10. Une légende était née : surnom

 

La légende était née :


Il est un fait que, comparé à d'autres tueurs en série, Jack l'éventreur n'a fait que très peu de victimes.

 

Seulement cinq et pourtant, on en parle toujours, il fascine certaines personnes, ceux qui étudient ses crimes sont nommés "Ripperologue" et ils sont aussi acharnés que des holmésiens.

 

Mais pourquoi a-t-il marqué ainsi l'inconscient collectif ? Comment se fait-il que 126 ans plus tard, on en parle encore et qu'il fasse toujours rêver ??

 

Plusieurs raisons peuvent expliquer sa notoriété :

 

À l'époque des faits, déjà, ses crimes eurent un écho retentissant dans les médias. Lui, on peut dire qu'il a fait le buzz !

 

Si une/plusieurs lettr(s)e envoyée(s) est bel et bien de lui, on pourra même ajouter qu'il y a eu une utilisation des médias par l'éventreur lui-même ! Vraiment un fait nouveau à l'époque.

 

Sur les centaines de lettres reçues par les journaux et la police, quelques-unes lui furent attribuées (à tort ou à raison, nul ne le sait) à l'époque et ces lettres ont vraiment contribués à propulser les méfaits du criminel à la une de l'actualité durant plusieurs mois.

 

Son acharnement sur ses victimes était particulièrement impressionnant : elles étaient égorgées, décapitées ou éventrées. Une violence inouïe.

 

Le tueur s'est joué de tout et à résisté à tout : aux éventuels témois, aux badauds, aux voisins, aux comité de vigilance, aux policiers, aux chiens engagés pour tenter de suivre ses traces, même Abberline, pourtant talentueux, d'après ce que j'ai lu, a déclaré forfait !

 

Scotland Yard échec et mat par un tueur... ça la fou mal et ça aide un tueur à monter sur la plus haute marche du podium ! On a même classé l'affaire en 1892 !! Un criminel insaisissable, ça fait toujours sourire.

 

L'agilité de Jack l'éventreur a également contribué à sa célébrité... Ni vu, ni connu !

 

De plus, toute cette affaire s'est achevée sur le silence et le mystère. Comme si Jack s'était dissout, tel un cachet d'aspirine dans un verre d'eau.

 

Cela a aussi contribué à ce que ces meurtres entrent dans les annales et laissent une telle trace dans l'immaginaire collectif.

 

Les spéculations, qui n'ont jamais cessé depuis le premier jour, continuent à susciter l'intérêt.

 

Et on spécule plus sur son identité qu'en Bourse !

 


Son surnom " Jack The Ripper"

 

— Examen surprise ! Prenez vos feuilles et répondez à la question, tous et toutes, même les deux qui dorment dans le fond de la classe !!

 

— D'où vient son surnom ?? Oui, les lettres !! Mais laquelle ??

 

"Dear Boss" bravo aux fayots du premier rang ! Mais encore ?? La "Saucy Jack", bravo !!

 

Mais comme je vous l'expliquais dans le paragraphe consacré aux lettre reçues par la police, la Central News Agency et le comité de vigileance, RIEN n'atteste que le surnom de "Jack The Ripper" provienne du criminel lui-même !!

 

Il se prénommait peut-être Théodore...

 

Petit rappel qui ne fait pas de mal : ce surnom qui fut retenu par l'Histoire trouvait son origine dans la fameuse lettre appelée "Dear Boss", reçue le 27 septembre 1888 par la Central News Agency (suivez, bon sang !).

 

Bien qu'elle n'ait jamais été authentifiée comme étant "de la main du tueur", elle était néamoins signée "Jack The Ripper".

 

Si le pseudonyme "Jack the Ripper" est resté et a acquis ses letrres de noblesse, c'est surtout dû au fait que Scotland Yard avait reproduit cette lettre dans les journaux en espérant que quelqu'un reconnaîtrait l'écriture et permettrait ainsi d'identifier l'assassin.

 

Personne n'a reconnu l'écriture, mais le surnom lui a collé à la peau et lui collera encore longtemps.

 

 

Des autres victimes possibles ??


Plusieurs autres femmes furent agressées ou assassinées pendant la période où sévit Jack l'éventreur. Certains de ces crimes lui sont parfois attribués :

 

  • Annie Millwood, née en 1850, victime d’une agression le 25 février 1888, entraînant son hospitalisation pour de nombreuses blessures dans les jambes et le corps. Elle quitta l’hôpital et décéda de mort naturelle, le 3 mars 1888.

 

  • Ada Wilson, victime d’une agression survenue le 28 mars 1888, à laquelle elle survécut.

 

  • Martha Tabram (née Martha White, également connue sous le nom de Emma Turner), née le 10 mai 1849 et assassinée le 7 août 1888. Son corps fut retrouvé lardé de 39 coups de couteau.

 

Elle est considérée par certains comme une victime possible de Jack l’éventreur, compte tenu du lieu et de la date de sa mort.

 

Ce cas présente toutefois un modus operandi fort différent des autres : ni égorgée ni dépecée, Martha Tabram fut seulement poignardée.

 

  • Elizabeth Jackson, une prostituée dont le corps fut retrouvé morcelé dans la Tamise entre le 31 mai et le 25 juin 1889.

 

 


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...