. Micah

14. Danse macabre

15. Arlequin


 

 

Titre : Anita Blake, Tome 1 : Plaisirs coupables
Edition : Milady (2009)

 
Résumé :

Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m'appellent "l'Exécutrice" et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle.

 

Ma spécialité, au départ, c'était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n'est pas toujours très exaltant et mon patron m'exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s'en servir. Tuer des vampires, c'est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d'enfance.

 

Depuis qu'ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il yen a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine. Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang !

 

 

Critique :

Ce livre, je l'avais regardé négligemment, dans une bouquinerie. "Oh, les vampires reviennent à la mode" m'étais-je dit.

 

Le quatrième de couverture était aguicheur : des vampires et des loups-garous qui vivent dans la société, pas caché du tout ? Nouveau... Des vampires qui se font dézinguer (mes soupçons se portaient sur Van Helsing ou un descendants de la famille De Rougemont) à tout va et le Maître Vampire qui engage un p'tit bout d'femme de même pas 1,60m, chaussée de baskets de la marque Nike...

 

Pourquoi pas ? Le livre était quasi donné (2€) et je partais en vacances bientôt (juin 2010, je pense). Allez, emballé c'est pesé ! J'aime lire autre chose en vacances.

 

Je ne fus pas déçue, de la littérature pour déguster au bord de la piscine, après une longue journée, les pieds dans l'eau.

 

Défauts ? Le Maître vampire qui se prénomme... Jean-Claude ! Sérieux, ça ne le fais pas (sérieux). Elle ne pouvait pas trouver un autre nom ?

 

Bon, pour le reste, ça vole pas haut, ce n'est pas du Anne Rice, mais pour lire sans se casser la tête, c'est ce qu'il faut.

 

Récit à la première personne du singulier, par Anita elle-même.

 

Notre exécutrice est un peu trop "too much" : elle est la meilleure, se sort de toutes les situations, tombe quasi amoureuse du vampire (je m'étais dit, au moment de ma lecture, qu'il ne manquait plus qu'à ce qu'elle hésite entre le vampire et un loup-garou et on se retrouverait avec le triangle amoureux d'une autre auteur que je ne nommerai pas mais dont l'acteur qui joue le buveur de sang de Bambi fait hurler les midinettes en chaleur).

 

Heu, je vous dis que mes prévisions humoristiques se sont produites dans un des tomes suivants ??

 

Profusions de personnage, pas assez de descriptions, personnages pas assez fouillés. Entre nous (et rien qu'entre nous), je m'attendais à du plus sulfureux (même si un tome beaucoup plus loin, une scène m'a fait rougir...).

 

Résumons-nous : ça ne vaut pas la littérature vampirique des années 90, ça ne vaut pas Anne Rice, mais c'est juste bon à lire pour passer son temps.

 

 

 

Titre : Anita Blake, Tome 2 : Le cadavre rieur
Edition :  Milady (2009)


Résumé :

Savez-vous ce que c'est qu'une "chèvre blanche"? Eh bien, en jargon vaudou, c'est un doux euphémisme pour désigner la victime d'un sacrifice humain. Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de deux cents ans et des poussières, j'ai tout de suite compris ce que ça impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés... mais ça, non! Pas question...

 

Mais je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d'un million de dollars. L'ennui, c'est que tout le monde n'a pas mon sens moral. Que ces salauds vont bien dégoter quelqu'un pour faire le boulot. Qu'on va se retrouver avec un mort-vivant raide dingue, tout sauf végétarien, et semant la panique.

 

Et que c'est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner! Comme si je n'avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires...

 

Critique :

Ce tome deux n'avait pas suivi la loi des séries qui veuillent que le second tome soit moins bien que le premier.

 

Dans celui-ci, l'aventure est moins cafouillis, moins brouillonne et on suivra Anita dans sa profession de releveuse des morts. On en apprend un petit plus sur son métier.

 

Par contre, pas de trace de Jean-Claude, sauf s'il a demandé un changement de prénom à la Commune et qu'il est apparut dans le roman sous un autre nom...

 

L'histoire des baskets Nike m'a prodigieusement pompé l'air dans cet opus, elle en parle trop ! A croire qu'elle a des actions chez Nike (oups, je les cite deux fois, vous allez le penser aussi).

 

Merde, elle a du sang partout et elle s'inquiète pour ses pompes ? Si ça avait dit sur une phrase, cela aurait été marrant, mais là, le pavé était tellement long que ça en devenait lourd.

 

Sinon, un opus deux prometteur... on verra le reste à l'autopsie.

 

 

 

 

Titre : Anita Blake, Tome 3 : Le cirque des damnés
Edition :  Milady (2009)


Résumé :

Je vous le dis franchement : je stresse! Nous vivons vraiment clans un univers IM-PI-TOYABLE ! Prenez par exemple Jean-Claude, propriétaire, entre autres, du Cirque des Damnés, une boîte branchée des plus rentables.


Eh bien, il n'est entouré que de gens qui veulent soit lui faire la peau, soit prendre sa place, voire les deux. Tous des vampires, bien sûr, avec des dents qui rayent le parquet.

 

Vous me direz que, même s'il ale sens de l'humour, J. -C. , lui aussi est un vampire et que sa principale ambition semble être de faire de moi son esclave. Peut-être finalement devrais-je laisser les loups-garous et autres se dévorer entre eux.


Et plutôt me consacrer à empêcher mes chers zombies de nuire.

 

 

Critique :

Dans cette troisième aventure, Anita Blake est appelée pour une affaire de meurtre où le cadavre aurait été la malheureuse victime d'un vampire ou même de plusieurs suite à de nombreuses traces de dentitions sur les morsures de vampires, peut-être est-ce l'œuvre d'un maître vampire renégat et/ou sauvage accompagné de sa meute.

 

Peut-être dans le but de narguer le maître vampire de la ville, car en effet il y a beaucoup de conspirations naissantes autour du maître-vampire Jean-Claude.

 

Un maître vampire ou plusieurs chercheraient à prendre sa place et dans le métier de maître-vampire, on ne quitte son poste que si l'on est tué.

 

Et tandis qu'Anita se débarrasserait volontiers de Jean-Claude, elle ne fait pas confiance au maître-vampire qui se présente à elle, ce Alejandro ; et pour Jean-Claude, elle est déchirée entre deux sentiments contradictoires...

 

Anita s'est déjà faite faire deux marques par Jean-Claude, elle nous parle encore de ces baskets de la marque que vous savez, mais un peu moins, ouf. Par contre, elle est presque In Love du cadavre ambulant qu'est le Maître Vampire et elle résiste, elle prouve qu'elle existe... mais ça commence à bien faire ces romances guimauves. Parce que ça en est !

 

Edward, le tueur de vampires fait un petit tour : voilà un personnage intéressant, sombre et mystérieux, on ne sait pas de quel côté il va aller. Est-il digne de confiance ou pas ?

 

Action trépidante, pas le temps de souffler (mais comment fait l'héroïne ?), ça hémoglobine de tous les côtés, Anita a un nouvea p'tit stagiaire qui est aussi à sa place dans le métier de releveur des morts qu'un être délicat au milieu d'un abattoir, le fusil à la main...

 

Mais que fou-t-il là ? Je ne sais pas et ce ne sont pas ses explications qui m'ont convaincue. Si tu veux aider les autres, engage-toi à la Croix-Rouge mais pas dans un job tel que celui d'Anita.

 

Toujours pas de la grande littérature, mais excellente pour s'aérer l'esprit.

 

 

 

 

Titre : Anita Blake, Tome 4 : Lunatic Café
Edition :  Milady (2009)


Résumé :

« On dirait que je le fais exprès. Je suis tombée amoureuse du chef de meute local. Non, pas un louveteau. Un loup-garou, bien sûr !


Maintenant, il y a des tas de filles dans ma tranche d'âge qui n'arrivent pas à se dégoter un petit ami. Et c'était mon cas avant Richard.


Certes, Jean-Claude, mon vampire préféré, ne demandait pas mieux, mais son coté possessif a tendance à me démotiver. Même si c'était un homme ordinaire, j'aurais déjà du mal à imaginer une vie de couple avec lui.

 

Côté sexe, ça oui : no problemo, je vois très bien, mais sortir... Aller au restaurant, au spectacle, fréquenter ses amis. Franchement, non!


On a beau être dans une histoire d'horreur, il y a des limites ! ».

 

 

Critique :

Dans ce quatrième opus, des loups-garous et des métamorphes ont disparus et le chef de la meute de Saint-Louis, Marcus, charge Anita de l'enquête pour tirer les choses au clair.

 

Côté vie privée, Anita sort avec Richard, loup-garou de son état, et se rend compte qu'elle ne le connaît pas assez comme elle le voudrait après deux mois de relation amoureuse et chaste, et il y a ce cher Jean-Claude, maître vampire de la ville, jaloux de son état qui se refuse à laisser Anita roucouler dans les bras de Richard.

 

Pas découragé par son rival, il continue de poursuivre la jeune réanimatrice de ses assiduités.

 

Dans ce tome, nous avons nous concentrons donc sur l'enquête surnaturelle et sur les amours d'Anita.

 

Parlons-en des amours d'Anita : ma prédiction marrante s'est donc réalisée et la voilà en train de se poser des questions existentielles sur celui avec qui elle doit aller.

 

Restera-je avec le p'tit loup, le beau Richard ou irai-je avec Jean-Claude, le beau vampire ?

 

Que choisir ? Un mec qui, la journée, est à l'état de putréfaction avancée, même pas capable de vous préparer un bon p'tit plat, et qui, en prime, lors de son réveil, avale un litre - pas du pinard - de sang frais ?

 

Ou alors, dois-je rester avec le loup-garou qui risque de perdre ses poils sur le tapis, mordiller mes peluches Pingouin, et qui risque aussi de pisser aux quatre coins de la maison ?

 

Non ! Qu'est-ce que c'est que ce triangle amoureux de bas-étage ? Le tout au détriment de l'enquête, en plus !

 

Quand je parle d'enquête... enquête, mon œil ! Niveau intrigue, il y a trop de choses à la fois, trop d'éléments introduits qui ne se rejoignent pas vraiment.

 

Négliger son enquête au profit de ses problèmes sentimentaux, je vous demande un peu ! Je comprends que les auteurs de polars ou de romans policiers gardaient leur héros célibataire. Au moins, ils ne nous cassaient pas les pieds durant la moitié du livre avec leur problème de cœur ! Non, pas de problèmes de cul avec Anita, elle reste chaste...

 

Puritanisme ! On tue mais on ne baise pas... cherchez pas à comprendre, elle avait sans doute peur que le loup ne la morde sauvagement.

 

Cette enquête aurait pu être intéressante avec tous ces métamorphes qui ont disparu et cette histoire de snuff-movie. Mais l'auteur embrouille le tout avec les problème de meute de Richard, avec JC qui court derrière Anita, un qui veut écrire des livres sur les métamorphes,...

 

Bref, c'est aussi touffu que la queue d'un loup-garou et tous ces éléments ne se rejoignent pas, pour certains.

 

On passe rapidement à ces scènes, et rien en transition : résultat, Anita a à peine le temps de dormir ou manger !

 

Moins bon que le trois...

 

Titre participant au Challenge « Totem » organisé par Lili Galipette. 

 

 

 

Titre : Anita Blake, Tome 5 : le Squelette Sanglant
Edition :  Milady


Résumé :

« Bert, mon boss, a encore eu une de ces idées de tarés dont il a le secret : relever tout un cimetière de morts très anciens qui ne demandaient rien à personne.

 

D’accord, c’est probablement un gros contrat qui devrait arranger la comptabilité de la boite et pour une réanimatrice comme moi, il faut bien reconnaître que c’est plutôt valorisant, même si la petite Anita en a un peu marre d’être toujours là pour sauver les meubles et réparer les conneries des autres.


Bref je vais sur place, où mon intervention est censée régler un conflit entre un promoteur et une vieille famille locale. Tout cela, bien sûr, pour construire un superbe complexe résidentiel de plus, blouser les petits actionnaires et s’en foutrent un max dans les poches.


A peine arrivée, je découvre qu’un tueur en série, nécrophile, nécrophage ou je ne sais quoi fait des ravages dans le coin. Sûrement un vieux copain à moi.


Il y a des moments où l’on aurait envie de changer d’air !... ».

 

 

Critique :

Ah, un tome plus intéressant que les précédents !
Anita fiche le camp de Saint-Louis, sans son loulou, mais son vampire la suit.


Tension sexuelle à son comble (même dans les pantalons ?), intrigue un peu plus fouillé et bien faite, le personnage de JC est un peu plus expliqué et je commence à l'apprécier. L'auteur nous parle de ses failles, de ses blessures...


Franchement, jusqu'à présent, c'est le meilleur !

 

 

 

 

Titre : Anita Blake, tome 6 : Mortelle Séduction
Edition : Milady


Résumé :
A ma gauche, Richard. Le mec le plus adorable du monde : brun aux yeux chocolat, prof de sciences. Seul problème : une fois par mois, il se couvre de poils et hurle à la lune.

 

A ma droite, Jean-Claude. Le mec le plus horripilant du monde : un regard bleu marine hypnotique, et un magnétisme sexuel démentiel. Seul problème : il a plus de deux siècles.

 

Face à moi, un immortel atteint par une mystérieuse maladie qui le liquéfie sur pattes. Et quelque part derrière moi, un assassin à qui un commanditaire inconnu a promis un demi-million de dollars s'il réussissait à m'abattre dans les vingt-quatre heures.

 

Que dit la sagesse populaire déjà ? " Il vaut mieux être seule que... "

 

 

Critique :

Dans ce tome, JC devient plus hot qu'une baraque à frites et le loup-garou Richard, que j'avais adoré au départ, devient du grand n'importe quoi dans ce livre.


De chochotte qui ne veut pas tuer, il peut devenir très brutal quand il est jaloux, et je l'aime de moins en moins.


Au départ, je voulais qu'Anita finisse avec lui, mais là, je vais pencher pour le vampire... et la baignoire. Le puritanisme s'envole...


Pas le meilleur, et moins bon que le précédent !

 

 

 

 

Titre : Anita Blake, Tome 7 : Offrande Brûlée
Edition :  Milady (2009)


Résumé :

Un malheur n'arrive jamais seul. La preuve ? En l'espace de vingt-quatre heures, je découvre que les envoyés du Conseil vampirique viennent de débarquer en ville, et que de mystérieux pyromanes ont mis tous les repaires de monstres locaux à feu et à sang.

 

Sans oublier que j'hérite d'une famille de métamorphes orphelins de chef, et que mon ex qui a toujours une dent contre moi n'en finit plus de me mener la vie dure.


Parfois, j'ai vraiment envie de tous les envoyer bouler. Mais le pourrais-je encore ? Désormais, il semble que mon existence soit inextricablement liée à celle des créatures que je m'étais juré de combattre. Jusqu'où cela va-t-il m'entraîner ?


Franchement, je préfère ne pas y penser...

 

 

Critique :

Malgré un peu de cafouillis, j'ai apprécié ce tome. Le vampire est plus présent et on en apprend plus sur sa vie antérieure.

 

Par contre, Anita devient de plus en plus SuperWoman, prenden charge la meute de léopards-garous car elle a tué leur alpha, règle le problème des pyromanes, d'ailleurs elle règle tous les problèmes.

 

Au second degré, ça passe et le livre détend après une dure journée.

 

 

 

 

Titre : Anita Blake, Tome 8 : Lune Bleue
Edition : Milady


Résumé :

Richard, mon ex-fiancé et chef de la meute de loups-garous locale, était en train d'étudier les trolls dans le Tennessee quand il s'est fait arrêter pour tentative de viol.

 

D'accord, nous ne sommes pas en très bons termes depuis que je l'ai plaqué pour Jean-Claude, le vampire qui me courait après depuis une éternité. Mais tout de même, je connais bien Richard. Je sais qu'il ne ferait jamais une chose pareille.

 

Je flaire comme une machination, et déjouer les machinations, c'est mon passe-temps favori quand je ne suis pas en train de relever les morts.

 

Donc, cap sur le Tennessee pour aller délivrer Richard. Le seul problème, c'est que je ne sais pas comment Jean-Claude va réagir. Enfin, quand je dis le seul problème... Je suis sûre que ça ne le restera pas longtemps.

 

 

Critique :

Ah que voilà un tome qui m'a bien plu et qui tire le reste vers le haut.


Richard accusé de viol (quoi ? Mon Richard que j'adore ?) et Anita qui va tenter de l'aider. Richard en taule, qui se pose des questions, limite il a la trouille.


De plus, le triumvirat formé par Anita, Jean-Claude et Richard est au poil.


Anita, même sans être une superwoman gère tout le bazar et là, tout de même, elle est multifonctionnelle. Un peu trop ? Oui, parfois, même souvent, mais nous sommes dans la fiction !


Non, celui-ci est plus que conseillé !

 

 


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...