"Jack The Ripper" : Film de Jesus Franco (1976)


Jack l'Éventreur (Jack the Ripper) est un film germano-suisse réalisé par Jesús Franco sorti en 1976.



  • Titre : Jack l’Éventreur
  • Année : 1976
  • Réalisateur : Jesús Franco
  • Genre : Horreur
  • Musique : Walter Baumgartner
  • Scénario : Jesus Franco et Jean-Claude Carrière
  • Durée : 92 min


Synopsis :


Le Dr. Dennis Orloff est un médecin respecté de tous, à la générosité qui semble être sans limite.


Pourtant, derrière ce parfait exemple de la société civilisée, se cache un redoutable tueur en série, connu sous le nom de Jack l'Éventreur, qui tue et démembre brutalement des filles de joie, afin de... [No spoiler].


 

Distribution :

  • Klaus Kinski : Dr Dennis Orloff / Jack l'Éventreur
  • Josephine Chaplin : Cynthia
  • Andre Mannkopff : Inspektor Selby
  • Herbert Fux : Charlie, the Fisherman
  • Lina Romay : Marika Stevenson
  • Nikola Weisse : Frieda
  • Ursula von Wiese : Miss Higgins
  • Hans Gaugler : Mr. Bridger, the blind man
  • Francine Custer : Sally Brown, first victim
  • Olga Gebhard : Ms. Baxter
  • Angelika Arndts : Ms. Stevenson
  • Peter Nüsch : Sergeant Ruppert
  • Esther Studer : Jeanny, second victim
  • Regine Elsener : Blondy
  • Lorli Bucher : Lulu
  • Mike Lederer : Coach Driver
  • Otto Dornbierer : Charlie's friend



Anecdotes :


Ce film a été tourné sans son, les acteurs pouvaient jouer dans la langue qui leur était le plus facile, selon leur nationalité. La post-synchronisation s'est donc faite après.


C'est la langue allemande qui a été faite en premier, donc la version originale est considérée comme étant la version allemande, bien que les mouvements de lèvres des acteurs ne soient pas plus exacts avec les dialogues que les version anglaises et françaises faites ensuite.


Klaus Kinski a doublé lui-même les versions allemande et anglaise, pour son rôle.


Ce que j'en ai pensé :

— Non mais allo quoi ?? On a gâché de la pellicule pour réaliser ce film ?


Seriously ? Voilà ce qui s'appelle gâcher du matériel et faire perdre son temps aux gens...


Là, je peux le dire, je viens de regarder LE nanar du mois Anglais, Ze nanar on Jack The Ripper.


J'ai aussi dans ma manche Ze nanar of Sherlock Holmes, mais bon, celui-là c'était un second visionnage, ici, c'est le premier et ça fait mal aux yeux.


Bon, d'entrée de jeu, Jack a déjà frappé... On commence le film avec une pute saoule qui refuse de faire crac-crac avec un monsieur portant un costume noeud-pap... parce que pour une guinée, c'est non !


Nous savons (ceux qui ont suivi mon travail sur Jack en juin 14) qu'en 1888, les prostituées touchaient en moyenne 6 pences pour faire trembler les genoux de leur client...


Elle refuse une guinée ?? Valeur de la guinée ?


Parenthèse culturelle : certes, la guinée a été retirée de la circulation en 1817 pour être remplacée par le souverain, mais malgré tout, le terme guinée continue à être utilisé durant le XIXe siècle pour exprimer un montant de 21 shillings, soit une livre et un shilling (ou un souverain et un shilling).


Le penny, au pluriel pence pour la somme d’argent ou pennies pour les pièces elles-mêmes, est une pièce en bronze valant 1/12 de shilling (1/240 de livre). La pute refuse une passe qui rapporte en temps normal 6/12 de shilling alors qu'on lui propose 21 shillings ?? Impensable ! Fin de la touche culture.


L'homme bien habillé qui sort du pub un peu louche ? Irréaliste !


La prostipute habillée proprement, avec des vêtements même pas rapiécés ? Jamais vu ! Des dents si blanches qu'elles pourraient tourner dans une pub pour Ultrabright ?? N'importe nawak !


Que voilà des prostituées bien vêtues !!
Que voilà des prostituées bien vêtues !!


Les décors sont cheap, les endroits qu'elle traverse trop bourgeois pour une pute de Whitechapel, la musique est à chier aussi.


L'agression de cette pute ? Les vêtements sont déchirés plus rapidement que si c'était ceux utilisé par Arturo Brachetti lors d'un de ses shows.


L'agresseur, bien habillé, la transporte via une barque dans un autre endroit où une complice le reçoit, l'appelant "docteur". Peu de sang, sur le sac... et on s'en débarrassera, après découpage intégral, dans la flotte.


Ne cherchez pas de point commun avec le véritable Jack, ni avec ses crimes, parce que nous en sommes trèèèèèèès loin.



L'inspecteur qui mènera l'enquête ne mérite pas le nom d'acteur parce qu'il a trois expressions faciales sur le visage. Et encore, je suis large en disant 3 !


La plupart des "acteurs" (peut-on les désigner ainsi ??) fournissent le minimum syndical, donnent l'impression qu'ils sont là par hasard et ça ajoute de l'horreur dans ce film qui ne volera jamais plus haut que le derrière d'un mollusque.


L'inspecteur est celui de gauche, bein entendu !
L'inspecteur est celui de gauche, bein entendu !


Klaus Kinski est minable dans le rôle, lui aussi... Pourtant, il a la gueule de l'emploi pour camper un Jack l’Éventreur correct, mais lui aussi donne l'impression d'être ailleurs et passe totalement à côté du personnage.


Même pas un grain de folie à donner à son personnage, comme Heath Ledger le fit avec une interprétation magistrale du Joker dans Batman.


Ses dialogues en sont sans doute la cause, parce que entre les trois mots qu'il balance à sa logeuse où à ses malades, tous des indigents qui ne paient pas, on ne peut pas dire qu'il ait aussi de quoi nous éblouir.


Le scénariste et le dialoguiste devaient être eux aussi au minimum syndical... Un tueur de putes la nuit qui soigne les pauvres le jour, ça fait très Dr Jekyll et Mr Hyde.


On touche le fond aussi avec le témoin aveugle du meurtre de Sally Brown... Il est aveugle, donc, son odorat et son ouïe est plus développée que les nôtres. Je ne discute pas.


Mais, rien qu'en sentant l'odeur qui se dégageait du meurtrier et en écoutant ses halètements, le Gilbert Montagné de la rue nous la joue "profiler" et nous dresse un de ces portrait psychologique de l'assassin que même ceux d'"Esprits Criminels" n'oseraient pas faire sous peine de se faire lyncher.


Des odeurs de belles étoffes, odeurs de plantes rares... Il sent même ses irradiations... L'homme qui tue les putes n'est pas un sadique, mais il a aussi un grand cœur.


Si l'homme avait pété, l'aveugle nous aurait dit ce qu'il avait mangé il y a 3 semaines et donné ses bulletins scolaires pour le même prix.



Hé, partez pas encore, je vais aussi vous parler de cette poursuite interminable entre "Jack" et une prostituée dans des bois où il fait clair comme en plein jour avec des tonnes de fumée artificielle dans les arbres...


Bon, là au moins, ils n'ont pas oublié d'ajouter le brouillard, parce qu'après le premier meurtre vu par le téléspectateur, une vieille rombière, témoin du meurtre, dit qu'elle avait pas bien vu avec tout le brouillard, hors nous, on n'avait pas de brouillard !!


Bref, la pute, il la poignarde (scène horriblement filmée), lui arrache les vêtements aussi facilement que si c'était du papier tout fin, la viole debout contre un arbre, vous voyez même les soubresauts du bassin de monsieur qui copule avec la dame sans lui demander son autorisation.


— T'as d'beaux nichons, tu sais !
— T'as d'beaux nichons, tu sais !


Le must est encore à venir ! Par miracle, elle survit assez longtemps pour arriver jusqu'à l'antre de Jack l’Éventreur.


Elle ne décédera qu'après s'être fait enlever un nichon par ce bon vieux Kinski qui nous la joue Nip/Tuck...


Tout cela étant naturellement mal joué, mal filmé, mal musicalisé, pas effrayant du tout et encore moins captivant.


Le film oscille sans cesse (et en dents de scie) entre la violence, le côté gore des meurtres ou les scènes de cul...


Une fois de plus, comme en cuisine, le dosage de ces ingrédients est à calculer pour ne pas devenir ad nauseam.


Le mobile des meurtres est à hurler de rire, rien n'est cohérent dans ce film (vêtements pas d'époque, des dents trop blanches, des taches sang couleur rouge mais jamais sombre, du brouillard de merde, acteurs, personnages...).



Coup de poignard final ?

Jack l'Eventreur, version Jesús (mais j'avale pas) Franco, est, pour le moment, l'un des plus médiocres films sur le célèbre meurtrier de Whitechapel.


N'ayant pas encore tout vu, tout est encore de l'ordre du possible, bien que je me demande s'il est vraiment possible de tomber encore plus bas que cette merde.


Tapez-vous la version des Frères Hughes, "From Hell" avec le bô Johnny Deep  ou faites vous offrir celle - un peu moins connue - mais très bien faite de David Wickes, "Jack l'Eventreur", avec Michael Caine dans le rôle d'Abberline (un téléfilm en deux volets).


Débauche de peinture rouge...
Débauche de peinture rouge...

Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...