11. Romans historiques

 

Un roman historique est un roman qui prend pour toile de fond un épisode (parfois majeur) de l'Histoire, auquel il mêle généralement des événements -des personnages- réels et fictifs. Le roman historique est apparu à la fin du XVIIème siècle avec comme principaux auteurs Madame de La Fayette et César Vichard de Saint-Réal.

 

Le roman historique s'efforce d'apparaître vraisemblable en regard de la vérité historique et l'auteur s'appuie généralement sur une importante documentation.

 

Bien entendu, je ne donne pas ici les meilleurs, loin de là... Juste une sélection de mes étagères ou de ma Wish-list...

 

 

 

 

 

Titre : Alexandre - Tome 1 : Le feu du ciel
 
Auteur : Mary Renault
Édition : Le Livre de Poche (2004)

Résumé :

À la cour du roi Philippe de Macédoine, le petit Alexandre grandit, idolâtré par son père et sa mère, la reine Olympias, parmi les soldats et les serviteurs.

 

Beau, sensible, attentif, l'enfant révèle bien vite une intelligence exceptionnelle et un indomptable désir de dominer.

 

À douze ans, il tue un homme ; à treize, il dompte le fameux cheval Bucéphale ; à seize ans, il gouverne en l'absence de son père et prend le commandement d'une armée. Le roi meurt lorsqu'il a vingt ans, le laissant seul face au puissant ennemi perse...

 

L'étendue et la rigueur des connaissances historiques, une intuition rare des êtres et des sentiments, une exceptionnelle richesse imaginative, telles sont les qualités qui ont permis à Mary Renault (1905-1983) de nous donner un récit romanesque qui s'impose à l'égal des meilleures biographies.

 

Critique : 

Le petit Alexandre est un sacré gamin ! Le petit Nicolas ne lui arrive même pas à l'ongle du doigt de pied... Son ascendance, déjà, n'est pas triste : fils du roi Philippe II de Macédoine et de maman Olympias, qui n'est autre que la fille de Néoptolème, roi d'Épire (de la tribu des Molosses) et la nièce de Léonidas - pas le marchand de pralines, ni celui qui lutta aux Thermopyles...

 

Afin qu'il garde les pieds sur terre  (hem !), sa mère le convainc qu’il est le descendant de Zeus par son père (de par Héraclès, le fils de Zeus) et d’Achille par elle-même. Pas "Achille Brad Pitt", mais le vrai héros légendaire de la guerre de Troie. Ensuite, elle laissera sous-entendre que son père n'est pas son père mais qu'elle l'aurait conçu avec Zeus, himself.

 

Le petit Alexandre cumule un tas de qualités : beau, sensible, attentif, possédant une intelligence exceptionnelle, il parle aux Dieux, connait le définition du mot "stratégie" sans compter cet indomptable désir de dominer qu'il mettra en pratique plus tard... Sur les champs de bataille...

 

Notre gamin possède un tempérament passionné, ses colères terribles sont assez violentes (il tient ça de sa mère), suivies de prompts repentirs. Capable d’élans généreux aussi, ce qui lui vaut des fidélités sans failles. Ses convictions religieuses ? Entachées de superstitions.

 

Le trait de caractère dominant chez Alexandre, c'est sa volonté de fer, qui peut aller jusqu’à l'obstination et l’entêtement.

 

Vous jouiez aux Légos quand vous étiez petits garçons ? Lui non. À douze ans, il tue un homme de sang-froid, à treize, il dompte le fameux cheval Bouképhalas. Son précepteur ? L’illustre Aristote, qui l’initiera à la culture grecque. Les héros de l'Iliade ? Il rêve de leur ressembler...

 

À seize ans, il gouverne en l'absence de son père et prend le commandement d'une armée. Le CV est impressionnant.

 

À vingt ans, papounet Philippe II trépasse et le laisse seul face aux Perses qui ont des intentions belliqueuses... Et aux Perses, on ne répond pas "cassez-vous, pov'cons !". Mais la suite, c'est pour le deuxième roman.

 

Tiens, au fait, les moeurs sexuelles d'Alexandre... Homo or not homo ?  L'auteur reste en retrait de cette polémique, la question ne se posant pas dans une société qui acceptait la bisexualité comme la norme. Alors, si Alexandros a joué avec le kiki d'Héphaistion, je m'en br**** ! Rien n'est prouvé. Par contre, une amitié pareille, c'est exceptionnel...

 

Je ne me prononcerai donc pas sur la rigueur des connaissances historiques de l'auteur : sûr, elle en sait plus que moi ! Et ça se remarque dans le roman qu'elle sait de quoi elle parle. Erudition quand tu nous tiens...

 

Certes, nous n'avons pas de témoin vivants sous la main pour les vérifications d'usage, mais on peut dire que le récit historique, bien que romancé, s'approche de la vérité. Les notes de l'auteur en fin de roman nous le signalent.

 

L'auteur peut aussi se targuer d'une exceptionnelle richesse imaginative et s'il est dit que "son roman est l'égal des meilleures biographies", je me dois de tempérer mon enthousiasme premier par un soupir...

 

Le problème du récit, c'est que ça n'avance pas très vite... Nous terminons cette première partie à la page 600 et le roi Philippe vient de mourir assassiné. Le roi Philippe II de Macédoine, pas notre nouveau roi à nous, les Belges !

 

Autant je n'avais pas vu le temps passer en lisant l'histoire romancée de Gengis Khan par Conn Iggulden, autant j'ai baillé souvent sur la biographie romancée de Alexandre le Grand. Un comble pour moi qui voulait en savoir un peu plus sur ce personnage !

 

Autre point noir, mais qui ne concerne pas l'auteur, c'est d'avoir vu - à ma grande honte - quelques extraits du film avec Collin Farrell en blonde et Angelina Jolie dans le rôle de sa maman. Ça vous fou en l'air les premières pages car je voyais les images horribles de ces acteurs mal castés ou mal castrés, au choix !

 

Le roman est long, laborieux, j'ai ramé pour arriver à la fin et c'est bien dommage, je m'attendais à mieux. Je pense que je ne chercherai pas à acquérir les deux suivants...

 

Ma foi, je vais aller voir si Valerio Manfredi fait dans le moins soporifique sur Alexandre Le Grand...

 

Le "Pavé de l'été" Sur Mes Brizées, Objectif "PAL Noire à Zéro" de George et "Vingt Mille Lieues Sous Mes Étagères" by The Cannibal Lecteur.

 

 

 

Titre : L'épopée de Gengis Khan, Tome 1 : Le loup des plaines

Auteur : Conn Iggulden
Edition : Les Presses De La Cite (2008) / Pocket (2011)


Résumé :

Comment devient-on Gengis Khan, le plus grand conquérant de tous les temps ? XIIe siècle, entre le lac Baïkal et la Mandchourie, au cœur de l'Asie Centrale.

 

A la mort de Yesugei, khan de la tribu mongole des Loups, l'un de ses guerriers s'empare du pouvoir et abandonne dans l'immensité de la steppe la veuve et ses enfants.

 

Temüdjun, le fils cadet du vieux khan, n'a alors que douze ans mais parvient à survivre avec sa mère et ses frères en se nourrissant du peu que leur concède une terre aride et rude.

 

En compagnie d'une poignée d'hommes bannis comme lui, il multiplie les razzias.

 

Temüdjin ne serait peut-être resté que le chef d'une bande de pillards si une détermination farouche ne l'habitait : venger la mort de son père, et, à cette fin, unir toutes les tribus mongoles face aux Tartars.

 

Critique  :

J'étais loin de me douter, en commençant la lecture de la vie romancée de Temüdjin que je me retrouverais plongée en Mongolie, chevauchant avec lui tout en restant assise dans mon divan.

 

 

Quelle épopée ! Et je n'ai encore lu que le premier faute d'avoir trouvé les deux autres.

 

La lecture est fluide, intense, les personnages forts, surtout le futur Gengis Khan. Les rivalités entre hommes sont très fortes et lorsque le chef meurt, c'est toute sa famille qui sera livrée à l'hostilité de la plaine. De tout puissant, ils deviennent "rien du tout" et Temüdjin devra faire preuve d'endurance pour survivre dans les contrées hostiles, prendre des décisions définitives aussi. Violent, grave, sans pitié... Gengis Khan, contrairement à d'autre (Alexandre le Grand), a réellement débuté à partir de rien : du dénuement le plus total, seul avec sa famille, dans une société qui est capable d'abattre les vagabonds comme du gibier, sous prétexte d'abréger leurs souffrances. Il s'est bâtit tout seul.

 

Ce que je reprocherai à l'auteur est le manque de descriptions des paysages mongols, de la particularité physique de certains personnages, des coutumes mongoles de l'époque (même s'il nous en donne tout de même, ça reste un goût de trop peu).

 

Malgré cela, le premier tome est époustouflant et se lit avec délice.

 

 

 

 

Titre : L'épopée de Gengis Khan - Tome 2 : Le seigneur des steppes
 
Auteur : Conn Iggulden
Edition :  Pocket (2011)


Résumé :

L'appétit de conquête de Gengis Khan n'a plus aucune limite. Après avoir unifié les tribus mongoles à la pointe de l'épée, le voilà qui tourne son regard vers l'Est.

 

L'ennemi chinois est sa prochaine proie. Mais n'est-ce point un trop grand défi pour le grand Khan ? Le chemin est long et pénible pour arriver jusqu'à l'empire du Milieu.

 

Ses cavaliers mongols n'ont jamais combattus de villes fortifiées. Et au moindre revers, comment réagiront ses bouillants généraux ? Cette campagne est un tournant périlleux pour le chef de guerre.

 

S'il ne succombe pas aux dangers d'une telle entreprise, Gengis Khan deviendra alors un conquérant de légende...

 

 

 

 

Titre : L'épopée de Gengis Khan - Tome 3 : La chevauchée vers l'empire
 
Auteur : Conn Iggulden
Edition :  Pocket (2011)


Résumé :

La Chine compte ses morts et Gengis les tributs qu'elle lui a versés... Sa gloire est immense ; son orgueil, incommensurable.

 

Aussi lorsque le shah Mohammed ose lui renvoyer les têtes de ses émissaires, le vieux chef n'hésite-t-il pas à longtemps à lancer ses troupes à l'Est, en une grande cavalcade vengeresse.

 

Des hordes de Mongols s'abattent bientôt sur Samarkand - où les attendent chameaux et éléphants.

 

Un combat bien innocent, comparé aux intrigues de succession qui menacent la yourte du grand khan...

 

 

 

 

Titre : Imperator - Tome 1 : Les portes de Rome
 
Auteur : Conn Iggulden
Edition : L'Archipel (2005)  


Résumé :

"Un bruit de sabots résonnait au loin. Cabera s'immobilisa, observant la silhouette qui s'approchait. Était-ce le premier des assaillants, ou un messager venu de la ville ? Le cavalier franchit la porte dans un bruit de tonnerre, le visage cramoisi et les vêtements couverts de suie.- Rome est en feu, dit-il en sautant à terre.

 

Mais ils n'auront pas ma maison.Malgré les ténèbres recouvrant l'horizon, Cabera discerna les torches des esclaves furieux qui marchaient vers le domaine... "

 

Jules César est à peine sorti de l'enfance lorsque son père est tué au cours d'une révolte d'esclaves. Accueilli à Rome par son oncle Marius, il y parfait son éducation et découvre les plaisirs de la Cité...

 

Mais Sylla, l'ennemi irréductible de Marius, est aux portes de Rome. Combats, intrigues amoureuses, complots politiques...

 

Conn Iggulden, retrace l'ascension du plus grand empereur de tous les temps. Le premier volet d'une fresque saluée tant par le public que par la critique.

 

 

 

Titre : Imperator - Tome 2 : Spartacus, roi des esclaves
 
Auteur : Conn Iggulden
Edition : L'Archipel (2006)


Résumé :

Certains venaient de pays lointains, tandis que d'autres, des Romains, avaient été condamnés pour crime ou dette. Il y avait mille façons de devenir esclave, mais le pire c'était de l'être par la naissance.

L'enfance s'écoulait dans une bienheureuse ignorance ; l'âge adulte s'accompagnait d'une effroyable prise de conscience : le seul avenir consistait à être vendu... ou à se rebeller !

Après avoir défait Mithridate et reçu la couronne de feuilles de chêne en récompense de son courage, Jules César revient à Rome en vainqueur, et y retrouve Cornelia, son épouse.

Mais l'effusion des retrouvailles est de courte durée. Un nouveau combat l'attend, plus âpre que ceux jamais menés.

Le jeune tribun rejoint les légions conduites par Crassus et Pompée pour défendre la Cité menacée.

A ses portes, une armée de soixante-dix mille hommes révoltés emmenés par un esclave nommé Spartacus... 

 

 

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 


 

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 


 

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 


 

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 

 

 

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 


 

 

 

Titre :
 
Auteur :
Edition :  


Résumé :

 



Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...