Bilan Livresque Mensuel 2014

 

Voilà, une autre année qui s'est finie et une autre qui recommence !

 

L'éternelle question sera de savoir de quoi mon année 2014 sera faite du point de vue "lecture"...

 

Voir aussi si je vais réussir à remplir tous mes challenges, bien que celui de "Il était une fois dans l'Ouest" n'a pas encore un seul billet, que celui de "Thrillers et polars 2013/2014" soit déjà bien rempli et que j'ai rempilé pour le "My Self 2014" en essayant de poursuivre ma lecture des auteurs russes.

 

Mais il reste tout les autres.

 

Et ma PAL Noire, va-t-elle encore diminuer ? La fin d'année 2013 ne fut pas folichonne niveau PAL Noire... Bon, j'en ai décimé 14 contre 16 en 2012 (et dans les 14, je ne dois pas en compter 2 puisqu'ils font partie d'une série dont je n'ai pas aimé le premier tome = 12).

 

Le but sera aussi de dépasser 2013 qui avait vu défiler 116 romans : point de vue lecture, c'était bien rempli (2012 n'en comportait que 96).

 

Une affaire à suivre, donc !

 

Bilan livresque de l'année 2014 : 111 livres (comptage des 12 mois) dont 15 numériques depuis Septembre

 

  • Bilan livresque Décembre : ICI (12 livres)
  • Bilan livresque Novembre : ICI (6 livres)
  • Bilan livresque Octobre : ICI (8 livres)
  • Bilan livresque Septembre : ICI (9 livres et 21 bédés)
  • Bilan livresque Août : ICI ( 13 livres + 1 manga)
  • Bilan livresque Juillet : ICI (13 livres + 1 manga)
  • Bilan livresque Juin : ICI (11 livres + 11 mangas)
  • Bilan Livresque Mai : ICI (7 livres)
  • Bilan Livresque Avril : ICI (7 livres)
  • Bilan Livresque de Mars : ICI (9 livres)
  • Bilan Livresque de Février : ICI (7 livres)
  • Bilan Livresque de Janvier : ICI  (9 livres)

— 111 ?? Kampai !!

 

 

Décembre... Le dernier Bilan Livresque de l'année 2014, celui à la suite duquel on fait les comptes et on établit le résultat final.

 

Alors, quel est le Résultat ? Niveau "Pertes et Profits" ou "Livres pas terribles/Livres coups de cœur" ?

 

Le bilan est correct puisque j'ai diminué ma PAL de 12 titres, même si dans les 12, il y en a 2 que je n'ai pas terminé.

 

On commence par une grosse brique : W3 - Le sourire des pendus de Jérôme Camut & Nathalie Hug (ICI). Du rythme, de l'action, du suspense, des personnages multiples et bien distincts, des rebondissements, de l'amitié et des souffrances… voilà le programme, en gros, de ce thriller qui ne m'a pas lâché.

 

Allez, dans la foulée, je m'attaque à un de mes cadeaux d’anniversaire : Jeudi noir du talentueux Michaël Mention (ICI). Un roman inclassable qui parle de foot, oui, mais pas que de ça ! Un excellent roman noir que je recommande.

 

Autre cadeau d'anniversaire que j'avais surligné dans la liste : Moriarty – Une aventure de Sherlock Holmes d'Anthony Horowitz (ICI). Il m'avait déjà fortement enchanté avec sa "Maison de soie" et là, il a réussi le pari de me faire aimer son roman malgré l'absence de Holmes et l'ombre omniprésente du Napoléon du Crime. Une belle réussite.

 

Il traînait sur mes étagères depuis un certain temps : L’homme qui a vu l’homme de Marin Ledun (ICI) et il n'aurait pas été correct de le laisser prendre les poussières plus longtemps. Voilà un roman sous tension qui vibre des cris des familles de disparus et de la folie des hommes. Un récit fort, profond et contemporain. Un roman prenant… une voix dans ce silence trop pesant qu'est cette guerre sans nom.

 

On m'en avait dit du bien... Et c'était Yvan, en plus, un blogueur dont j'ai tendance à écouter la bonne parole. Ben voilà, ici, la mayo n'a pas pris et j'ai zappé John meurt à la fin de David Wong. Trop déjanté ? Oui, pourtant, je le savais et j'aime le déjanté. Mais dans ce cas précis, j'ai abandonné.


Une valeur sûre puisque de tous les romans que j'ai lu d'elle, j'ai aimé : Karine Giebel placera deux romans dans mes Coups de Cœur 2014 avec l'excellent Satan était un ange (ICI). Ce roman se lit d'une traite comme on avalerait les kilomètres de bitume afin d'arriver le plus vite possible à la fin du voyage. Sans être tout à fait un huis-clos, ça y ressemble furieusement et les nerfs sont à vifs durant la lecture. De la violence parsemée d'une grosse dose d'humanité.


Autopsie d'un meurtre de masse avec le livre de David Vann : Dernier jour sur terre (ICI). Le 14 février 2008, Steve Kazmierczak, 27 ans, se rend armé à son université. Entre 15h04 et 15h07, il tue cinq personnes et en blesse dix-huit avant de se donner la mort. Un récit détaillé, fouillé et qui a pour but de remettre les pendules à l'heure. Un véritable réquisitoire à charge contre l'Oncle Sam.

 

J'ai le don de choisir des livres super, moi, pour mes anniversaires ! Le troisième lu ne dérogera pas à la règle puisque malgré une trame qui peut sembler éculée, le récit post-apocalyptique Vongozero de Yana Vagner (ICI) fait mouche en sortant du lot. Un roman qui ne vous laissera pas de glace et qui mettra vos peurs primales sous le feu des projecteurs.

 

J'attendais beaucoup de cette lecture qui avait été un coup de coeur chez certains blogueur... Mais il en fut autrement avec moi et j'ai laissé tomber ce roman au titre d'un James Bond : Aimer et laisser mourir de Jacques-Olivier Bosco. Phrases un peu trop "simplistes", récit haché et l'utilisation de terme comme "le mal absolu, celui que tous surnomment Le Boucher" m'ont fait quitter ses pages que je tournais sans pour autant accrocher au récit. À retenter un autre jour.

 

Cet auteur était sur ma liste de ceux que je me dois de découvrir et je peux le rayer maintenant, puisque je l'ai découvert. Mais pas le rayer à jamais ! Non, non, entre James Lee Burke et moi, l'histoire ne fait que commencer. La pluie de néon est la première enquête de Dave Robicheaux (ICI) qui se déroule dans les bayous de Louisianne. J'aime cet auteur pour l'atmosphère qu'il a donné à son roman et pour la profondeur de son personnage.

 

Comme quoi les bouquineries ont du bon puisque j'avais trouvé le petit dernier d'Olivier Truc : Le détroit du Loup pour la modique somme de 8€ (ICI) ! Une fois de plus, c'est Yvan qui m'a poussé au crime et je l'en remercie parce que c'était une super lecture. Je l'ai adoré, tout comme le premier. Ne vous attendez pas à un thriller, ça ne court pas dans tous les sens, on prend son temps parce que tout ça doit mijoter. L'écriture glisse comme un traîneau sur de la neige bien tassée et l'histoire est bien conçue. Un excellent moment de lecture et une belle plongée en eaux froides, au sens propre comme au figuré.


Un autre coup de cœur avec En ce lieu enchanté de Rene Denfeld (ICI) qui se déroule dans le milieu carcéral. Le récit est rempli de pudeur et d'humanité, de sensibilité et c'est magnifique. L’écriture est magnifique, sans chichis, sans fioritures, mais sa richesse fait mouche et vous transperce le cœur. Si vous avez l’impression que ce roman est sombre et que le soleil n’est accessible uniquement par la petite fenêtre du parloir, vous avez tort. La lumière se cache dans les pages, aux détours des phrases, des personnages, et de toute la grandeur du récit.

 

 

Bilan Livresque Décembre : 12 livres, deux abandons

  1. W3 - Le sourire des pendus : Jérôme Camut & Nathalie Hug
  2. Jeudi noir : Michaël Mention
  3. Moriarty – Une aventure de Sherlock Holmes : Anthony Horowitz
  4. L’homme qui a vu l’homme : Marin Ledun
  5. John meurt à la fin : David Wong  [NUM] [ARRÊT]
  6. Satan était un ange : Karine Giebel [NUM]
  7. Dernier jour sur terre : David Vann [NUM]
  8. Vongozero : Yana Vagner
  9. Aimer et laisser mourir : Jacques-Olivier Bosco [ARRÊT]
  10. La pluie de néon : James Lee Burke
  11. Le détroit du Loup : Olivier Truc
  12. En ce lieu enchanté : Rene Denfeld

 

 

Quoi de neuf en Novembre ?? Un an de plus et quelques lectures de plus au compteur.

 

De ce côté là, c'est pas terrible... 6 livres (dont un est toujours en cours). Je sais, j'ai déjà fait mieux, mais j'ai eu une grosse brique de 808 pages au menu. Ma liseuse a beau afficher moins de pages parce que je diminue la police d'écriture et les marges, ça ne me fait pas gagner du temps puisque tout le texte est là quand même.

 

Un superbe huis-clos qui donnera des frissons aux gens qui ont peur du noir et de l'inconnu : "Bird Box" de Josh Malerman (ICI) m'a vraiment collé des sueurs froides avec cet ennemi que l'on ne voit pas et le fait qu'il faille rester enfermer, fenêtres occultées et bandeau sur les yeux si on va dehors.


Un lecture qui m'a plu sur les 2/3 du récit, c'est le paradoxe que j'ai vécu avec "Le Fils" de Philipp Meyer (ICI). Autant le récit d’Eli McCullough est passionnant, autant j'ai été passionnée par celui Peter, son fils, écrasé par l’ombre du père, autant celui de Jeanne-Anne, arrière-petite fille d'Eli et petite-fille de Peter , est endormant. Des trois récit, c’est celui que j’ai le moins aimé, du moins, au début, vers les trois-quart, ça allait mieux.


Ukraine, 1930, un petit village perdu au fin fond du fin fond du trou du cul du monde. Gros coup de coeur avec "Le Village" de Smith Dan (ICI). Accrochez-vous, vous allez vivre quelques heures angoissante de lecture qui vont vous transporter dans une époque fort sombre de par son contexte politique. Magnifique de par son histoire, ses personnages et la profondeur de tout le reste.


J'ai trainé avant de le lire, mais les menaces d'Yvan ont portées leurs fruits. Une fois de plus, il avait raison (c'est énervant, à la fin) car "Carter contre le Diable" de Glen David Gold (ICI) fut mon second coup de coeur de ce mois ! Entrez dans le livre et laissez-vous porter par sa magie, laissez-vous envoûter par ces mots, lisez ces phrases, ouvrez grand les yeux et la magie opérera à tel point que vous aurez du mal à lâcher ces pages.


Pour certains, il fut un coup de coeur, pour moi, le sentiment est mitigé ave "Filles" de Frederick Busch (ICI). Ce roman avait tout pour me plaire de par sa psychologie des personnages poussée très loin, leurs blessures profondes, un couple déchiré, un environnement sombre, noir, de la neige pour donner un faux air de huis clos... C'est sur le style et la manière de construire le texte que j'ai bloqué.


Pour ma Lecture Commune chez Bianca, au menu, il y avait "Southampton Row" de Anne Perry (ICI) qui est très politique, comme roman, puisque nous sommes en plein avant les élections et toutes les magouilles qui vont avec. Mon seul soucis vient du fait que je n'aime pas quand mon Thomas Pitt est à la Special Branch... Moi, je ne l'aime qu'au commissariat de Bow Street.

 

Bilan Livresque Novembre : 6 livres (dont 5 numériques)

  1. Filles : Frederick Busch
  2. Carter contre le Diable : Glen David Gold [NUM] ♥
  3. Le Village : Smith Dan [NUM] ♥
  4. Le Fils : Philipp Meyer [NUM]
  5. Bird Box : Josh Malerman [NUM]
  6. Southampton Row : Anne Perry [NUM]

Octobre... Les feuilles se ramassent à la pelle mais vu le beau temps qu'il a fait, je n'ai pas su lire autant que si j'avais hiberné dans mon canapé pour cause de temps de merde dehors... 9 livres seulement au compteur.

 

"La bouffe est chouette à Fatchakulla" de Ned Crabb (ICI) est le genre de roman à lire quand on a envie d'un peu de légèreté dans ce monde de brute. Imaginez un enfant qui se ballade la nuit, la peur au ventre, et qui tombe sur la tête d'Oren Purvis au milieu du chemin. Le reste du corps ? Lisez ce livre et vous saurez ce qu'il se passe à Fatchakulla !

 

Yvan me l'avait conseillé, il m'avait tenté, je l'avais donc acheté un dimanche pluvieux du mois d'août... Et j'ai eu raison de l'écouter parce que "Seuls les vautours" de Nicolas Zeimet (ICI) est un roman magnifique, un roman sur l'Amérique profonde, avec des personnages travaillés et une histoire qui n'a pas fini de tourner dans votre tête. Assurément un coup de cœur !

 

Son titre précédent m'avait enchanté (Au lieu-dit Noir Étang) mais j'ai eu un peu plus de mal avec "Mémoire assassine" de Thomas H. Cook (ICI). Du moins, au début, parce qu'ensuite, l'auteur nous entraine dans les tréfonds d'une âme et le final est magistral.

 

Pour une fois, je n'ai pas attendu un an avant de lire le dernier R.J. Ellory ! "Les Neuf Cercles" n'ont pas traîné longtemps dans ma liseuse (ICI). Deux romans de cet auteur en deux mois et deux lectures orgasmiques. Là, je fait une courbette parce que le niveau des personnages de ce livre est haut. Un autre coup de cœur.

 

Une lecture en demi-teinte pour "Djebel" de Gilles Vincent (ICI). Un début superbe, tout en finesse, tout en profondeur, une entrée dans la guerre d'Algérie et puis, contrebalançant cette maîtrise, des détails qui fâchent un peu, surtout au niveau des personnages. Malgré tout, une agréable lecture et une envie de vérifier que l'auteur s'est corrigé.

 

Aussitôt acheté, aussitôt lu ! On ne traîne pas quand on a sur sa table de chevet "Le baptême des ténèbres" dernier opus en date du talentueux Ghislain Gilberti (ICI). Si le premier tome m'avait emballé et transporté, celui-ci a fait de même, sauf que j'ai plongé dans ma lecture... Ceux qui l'ont lu comprendront. Bref, une putain de lecture qui ne m'a pas laissé beaucoup de répit. Un auteur à découvrir de toute urgence ! Coup de cœur et coup de pied au cul.

 

Pour ma LC chez Bianca de ce mois d'octobre, c'était "La conspiration de Whitechapel" de Anne Perry (ICI) qui était à lire. Thomas Pitt démis de ses fonctions, on a mal pour lui. Cette lecture m'a agréablement surprise parce que je pensais m'ennuyer ferme alors qu'il en fut tout autrement. Génial !

 

À cheval sur octobre/novembre, il y a aussi l'excellent "Pierre qui roule" de Donald Westlake qui met en scène le cambrioleur Dormunder, un type jamais à court de plan foireux ou rocambolesque. Du rire et des sourires au menu de ce roman qui m'a fait passer un tout bon moment de lecture.

 

 

Bilan Livresque Octobre : 8 livres (dont 4 numérique)

  1. La bouffe est chouette à Fatchakulla : Ned Crabb [NUM]
  2. Seuls les vautours : Nicolas Zeimet
  3. Mémoire assassine : Thomas H. Cook
  4. Les Neuf Cercles : R.J. Ellory [NUM] ♥
  5. Djebel : Gilles Vincent
  6. Le baptême des ténèbres : Ghislain Gilberti
  7. La conspiration de Whitechapel : Anne Perry [NUM]
  8. Pierre qui roule : Donald Westlake [NUM]


Et le mois de septembre, il fut comment ?? Américain ! Entièrement Américain...

 

Juin avait son mois anglais, septembre a eu son mois yankee. Et toujours chez cette chère Titine qui aime vivre dangereusement puisqu'elle m'invite à chaque fois.

 

9 romans et 21 bandes dessinées lues !

 

Ed McBain, avec son "Branle-bas au 87" (ICI). Dans le genre "récit déroutant", on ne fait pas mieux. La ville d'Isola au travers des chroniques de ses policiers.

 

Je l'avais commencé le 31 août et il fut vite lu j'ai sorti de ma "Pedigree PAL" ce roman d'Harry Crews, auteur que j'avais déjà découvert dans "Nu dans le jardin d'Eden". Ici, c'est un autre roman mettant en scène des "monstres" avec "La malédiction du gitan" (ICI).

 

Le mois américain étant aussi consacré aux westerns, j'ai ressorti quelques Lucky Luke (3), ceux que j'aimais le mieux : T19 - Les Rivaux de Painful Gulch / T27 - Le 20ème de cavalerie et T31 - Tortillas pour les Dalton

 

Dans le cadre d'un marathon lecture spécial Bédé, j'en ai profité pour lire les bédés que je comptais faire pour le mois Américain. J'ai donc fait défiler mes "Comanche" (10), mes "Durango" (3), mes "Jerry Spring" (2) et autre "Blueberry" (3).

 
Un pied dans la guerre en Irak avec l’excellentissime "Yellow Birds" de Kevin Powers (ICI). Ou la guerre vue autrement...

On dit qu'il faut faire l'amour et pas la guerre, alors, puisque la guerre m'a tué, j'ai mis "Un pied au paradis" qui m'a entrainé dans l'univers si particulier de Ron Rash (ICI). Une histoire, cinq narrateurs, cinq points de vues différents.

 

Allez, vous boirez bien un petit verre d'alcool ? La prohibition aux États-Unis ?? Mais on s'en contrefout ! On boit à la table du très célèbre "Scarface", le bandit qui avait Al Capone pour père spirituel (ICI). Armitage Trail n'avait qu'à observer la pègre de son quartier pour avoir matière à écrire ce superbe roman qui vous expliquera comment vous enrichir durant les prohibitions.

 

Moi, j'aime l'équitation et je ferais tout pour sentir le roulement des muscles d'un cheval entre mes jambes, quitte à faire une "Chevauchée avec le diable" s'il le faut (ICI) ! Daniel Woodrell a situé son roman durant la période qui précède la terrible guerre de Sécession, du côté des Sudistes et pas ceux de l'armée régulière.

 

Là, il est à marquer d'une pierre blanche, ce livre ! Premièrement parce que ce fut mon premier livre à être lu entièrement en numérique (et sur liseuse, pas sur le PC) et deuxièmement parce que "Justice blanche, misère noire" de Donald Goines (ICI) est une vraie claque ! Se passant dans le milieu carcéral, il vous expliquera les différences de traitements entre les détenus Blancs et les Noirs et  l'aberration du système des cautions qui ne profite qu'aux Visages Pâles.

 

Après avoir partagé la cellule de détenus et assisté à des choses pas nettes, il était temps de remettre "Le monde à l'endroit" (ICI). Ron Rash m'a, une fois de plus, emmené dans son monde. Bien un gros cran en dessous de "Une terre d'ombre", ce roman reste tout de même magistral.

 

Voilà, c'est fait, j'ai acheté une liseuse (enfin, Chouchou m'a offert une Kobo Aura HD) et j'ai donc pu enfin lire "Dans le grand cercle du monde" de Joseph Boyden (ICI).

 

Le Nord de l'Amérique, des indiens, l'été, plus les autres saisons (je vais me mettre à chanter du Joe Dassin, moi) ET un jésuite qui est là pour les évangéliser, les pauvres. L'enfer est pavé de bonnes intentions, vous le savez aussi bien que moi. Récit à trois voix, récit prenant, récit baigné par de l’incompréhension et de la méfiance de la part des protagonistes.

 

Décidément, ma liseuse me rend bien des services ! Un an que je cherchais, en vain, à acheter "Mauvaise Étoile" de R.J. Ellory et pas moyen de mettre la main dessus dans mes bouquineries (ICI). Pas de panique, je l'avais en numérique et j'ai donc pu ENFIN me plonger dans ce roman qui me faisait de l’œil depuis 1 an... Il valait la peine d'attendre, c'est le moins que je puisse dire et c'est un coup de cœur véritable.

 

Vite, j'ai une LC et je n'ai pas encore commencé à lire "Half Moon Street" de Anne Perry (ICI) ! Alors, j'ai mis "Mauvaise étoile" sur le côté, j'ai empoigné mon roman "papier" et sur une journée je l'ai lu. Bilan ? Une sensation de "déjà lu"... Bizarre, j'aurais oublié tout sauf une chose ? Ouf, Bianca m'a signalé que dans un autre roman de Perry, on parlait déjà de cartes postales porno... Une enquête en filigranes, mais j'ai adoré. (PAL Noire)

 

Bilan Livresque Septembre : 9 romans (dont 3 numériques) et 21 bandes dessinées

  1. Branle-bas au 87 : Ed McBain (commencé 30/08)
  2. La malédiction du gitan : Harry Crews (commencé 31/08)
  3. Lucky Luke T19 – Les Rivaux de Painful Gulch : Morris
  4. Lucky Luke T27 – Le 20ème de cavalerie : Morris
  5. Lucky Luke T31 – Tortillas pour les Dalton : Morris
  6. Yellow Birds : Kevin Powers
  7. [Jerry Spring] – Golden creek : Jijé
  8. [Durango] – Les Chiens meurent en hiver : Yves Swolfs (Tome 1)
  9. [Durango] – Les forces de la colère : Yves Swolfs (Tome 2)
  10. [Durango] – Piège pour un tueur : Yves Swolfs (Tome 3)
  11. Un pied au paradis : Ron Rash
  12. [Comanche] – Red Dust : Hermann & Greg (Tome 1)
  13. Scarface : Armitage Trail
  14. [Comanche] – Les Guerriers du désespoir - Hermann & Greg (Tome 2)
  15. [Comanche] – Les Loups du Wyoming – Hermann & Greg (Tome 3)
  16. Chevauchée avec le diable : Daniel Woodrell
  17. Justice blanche, misère noire : Donald Goines [NUM] ♥
  18. [Comanche] – Le Ciel est rouge sur Laramie - Hermann & Greg (T4)
  19. [Jerry Spring] – Tome 2 – Yucca ranch : Jijé
  20. [Comanche] – Le Désert sans lumière : Hermann & Greg (Tome 5)
  21. [Comanche] – Furie rebelle – Hermann & Greg (Tome 6)
  22. [Comanche] – Le doigt du diable – Hermann & Greg (Tome 7)
  23. [Comanche] – Les shériffs – Hermann & Greg (Tome 8)
  24. Le monde à l'endroit : Ron Rash
  25. [Comanche] – Et le diable hurla de joie...  – Hermann & Greg (T9)
  26. [Comanche] – Le Corps d'Algernon Brown – Hermann & Greg (T10)
  27. Dans le grand cercle du monde : Joseph Boyden [NUM]
  28. [Blueberry] – Fort Navajo : Charlier & Giraud (Tome 1)
  29. [Blueberry] – Tonnerre à l’Ouest : Charlier & Giraud (Tome 2)
  30. [Blueberry] – L'Aigle solitaire : Charlier & Giraud (Tome 3)
  31. Half Moon Street : Anne Perry (PAL Noire)
  32. Mauvaise Étoile : R.J. Ellory [NUM] ♥

 

Le mois d'août peut regarder le mois de juillet sans rougir !

 

Son score est le même : 13 livres lus et 1 manga, même si toutes les chroniques ne sont pas terminées.


Tout d'abord, j'ai commencé le mois par une réconciliation avec l'inspecteur norvégien Harry Hole qui m'avait fortement déçu lors de la lecture du premier tome.  Il n'en fut pas de même pour le deuxième "Les Cafards" de Jo Nesbø (ICI). Harry arrête la boisson et enquête un peu plus sérieusement sur l'affaire qui l'a envoyé en Thaïlande.

 

J'ai encore mieux aimé le second tome lu des aventures du shérif Walt Longmire ! Un très grand moment de lecture passé avec "Le Camp des morts" de Craig Johnson (ICI). Un récit qui vous entraîne dans le Wyoming profond, au fin fond du trou du cul de l’Amérique, dans une ville où j’ai plaisir à poser mes valises pour suivre les pérégrinations de Walt.

 

Il m'avait été recommandé chaudement par Yvan qui m'avait signalé, en live, que je ne devinerais jamais la fin. Il avait raison, j'ai pris un coup de pied au cul avec "Un long moment de silence" de mon concitoyen Paul Colize (ICI). "Double effet Kisscool" garantit.

 

"Baiser d’adieu" de Gurthie (ICI) m'a transporté à Édimbourg. Là, si on a besoin d’emprunter de l’argent, on va trouver Cooper. Et si on ne rembourse pas à temps, on reçoit la visite de Joe Hope et de sa batte de base-ball.

 

Mitigée avec "Et ne cherche pas à savoir" de Marc Behm. Il y a du très bon, dans ce livre, mais certains passages m'ont un peu dérangé (ICI).

 

Coup de coeur avec "Né sous les coups" de Martyn Waites (ICI). Ce roman jongle avec deux périodes, celle de 1984 et 2001,nous faisant changer d’époque mais avec les mêmes personnages, sans savoir ce qui s’est passé pour eux pendant ces 17 ans (on le saura à la fin). Un roman aussi noir que l’anthracite mais au bout du tunnel, il y a souvent de la lumière…

 

Dommage que la traduction des Série Noire n'ait jamais été exécutée de manière correcte et que les textes originaux étaient coupés ou réécrit... Cela a dû enlever une partie de l'écriture de Peter Cheney dans son roman "Cet homme est dangereux", publié en 1946 chez Gallimard (ICI). Malgré tout, un bon moment passé avec tout ce petit monde de la truanderie, chacun s’amusant à planter le couteau dans le dos de l’autre. Les bons mots sont légion et les métaphores bien tournées (de l’auteur ? de la traduction ?).

 

C'est parce qu'on me l'avait prêté que j'ai lu de suite "Quatre racines blanches" de Jacques Saussey (ICI). Allez, un petit voyage au Québec, sous la neige qui commence à tomber. Roman policier "classique" additionné de la triste réalité des bandes urbaines, des gangs, des yakusa, le tout sur fond de réserve indienne, véritable zone de non-droit, ce roman est un récit détonnant qui se lit très vite et facilement.

 

Autre coup de cœur avec "Smoky" de Will James (ICI). Une merveilleuse histoire d’amour entre un homme et un cheval, Smoky est aussi un incomparable témoignage des traditions de l’Ouest américain. Une belle lecture qui me laisse avec une grande douleur dans la mâchoire…


Petit piochage dans la PAL Noire grâce aux lectures communes chez Bianca. Hop, on exhume "Bedford square" de Anne Perry (ICI). L’honneur, la réputation… vaste programme pour ce roman ! Roman court, sans temps mort, qui fait la part belle à des personnages que j’apprécie beaucoup et où on se creuse les méninges en se demandant qui est le "blackmailer" et pourquoi il fait chanter 6 hommes haut placés qui n’ont pas l’air d’avoir de rapports entre eux.

 

Une page sombre de l'histoire de l'Irlande catho est évoquée dans "Le martyre des Magdalènes – Une enquête de Jack Taylor" de Ken Bruen (ICI).  Jack Taylor est un ancien flic viré pour abus de la boisson et qui n'a qu'une envie, c'est qu'on lui foute la paix. Mais le voilà chargé de retrouver "L'Ange des Magdalènes", ces institutions qui s'occupaient des filles-mères. Un roman noir qui m’a fait découvrir un autre univers, celui de l’Irlande.

 

Puisqu'en étais aux bonnes résolutions qui me poussent à découvrir des auteurs méconnus (mais possédés dans ma PAL), je me suis attaquée à un autre auteur de romans noirs, Ed McBain, avec son "Branle-bas au 87" (ICI). Dans le genre déroutant, on ne fait pas mieux ! Alors que vous suivez l'enquête, bardaf, vous avez le coupable qui passe à table et vous raconte tout, étalé sur plusieurs chapitres ! Un truc de fou mais ça passe.

 

Commencé ce 31 août mais pas encore fini, j'ai sorti de ma "Pedigree PAL" ce roman d'Harry Crews, auteur que j'avais déjà découvert dans "Nu dans le jardin d'Eden". Ici, c'est un autre roman mettant en scène des "monstres" avec "La malédiction du gitan" (ICI).

 

Il était temps que j'achète le tome 5 de City Hall afin de savoir. Je vous en dirai plus le mois prochain.

 

 

Bilan Livresque Août : 13 livres et un manga

  1. Les Cafards : Jo Nesbo
  2. Camp des morts (le) : Craig Johnson
  3. Un long moment de silence : Paul Colize
  4. Baiser d’adieu : Gurthie
  5. Et ne cherche pas à savoir : Marc Behm
  6. Né sous les coups : Martyn Waites
  7. Cet homme est dangereux : Peter Cheney
  8. Quatre racines blanches : Jacques Saussey
  9. Smoky : Will James
  10. Bedford square : Anne Perry
  11. Le martyre des Magdalènes – Une enquête de Jack Taylor : Ken Bruen
  12. Branle-bas au 87 : Ed McBain
  13. La malédiction du gitan : Harry Crews

 

Et en juillet, quoi de neuf niveau bilan ?? 12 livres et 1 manga dévorés, je suis contente de moi surtout qu'il y en avait des bien dodus dans ma sélection livresque.

 

Un grand cru aussi car j'ai eu quelques Coup de coeur (7) ! Sans oublier deux tomes en moins dans ma PAL Noire (grâce aux LC de Bianca).

 

Le mois a commencé avec la LC pour Bianca : "Ashworth Hall" de Anne Perry (commencé le 30 juin au soir) et qui me fait diminuer ma PAL Noire d'un titre ! (ICI) Un huis-clos hors de Londres et sans "tea time", ça nous change !

 

Commencé en juin, pas ajouté sur le bilan de juin puisque mit en pause le temps de lire le roman d’Anne Perry de la LC, j’avais omis de notre "Un intérêt particulier pour les morts" de Ann Granger (ICI) ! Très agréable, Londres antérieur à Sherlock Holmes, mais il y avait comme un parfum des enquêtes de Charlotte et Pitt !

 

Un emprunt avec ce court roman de Jérémie Guez "Paris la nuit" que j'ai adoré mais dont je n'ai pas tiré de chronique. Si la descente aux enfers de deux jeunes après un braquage vous tente, commencez avec ce roman court mais percutant.

 

Depuis quelques temps, il m'attendait bien sagement le "Donnybrook" de Franck Bill (ICI). Un véritable coup de coeur que ce roman noir dont je ne m'attendais pas à une telle tournure. Superbe.

 

Puisque j'étais bien installée dans les romans noirs et coups de coeur, j'ai poursuivi avec le très sombre "Mais c'est à toi que je pense" de Braunbeck (ICI). Ceci n'est pas un livre pour les âmes sensibles, même si l'auteur a réussi à mettre de la tendresse dans son récit.

 

La lecture, c'est ma drogue... mais elle fait moins de dégâts que celle fumée, injectée, sniffé dans "La faux soyeuse" d'Éric Maravélias (ICI). Si une personne de votre entourage vous dit qu'il pourrait prendre de la drogue et gérer le tout, fichez-lui ce livre dans les mains ! Un coup de pied au cul et un autre coup de coeur. Le troisième et c'est pas terminé.

 

Ayant lu "1275 âmes" de Jim Thompson, sachant que le titre original était "Pop. 1280" et qu'il manquait donc 5 âmes, je me suis penchée - dès que je l'ai trouvé - sur "1280 âmes" de Jean-Bernard Pouy (ICI) qui a créé le détective Pierre de Gondol qui va enquêter sur les 5 âmes disparues du roman lors de sa traduction. Génial ! Humour et enquête littéraire.

 

J'avais fait une petite incursion sur le continent Américain dans le roman précédent, alors j'ai décidé de sortir de ma PAL d'exception le prometteur "Trois mille chevaux vapeurs" d'Antonin Varenne (ICI). Le voyage fut parfois violent, mais je ne le regrette pas, malgré les chevauchées dans les montagnes qui ont mis mes fesses à vif. Mon quatrième coup de coeur.

 

Niveau manga, c’est le tome 16 de Black Butler (ICI) que j’ai lu ce mois-ci. L’enquête de Ciel et Sebastian continue au Weston College et ne prendra pas fin dans ce tome.

 

Ne reniant jamais mon vice, j'ai attrapé le premier tome de la "Jeunesse de Sherlock Holmes à Pau - Prélude 1" de Pardheillan (ICI) qui a inventé une jeunesse à mon détective préféré. Plus un roman initiatique sur la future méthode holmésienne qu'un roman policier avec des enquêtes. Les enquêtes sont justes là pour agrémenter le tout.

 

Mon cinquième coup de coeur fut pour le "Dossier 64" (ICI) de Jussi Adler-Olsen qui décidément, ne me lasse pas avec son "Département V". La manière dont le récit est agencé éveille notre curiosité et lui permet de nous coller son pied au cul.

 

Avec un peu d'avance parce que je pensais que je n'aurais plus le temps de lire autre chose ensuite, je me suis dépêchée de sortir "Brunswick Gardens" d'Anne Perry (ICI) pour la LC du mois d'août chez Bianca. Un tome un peu endormant... mais un second titre en mois sur la PAL Noire.

 

Mitchum, vous connaissez ? Et bien, c'était lui qui jouait le rôle du méchant dans "La nuit du chasseur" réalisé par Charles Laughton (1957) et tiré du roman de Davis Grubb qui fut publié en 1953 (ICI). Un duel magnifique entre un petit garçon de 9 ans et un prêcheur qui veut lui faire dire où son père a enterré le magot volé à la banque. Sixième coup de coeur !

 

Mon septième et dernier coup de coeur du mois est pour "Une terre d'ombre" de Ron Rash (ICI). Un récit émouvant, envoutant, passionnant sur les dommages collatéraux de la Grande Guerre, même au-delà de l'océan.

 

 

Bilan Livresque Juillet : 13 romans + 1 manga

  1. Ashworth Hall : Anne Perry (commencé le 30 juin au soir) (PAL Noire)
  2. Un intérêt tout particulier pour les morts : Ann Granger
  3. Paris la nuit : Jérémie Guez
  4. Donnybrook : Franck Bill (Coup de coeur) ♥
  5. Mais c'est à toi que je pense : Braunbeck (Coup de coeur) ♥
  6. La faux soyeuse : Éric Maravélias (Coup de coeur) ♥
  7. 1280 âmes : Jean-Bernard Pouy
  8. Trois mille chevaux vapeurs : Antonin Varenne (Coup de coeur) ♥
  9. Black Butler – Tome 16 : Yana Toboso
  10. Jeunesse de Sherlock Holmes à Pau - Prélude 1 : Pardheillan
  11. Dossier 64 : Jussi Adler-Olsen (Coup de coeur) ♥
  12. Brunswick Gardens : Anne Perry (PAL Noire)
  13. La nuit du chasseur : Davis Grubb (Coup de coeur) ♥
  14. Une terre d'ombre : Ron Rash (Coup de coeur) ♥

 

Le Bilan Livresque du mois de juin est le plus copieux de tous... la raison ? Le Mois Anglais, of course !

 

Ajoutons à celà 15 jours de vacances annuelles et un glandage total au boulot faute de... travail ! Oui, juin, juillet, août, on se la coule plus douce.

 

Donc, j'ai lu des romans et surtout j'ai fait une relecture de certains de mes mangas qui se déroulaient en Angleterre. J'ai aussi travaillé sur des articles afin de vous parler de Jack The Ripper - faits réels, fictions écrites, séries, téléfilm, film et roman ducumentaire - et de Sherlock Holmes.

 

Et puis, qui dit "juin", dit aussi "Ma PAL fond au soleil" chez Metaphore.  Donc, faut que je la fasse baisser, cette maudite PAL !

 

Alors, ces comptes ?? 11 romans de lus, 11 mangas relus (et chroniqués) et 1 bédé = 23 livres au total !!

 

Tout d'abord, j'ai relu "City Hall - Tome 1" de Guérin & Lapeyre (ICI), j'ai fait le tome 2 (ICI) - le 3 aussi, mais déjà une chronique pour lui, ça compte pas - avant de découvrir le tout dernier : le tome 4 (ICI) !!

 

J'apprécie toujours de voir évoluer Jules Verne et Conan Doyle dans un Londres steampunk. Le manfra (manga français) a des défauts, mais il se laisse lire avec plaisir.

 

"Le vrai journal de Jack L’Éventreur - d'après les notes du Dr. Watson" de Bob Garcia (ICI) m'a laissé sur ma faim. Alors que je pensais tomber sur un roman écrit "comme de la main du tueur", je me suis retrouvée dans les souvenirs d'un enfant. Heureusement, le livre était très court, mais je n'ai pas vu grand-chose de Jack The Ripper.

 

La bédé était une relecture aussi. Je ne l'avais pas chroniquée l'année dernière parce que cette suite ne m'avait pas emballée... Même en relisant, c'est toujours pas ça... "Sherlock Holmes Crime Alleys - Tome 2 - Vocations forcées" de Cordurié (ICI) est à oublier. Le tome 1, chroniqué pour le mois anglais 2013, lui, était super.

 

Une histoire qui me tenait à coeur car le film, vu il y a trèèèès longtemps, m'avait ému. Le personnage était tout aussi émouvant dans les premier épisodes de la saison 2 de "Ripper Street". Voilà pourquoi je fus heureuse de trouver lors d'une brocante de mai : "Elephant Man – La véritable histoire de Joseph Merrick, l’homme-éléphant" de Michael Howell & Peter Ford (ICI). Magnifique, émouvant, pas de pathos, très digne.

 

J'ai encore beaucoup de grands auteurs à découvrir et ce fut monsieur Robin Cook qui fut tiré au sort avec "Les Mois d’avril sont meurtriers"(ICI). L'auteur nous a conCOOKté une merveilleuse recette de cuisine. Son flic, sergent à l'A14 des "décès non éclaircis", n'a pas de nom, mais il a une présence et la détermination d'un pitt-bull quand il a happé un gigot. Un roman noir que j'ai dévoré.

 

Durant tout le début du mois anglais, j'ai relu les 8 premiers tomes de la série "Black Butler" de Yana Toboso dont l'action se déroule dans le Londres de 1888. Oui, durant tout le mois, je me trouvais dans l'ombre de Jack The Ripper... J'ai redécouvert les aventures et enquêtes du comte Ciel de Phantomhive, chien de garde de la reine, et de son diable de majordome.

 

Pourquoi les 8 premiers tomes alors que la série en est déjà à son 15ème ? Parce que j'avais déjà publié des chroniques des tomes 9 à 15, tiens !

 

Allez, le mois anglais, ce n'est qu'une fois par an, donc, puisque je dois lire anglais, je me suis resservie en cuisine avec "J’étais Dora Suarez" de mon ami Robin Cook (ICI) qui a l'art de vous mitonner des romans noirs digne d'un grand chef étoilé.

 

Attention les âmes sensible, dans les premières pages du roman, vous suivrez, comme si vous y étiez, tous les faits et gestes d'un tueur, qui, muni d’une hache, voulu décapiter la jeune Dora Suarez, 30 ans. Une enquête avec le sergent sans nom de l'A14. Un grand roman noir, mais un roman en deuil… Mes dents étaient serrées, mais j’ai eu mon coup de coeur !

 

Allez, un peu de gaiété après tout ces romans noirs ! Un p'tit coup de Sherlock, pourquoi pas ? Un bon moment de passé avec ce roman "pièce de théâtre" : "Élémentaire mes chers parents - Théâtre de S Holmes" de François Pardeilhan (ICI)

 

Ce petit livre, c'est 154 pages pétillantes et savoureuses à lire, surtout grâce aux répliques acides du père de Sherlock envers son beau-frère. On découvre dans ces pages un Sherlock de 18 ans, en compagnie de ses parents, Sieger et Violet. Le roman est agréable et se lit tout seul. L’enquête est sympathique et j’ai vu venir les escrocs de loin, tout comme Sherlock. Les autres n’avaient rien vu venir.

 

On m'en avait dit le plus grand bien et ils avaient raison, Brad pat et Yvan ! Mois anglais oblige, j'ai décidé de m'attaquer à "Adieu demain" de Michaël Mention (ICI). Vingt ans se sont écoulés depuis l’arrestation de l’Éventreur du Yorkshire. Un nouveau tueur sévit dans le Nord de l’Angleterre. Ce roman mélange les genres et nous fait du "Quatre en un". Un roman qui m’a marqué et que je ne risque pas d’oublier de sitôt !

 

Tout mon mois de juin fut quasi consacré à Jack The Ripper et j'en avais profité pour sortir de mes étagères tout ce que j'avais sur le tueur. ce roman, je l'avais acheté à la Foire du Livre de Bruxelles et je me suis régalée ! "Retour à Whitechapel" de Michel Moatti (ICI) est une réussite.

 

Il a réussi à mélanger la fiction avec le réel, donnant vie au quartier de Whitechapel et à quelques unes de ses prostituées les plus célèbres ! Tout est recomposé, sans pathos, sans exagération, le tout formant un roman où le voyeurisme n’est pas invité et où l’enquête que mène Amélia a quelque chose de touchant.

 

Quand je vous disais que.... "Le Livre rouge de Jack l'Éventreur" de Stéphane Bourgoin (ICI) m'a permis de constater que les faits décrits dans le livre de Michel Moatti étaient exacts. Ici, pas de théories fumeuses, pas de solutions, juste les faits, cliniques, précis, aiguisés. Pour ceux et celles qui voudraient en savoir beaucoup plus sur le tueur de Whitechapel. Bien écrit et non ennuyant !

 

Heu, oui, une addiction à cet auteur anglais qu'il ne faut pas confondre avec son homonyme américain. "Comment vivent les morts" ? Je ne sais pas, mais c'est le titre de cet autre roman noir de Robin Cook (ICI). La belle Marianne a disparu du petit village de Thornhill et personne n'a déclaré sa disparition ! Une enquête de notre sergent sans nom de l'A14.

 

Ce roman est une sorte de portait noir d’une société pourrissante. Le ton du début est grinçant, le sergent est à prendre avec des pincettes. Bien, mais en-deçà de "Dora Suarez".

 

"Jack l'Éventreur démasqué - L'enquête définitive" de Sophie Herfort (ICI) est, au contraire de celui de Stéphane Bourgoin, une enquête sur l'Éventreur qui en plus de nous livrer tous les faits, nous livre un nom ! Oui, l'identité du tueur est dévoilée ici.

 

Attention, bien que son enquête soit clinique et bien fournie, cela restera, pour moi, une théorie, une hypothèse comme une autre. Coïncidences malheureuses ou troublantes ? À vous de voir...


"La voix" de Arnaldur Indridason (ICI) faisait partie de mes bagages de vacances lui aussi. Non, rien à voir avec le mois anglais, mais celà fait trois fois que j'emporte un Indridason avec moi durant mes vacances et je ne voulais pas déroger à ma sacro sainte manie de le lire au bord de la piscine.

 

Bilan Livresque Juin : 23 livres lus (11 romans, 11 mangas & 1 bédé)

  1. City Hall - Tome 1 : Guérin & Lapeyre
  2. Le vrai journal de Jack L’Éventreur (d'après les notes du Dr. Watson) : Bob Garcia
  3. Sherlock Holmes Crime Alleys - Tome 2 : Vocations forcées : Cordurié
  4. City Hall - Tome 2 : Guérin & Lapeyre
  5. City Hall - Tome 4 : Guérin & Lapeyre
  6. Elephant Man – La véritable histoire de Joseph Merrick, l’homme-éléphant : Michael Howell & Peter Ford
  7. Black Butler – Tome 1 : Yana Toboso
  8. Mois d’avril sont meurtriers (les) : Robin Cook
  9. Black Butler - Tome 2 : Yana Toboso
  10. Black Butler - Tome 3 : Yana Toboso
  11. Black Butler - Tome 4 : Yana Toboso
  12. J’étais Dora Suarez : Robin Cook
  13. Élémentaire mes chers parents - Théâtre de S Holmes : Pardeilhan
  14. Black Butler - Tome 5 : Yana Toboso
  15. Black Butler - Tome 6 : Yana Toboso
  16. Black Butler - Tome 7 : Yana Toboso
  17. Black Butler - Tome 8 : Yana Toboso
  18. Adieu demain : Michaël Mention
  19. Retour à Whitechapel : Michel Moatti
  20. Livre rouge de Jack l'Éventreur (le) : Stéphane Bourgoin
  21. Comment vivent les morts : Robin Cook
  22. Jack l'Éventreur démasqué - L'enquête définitive : Sophie Herfort
  23. La voix : Indridason

C'est avec beaucoup de retard que je publie mon Bilan Livresque du mois de mai qui comportait 7 livres.

 

7 livres de qualité qui m'ont tous fait vibrer d'une manière différente.

 

Il était temps que je découvre cette auteure. Maintenant, c'est fait avec cet espèce de huis-clos entre 5 personnages. "Derrière la haine" (ICI) de Barbara Abel m'a scotché !

 

Une autre nouveauté dans mes lectures puisque ce livre fut lu sur le PC pour sa version numérique et sur papier, puisque je possédais le livre. J'ai bien ri avec "Complètement cramé !" (ICI) de Gilles Legardinier. Léger, sans prétention aucune, mais divertissant et rafraichissant.

 

Après du rire, des grincements de dents avec le très sombre "Chiennes de Vies (Chroniques du Sud de l’Indiana)" de Bill Frank (ICI). 17 nouvelles, 17 tranches de vie du sud de l’Indiana… 17 histoires noires, violentes, qui explorent les tréfonds de l’Homme dans ce qu’il a de plus vil. Un très grand livre.

 

"Fausse piste" de James Crumley (ICI).Dans ce roman noir, vous en trouverez pas un foudre d’enquêteur... Milo Milodragovitch tourne souvent en rond, se bourre la gueule, fume des joints, doit débourrer de ses multiples gueules de bois et soigner ses coups. Mais quelle plume ! Ironique... Et ses descriptions de la misère humaine échouée dans les bars. On s’enfonce dans les eaux sombres car l’auteur nous maintient la tête sous l’eau.

 

Un autre tout grand roman noir... Si Harlequin est le champion de l’Amûûr, on peut dire que "Aucune bête aussi féroce" est LE champion des bas-fonds et des vols à main-armée (ICI). Edward Bunker, l'auteur, à ses 40 ans, comptait plus d’années en cabane que de celles en liberté. Bref, il sait de quoi il nous parle,  rendant par-là le récit plus vivant, plus vrai, plus profond.

 

Vous êtes à la recherche de clowns terrifiants et de fêtes foraines plus angoissante que la scène de douche dans "Psychose" ? S’il vous plaît, reposez "Joyland" de Stephen King (ICI) dans le rayon et allez voir ailleurs… Pas d'horreur, mais un récit poignant, des personnages attachants et une histoire qui tient la route. Superbe !

 

"Des noeuds d'acier" de Sandrine Collette (ICI) est un huis clos prenant, violent, inhumain… On assiste, impuissant, à la déchéance d’un homme qui, au départ, répugnait à manger sa pitance sur le sol, apprendra à happer les os au vol où même tombé dans la crasse. Ambiance tendue comme une corde de violon jusqu’à la fin, suspense psychologique assez lourd qui laissera le lecteur vidé

 

Bilan Livresque Mai : 7 livres

  1. Derrière la haine : Barbara Abel
  2. Complètement cramé ! : Legardinier [Version Numérique et Papier]
  3. Chiennes de Vies (Chroniques du Sud de l’Indiana) : Bill Frank
  4. Fausse piste : James Crumley
  5. Aucune bête aussi féroce : Edward Bunker
  6. Joyland : Stephen King
  7. Des noeuds d'acier : Sandrine Collette

 

Et mon bilan livresque d'Avril, il raconte quoi ?? 7 romans et 6 bédés.

 

Bon, "peux mieux faire" sera la phrase à retenir pour ce bilan... qui est important parce que j'ai lu et relus des bédés, sinon, ben, c'était pas super !

 

Puisque le Challenge "Un hiver en Suède" était terminé et que sa suite le "Challenge Nordique" commençait, j'en ai profité pour lire ce roman islandais de ma nouvelle PAL.

 

Si "Je sais qui tu es" de Yrsa Sigurdardottir (ICI) commence fort, donne la chair de poule et des angoisses, j'ai trouvé son final un peu trop "fantastique" et trop facile... Oui, il aurait été difficile d'expliquer tout les phénomènes, mais je ne m'attendais pas du tout à l'élément fantastique dans le récit.

 

Pour varier mon plaisir, j'ai emprunté  "Nous étions les hommes" de Legardinier (ICI) afin de voir comment l'auteur se débrouillait dans un thriller scientifique. Force est de constater que l'auteur qui m'avait rire et pleurer dans "Et soudain tout change" était tout aussi capable de me faire frissonner. Sa plume est reconnaissable et les bons mots sont présent aussi. Un bon moment de lecture.

 

Dans le cadre d'une LC chez Bianca dont j'avais totalement oublié que je participais dès avril, j'ai vite attrapé "Le Bourreau de Hyde Park" de Anne Perry (ICI) afin de me mettre en ordre avec quelques jours de retard... En deux jours, j'avais terminé le roman qui m'a fait passer un bon moment.

 

Ceci était mon 31ème livre lu sur les 132 que compte ma PAL Noire.

 

C'est ici que j'ai perdu du temps de lecture : "Little Bird" de Craig Johnson (ICI) est un roman assez lent et profond et en plus, ma pharyngite n'a pas arrangé les choses et le roman a trainé un peu.

 

Walt Longmire occupe depuis 24 ans le bureau du shérif du comté d'Absaroka et monsieur apprécierait se la couler douce. On a affaire à un roman dont le rythme est très lent, on rentre doucement dans l'histoire et celui qui cherche du trépidant devra aller voir ailleurs.Le final est angoissant et j'ai poussé un cri de surprise. Un roman noir dans un trou perdu du trou du cul de l'Amérique


Qui veut un p'tit noir bien serré ?? Je lui conseille alors de lire "La Clé de verre" de Dashiell Hammett (ICI), bien que son autre roman "Moisson Rouge" soit plus dur et plus violent...

 

Étrange, aussi car toute la découverte du récit passe uniquement par l'intermédiaire de Ned Beaumont à travers ses dialogues, ses gestes, son attitude. Pour connaitre chacun des personnages du livre, il faudra les rencontrer un à un, en suivant Ned Beaumont du matin jusqu'au bout de la nuit, des œufs brouillés du petit déjeuner au dernier verre d'alcool à trois heures du matin.

 

Ayant acheté quelques bédés dont une étant le tome 5 des "Quatre de Baker Street", je me devais de relire les tomes précédents (sauf le 1 que j'avais fait le mois avant).

 

C'est donc confortablement installé dans mon canapé que j'ai relu à la chaîne "Les Quatre de Baker Street – T2 – Le dossier Raboukine" de Djian, Legrand & Etien (ICI), qui a un fort contexte politique avec les immigrants russes.

 

Enchainant ensuite avec "Les Quatre de Baker Street – T3 – Le Rossignol de Stepney" (ICI), et son côté mafieux à cause des sommes que les commerçants doivent payer afin d'assurer leur "protection". Un petit tour dans l'asile de Beldam est aussi au programme.

 

Le moins drôle puisqu'il parle de la "mort" (fausse, je sais, je sais) de Sherlock Holmes et de nos 3 compères qui se retrouvent sans leur mentor et employeur. Beaucoup d'émotions et une incursion dans les "pensionnats" pour jeunes filles avec "Les Quatre de Baker Street - T4 - Les orphelins de Londres" (ICI).

 

Ce nouveau tome, je l'attendais avec impatience, je sachant pas si j'allais revoir Holmes ou si les auteurs allaient faire évoluer nos garnements durant quelques albums sans le détective. Belle surprise pour "Les Quatre de Baker Street - T5 - La Succession Moriarty" (ICI). Et la réaction de Watson est bien plus réaliste que dans le canon.

 

Dubitative avec par contre avec cet autre album acheté en même temps que le tome 5 des "Quatre de Baker Street" car le côté fantastique y est de nouveau présent, comme dans tous les albums de la collection. "Sherlock Holmes et les voyageurs du temps T01 - La trame" de Cordurié & Laci (ICI) est à réserver aux fans de fantastique. Pour Holmes, le visage est toujours inexpressif et l'absence de Watson commence à nous peser, aussi bien qu'à lui qu'à moi.

 

Là, par contre, c'est une réussite et j'ai passé du bon temps à tenter de résoudre le crime tout en jouant à l'apprenti détective. "Sherlock Holmes - La BD dont vous êtes le héros !" de Ced (ICI) est jouissif.

 

On y incarne Watson et on doit résoudre l'enquête, avec juste un peu d'aide de Holmes. Faites attention, on peut y perdre la vie ou avoir la mort d'autre sur la conscience !! C'est interactif et amusant.

 

Cette fois-ci, je m'y suis prise à temps pour commencer à lire "Traitors Gate" de Anne Perry  (ICI) afin de ne pas être en retard. Ici, on parlera plus de l'Afrique et des colons anglais, allemands et... belges, que de thé et de scones.

 

Ce sont tout ces petits détails politiques sur les colonies en Afrique qui m'ont fait adorer ce roman, bien plus porté sur la politique étrangère que les autres. Le roman à soulevé mon enthousiasme et les 378 pages ont défilé sans que je les voie passer. Certains pourraient trouver que Charlotte est peu présente, je ne leur donne pas tort, mais cela n'a rien enlevé à mon plaisir de lecture.

 

Il était mon 32ème livre lu sur les 132 que comptait ma PAL Noire. Il m'en reste donc 100.

 

J'avais commencé "Les Impliqués" de Miloszewski, mais je n'en suis qu'à la page 300 sur 448... Mes premières impressions sont bonnes : le rythme est lent, on suit le personnage principal, Teodore Szacki, procureur, en proie avec une enquête sur un crime étrange (une broche à rôtir dans l’œil) et en proie avec des tourments privés. 

 

Le livre est surtout une critique acide sur le système judiciaire de la Pologne. Chez eux, les procureurs sont débordés, mal payés, et vont sur le terrain, comme les flics. Ils n'ont pas d'horaire bien défini, ils croulent sous la paperasse administrative, le taux d'élucidation est médiocre, les dossiers s'empilent et son classé sans suite.

 

Nombreux sont ceux qui concernent des affaires de meurtres par alcoolisme ou suite à des violences conjugales. Ce roman, c'est tout le pays - hommes politiques, rouage de ses institutions, mentalité des populations - qui passe à la moulinette ou au scalpel. 

 

 

Bilan Livresque Avril : 7 romans et 6 bédés

  1. Je sais qui tu es : Yrsa Sigurdardottir
  2. Nous étions les hommes : Legardinier
  3. Bourreau de Hyde Park (le) : Anne Perry
  4. Little Bird : Craig Johnson
  5. Clé de verre (la) : Dashiell Hammett
  6. Traitors Gate : Anne Perry   
  7. Les Impliqués : Miloszewski (En Cours ! p300)
  8. Les Quatre de Baker Street – T2 – Le dossier Raboukine
  9. Les Quatre de Baker Street – T3 – Le Rossignol de Stepney
  10. Les Quatre de Baker Street - T4 - Les orphelins de Londres
  11. Les Quatre de Baker Street - T5 - La Succession Moriarty
  12. Sherlock Holmes et les voyageurs du temps T01 - La trame
  13. Sherlock Holmes - La BD dont vous êtes le héros ! : Ced

 

Quoi de neuf en Mars ?? 

 

EDIT : Je savais bien que je m’étais trompée lorsque j’annonçais "9 lectures" ! Je me souvenais d’avoir compté 10 livres dans mon agenda, mais sur ma feuille de liens, je n’en comptais que 9.

 

ERREUR ! J’en avais bien 10 au compteur, mais j’avais oublié de copier le lien d’un livre, celui avec le fakir coincé dans l’armoire Ikéa ! Je mets donc à jour ce bilan…

 

C’est donc 10 lectures à mon actif pour ce mois-ci, dont un énorme pavé de 750 pages ! Ce qui n’est pas si mal, je trouve.

 

Bon, niveau PAL Noire, je n'en ai pas lu un seul ce mois-ci, non plus... et j'ai loupé une LC pour cause d'Alzheimer...

 

Dans le cadre du Challenge "Un hiver en Suède", j'ai attrapé "Du sang sur la Baltique" de Viveca Stein (ICI) qui s'est révélé un polar agréable. Cassera jamais trois pattes à un unijambiste, mais il était "correct".

 

Puisque j'avais eu du "polar classique", je me suis dit qu'un petit noir serré ne me ferait pas de tort. J'ai donc sorti de ma biblio un auteur que je n'avais pas encore découvert : Thomas H. Cook avec "Au lieu-dit Noir-Étang" qui s'est avéré être une véritable découverte pour moi (ICI).

 

Rythme lent, progression à petits pas, bon dans le temps, le tout servi avec des atmosphères bien torchées !! Cet auteur est noté dans mes chouchous et je compte bien découvrir le reste de sa production.

 

Lorsqu'on est dans le Noir, autant y rester, non ? Quitte à découvrir, autant continuer avec des auteurs jamais lus, non ? Voilà pourquoi je me suis décidée à me plonger dans la prose de monsieur George P. Pelecanos. "Hard Revolution" me faisait de l'oeil et le pas de danse que j'ai exécuté avec ce livre était magique (ICI).

 

Roman Noir... Si vous cherchez un livre rempli  de courses poursuites, de rebondissements à gogo, de suspense trépidant, allez chercher votre bonheur ailleurs… Bien que je vous conseille fortement de vous pencher sur ce roman aussi noir que la peau d’ébène des protagonistes et aussi noir que le coeur de certains ségrégationnistes, car ce livre en vaut vraiment la peine.

 

Le manquant du bilan était "L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea" de Romain Puértolas (ICI). Une lecture divertissante, amusante, très second degré, bref, ça vous fait passer un bon moment, j’ai souri et j’en suis ressortie toute contente.

 

Grosse déception avec "Mr. Shivers" de Robert Jackson Bennet (ICI). Quatrième de couverture prometteur de beaux jours et au final, de l'ennui et du Fantastique inattendu qui explique trop facilement les choses.

 

Le seul point positif, c’est la description de cette Amérique des années 30, après le krach boursier et la tempête de sable qui dévasta toutes les plantations, obligeant les gens à se mettre en route et à jouer les explorateurs des temps modernes, sillonnant leur pays à la recherche du travail, passagers clandestins sur les trains.

 

Une lecture éprouvante que j'aurais dû fractionner en plusieurs morceau parce que "L'Évangile du bourreau" de Gueorgui & Arkadi Vaïner ne se lit pas comme un roman Noir habituel (ICI). Longtemps tenu secret, le roman est une peinture sidérante du système répressif soviétique sous Staline, a fait sensation lors de sa première publication en ex-URSS.

 

Il avait vraiment tout pour me plaire, ce roman plus noir que le trou du cul d’un Nègre occupé à creuser une galerie, au fond d’une mine, à minuit, par une nuit sans lune (©Frédéric Dard). J’ai loupé le train, et ça me désole parce que la coupable, c’est uniquement moi.

 

Pour le Marathon de Lecture organisé par Chroniques Littéraires, j'avais dégotté dans mes étagères "Hanna était seule à la maison" de Carin Gerhardsen, auteure suédoise, ce qui convenait parfaitement pour clôre en beauté "Un hiver en Suède" (ICI).

 

Un polar d'excellente facture, suspense bien maintenu, enquêtes qui s'alternent et finissent par se chevaucher pour s'imbriquer l'une dans l'autre, les cochonnes... Pas le polar du siècle, pas de coup de coeur, mais un super moment de lecture.

 

Dans la foulée, j'ai aussi déniché "Le Sang des pierres" de Johan Theorin (ICI), un autre auteur suédois (j'avais des trésors dans ma biblio, moi, que je ne savais même pas, heureusement que Babelio est là pour m'indiquer la nationalité de mes auteurs).

 

Bon, rythme fort lent, mais les pages se tournent vite suite aux personnages qui sont agréables. Le final est bien, mais ce polar sera vite oublié, dommage...

 

Ici, par contre, pas de risque d'oublier quoique ce soit ! Roman Noir très violent, dont tout le monde a parlé en bien, déclaré meilleur livre de l'année 2012 par le magazine "Lire", je me devais de l'ouvrir... Acheté fort tard parce que introuvable dans mes échoppes, "Le Diable, tout le temps" de Daniel Ray Pollock est une lecture coup de poing dans la gueule (ICI).

 

Trois récits noirs. Trois univers rempli de violence, de sexe, de sang et de violence… Parfois aussi de tripes. Trois récits qui pourraient être indépendant les uns des autres mais qui se rejoignent, s'imbriquent, se complètent, se mélangent... Une lecture qui restera gravée dans ma chair, marquée au fer rouge ! On en redemande, des livres tels que celui-là !

 

Une amie avait eu un orgasme lors de sa lecture de "X" de Sébastien Teissier (ICI)... Malheureusement, il m'en faut un peu plus pour avoir un orgasme, mais rien à dire, le livre est jouissif parce que l'auteur a joué avec les choses que je n'avais pas, pour mon plus grand plaisir ! J'adore quand un auteur me baise de la sorte avec son récit. Et là, j'ai été mieux baisée que si j'avais voté socialiste, socio-chrétien et libéral en même temps. 

 

Un truc de fou, ce livre ! Court, mais intense, court, mais bon, court, mais qui te laisse baba. Magnifique !

 

Entre les coups, je me suis retapée pour la 36ème fois l'intégrale du cycle de "Lanfeust des Étoiles" (8 tomes) et qui fait suite à la saga de 8 tomes de "Lanfeust de Troy" que j'avais relue en février.

 

 

Bilan Livresque Mars : 10 livres et 8 bandes dessinées relues

  1. Du sang sur la Baltique : Viveca Stein ("Thrillers et polars" / Un Hiver en Suède)
  2. Au lieu-dit Noir-Étang : Thomas H. Cook ("Thrillers et polars" / "US" / "À tous prix" )
  3. Hard Revolution : George P. Pelecanos ("Thrillers et polars" / "US")
  4. L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea : Romain Puértolas
  5. Mr. Shivers : Robert Jackson Bennet ("Thrillers et polars" / "US")
  6. L'Évangile du bourreau : Gueorgui Vaïner ("Thrillers et polars" / "Myself II")
  7. Hanna était seule à la maison : Carin Gerhardsen ("Thrillers et polars" / Un Hiver en Suède)
  8. Le Sang des pierres : Johan Theorin ("Thrillers et polars" / Un Hiver en Suède / "À tous prix")
  9. Le Diable, tout le temps : Pollock ("Thrillers et polars" / Challenge "US" / "À tous prix" )
  10. X : Sébastien Teissier ("Thrillers et polars")

Février ne comptant que 28 jours, ça devrait me faire un livre de moins que janvier, en principe...

 

Bon, bilan un peu en-deçà puisqu'il ne compte que 7 livres + 1 manga. Et j'ai honte de dire que un de ces romans avait déjà été entamé sur janvier...

 

Alors, tout d'abord, "Nécrologie" de Paul Cleave (ICI) que j'avais entamé en janvier ne s'est pas révélé aussi jouissif que je m'y attendais. Une narration au présent m'a rendu la lecture assez insipide et je n'ai pas su rentrer dans ce polar noir aussi bien que dans "Un employé modèle" du même auteur.

 

Pour ne pas mourir idiote, j'ai lu "Lignes de sang" de Gilles Caillot (ICI) qui s'est révélé un polar/thriller assez addictif ! Hormis un raccourci assez peu crédible (mais l'auteur fait ce qu'il veut), le reste tient la route et j'ai passé du réel au virtuel pour cette enquête assez hard.

Madame Giebel sait comment me parler dans ses livres, et, une fois de plus, j'ai été conquise par son roman "Purgatoire des innocents" (ICI). Je ne le conseillerais pas aux âmes sensibles car c'est assez violent, sans que la violence ne soit gratuite, à mon sens, car elle est "logique".

 

Joe R. Lansdale est un auteur qui me fait rire dans ses romans et "L'Arbre à bouteilles" ne fait pas exception : du rire dans un roman sombre (ICI). Bien que j'ai trouvé que l'enquête était un peu "facile" puisque j'avais trouvé avant nos deux héros, Hap Collins, blanc et hétéro et Léonard Pine, noir et homo.

 

C'est une fois de plus Yvan (Blog ÉmOtionS) qui m'a fait découvrir un auteur qui m'était quasi inconnu : Amédée Mallock et son "Cimetière des hirondelles" (ICI).  On peut dire que ce thriller n'a pas la "vitesse" du genre, mais qu'il prend son temps pour nous dévoiler l'enquête. Une belle surprise, même si j'ai eu du mal avec le commissaire Mallock au départ.

 

Chouette, la suite des aventures de comte Phantomhive et de son diable de majordome sont arrivées ! "Black Butler - Tome 15" de  Yana Toboso fut de nouveau un régal (ICI). J'ai découvert dans ce manga le milieu des pensionnats anglais pour jeunes garçons dont les parents sont fortunés et nobles et je dois dire que le milieu n'est pas des plus reluisant ! Mais l'enquête avance bien et on aura le dénouement dans le tome suivant.

 

Un roman noir qui n'avait jamais été traduit pour nous, pauvres francophones, mais voilà que l'erreur est réparée ! C'est donc avec fébrilité que j'ai ouvert "Nu dans le jardin d'Eden" de Harry Crews et ce fut un joli coup de poing (ICI) ! Son univers est riche de par ses personnages, mais eux sont pauvres de par leur vie de misère. En tout cas, c'est mon coup de coeur du jour.

 

Puisque j'étais dans le registre des romans noirs, j'en ai profité pour sortir une pépite noire charbon "Anthracite" de Valerio Evangelisti (ICI).  Ici, pas de duels aux pistolets dans la rue, mais des duels à un niveau plus haut, celui des puissants conglomérats qui veulent gagner le combat afin de dominer ce jeune pays qu'est l'Amérique... Là, on va au charbon, c'est sombre, noir, sans concession et on en prend plein sa gueule !

 

Bref, bien que je n'ai pas explosé mon compteur lecture (je ne vous parle pas des bédés, j'ai relu tous mes tomes des "Trolls de Troy", ce qui fait 14 bédés à ajouter sur Goodreads), j'ai néanmoins découvert des bons romans noirs qui m'ont marqué.

 

Bilan Livresque Février : 6,5 romans, 1 manga et 14 bédés)

  1. Nécrologie : Paul Cleave (débuté en janvier) (Challenge "Thrillers et polars" de Liliba)
  2. Lignes de sang : Gilles Caillot (Challenge "Thrillers et polars" de Liliba)
  3. Purgatoire des innocents : Karine Giebel (Challenge "Thrillers et polars" de Liliba)
  4. Arbre à bouteilles (l’) : Lansdale (Challenge "Thrillers et polars" de Liliba / Challenge "US" chez Noctembule)
  5. Cimetière des hirondelles (le) : Amédée Mallock (Challenge "Thrillers et polars" de Liliba)
  6. Black Butler - Tome 15 : Yana Toboso (Challenge "Thrillers et polars" de Liliba / Challenge "XIXè siècle" chez Netherfieldpark / Challenge "I Love London 2" de Maggie et Titine / Challenge "Victorien" chez Arieste)
  7. Nu dans le jardin d'Eden : Harry Crews (Challenge "Thrillers et polars" de Liliba / Challenge "US" chez Noctembule)
  8. Anthracite : Valerio Evangelisti ("Il était une fois dans l'Ouest" chez Arieste / Challenge "Thrillers et polars" de Liliba / Challenge "US" chez Noctembule / Challenge "XIXè siècle" chez Netherfieldpark)

 

Mon Bilan Livresque de Janvier est de 9 livres dont 1 PAL Noire. Certains ont été lu plus vite que d'autres parce qu'ils ont été de véritable page-turner...

 

Niveau coup de coeur, le mois de janvier est bien rempli avec ses 4 super romans qui m'ont marqué et 2 autres que je vais oublier bien vite.

 

J'ai entamé le mois avec un roman se passant en Mongolie, "Yeruldelgger" de Yan Manook (ICI) qui fut mon premier coup de coeur du mois. Le corps enfoui d’une enfant, découvert dans la steppe par des nomades mongols, réveille chez le commissaire Yeruldelgger le cauchemar de l’assassinat jamais élucidé de sa propre fille.

 

Un roman noir qui nous dépayse, un roman au scénario travaillé, servi par un écriture très agréable à lire. On vit l’enquête et on ressent les coups durs avec les personnages, certaines scènes étant plus violentes que d’autres (âmes sensibles…).

 

Dans le cadre d'une LC, j'ai sorti un petit roman de Karine Giebel "Terminus Elicius" (ICI). Dans le train, Jeanne entame une correspondance amoureuse avec un tueur en série.

 

Le roman est court, juste 250 pages : pas de temps mort. Suivre les pensées, les interrogations, les angoisses, les joies et la vie minable de Jeanne furent un moment fort, impossible de décrocher. Une belle écriture, un scénario bien pensé, bien pesé, un personnage central différent de ce que l’on pourrait croire, un récit bien rythmé et des palpitations cardiaques avec Jeanne, dans le train.

 

Un second coup de coeur avec un polar glacial puisque se passant en Laponie, durant l'hiver... "Le Dernier lapon" de Olivier Truc (ICI) fut un superbe voyage. Voyez-vous même : Kautokeino, un grand village sami au milieu de la toundra. Dans la nuit le tambour est volé et ensuite, c'est la mort d’un éleveur de rennes qui ne va rien arranger à l’affaire.

 

L’écriture est agréable, riche, envoutante et les personnages attachants. Le récit, au départ, est flou, on ne voit pas à quoi on a affaire, ensuite, l’image se met peu à peu en place et on passe à quelque chose qui prend doucement forme, jusqu’à ce que les dernières pièces vous révèlent une trame complexe. J’ai eu du mal à déposer le roman une fois que j’ai eu fini… Il était profond.

 

Une grosse déception avec "Le Lapin borgne" de Carrlson (ICI). Quatrième de couverture trompeur, rythme de narration lent et ennuyant, les dialogues, rédigés à la première personne, sont d’un ennui profond et les phrases d’une platitude absolue.

 

Heureusement que le suivant fut un autre coup de coeur ! Doublé d'un coup de pied au cul... "C’est dans la boîte" de Frédéric Ernotte (ICI).

 

Jeff Marnier est flic et accro à un site Internet. "La boîte noire". C’est un endroit sombre. Un repère de flics. Marnier s'est inscrit à un concours nommé "La ronde des boîtes". Un huis-clos entre huit flics dans un châlet paumé... Chacun doit rassembler dans une boîte à chaussures 5 objets/indices concernant une affaire élucidée ou non et les autres devront deviner l’affaire.

 

L’auteur manie bien la plume, le rythme ne souffre d’aucun temps mort, tout est fluide, un peu de glauque bien dosé et de l’humour noir subtil.  De plus, il m’a surprise d’une autre manière ! Magnifique ! Pervers ! Dingue ! Le coup de pied au cul par excellence. Des romans de cette veine, j’en redemande.

 

Dans le cadre de mes relectures de bédés, je vous parlerai de l'album "Les Quatre de Baker Street - T1 - L'affaire du rideau bleu" de Djian, Legrand et Etien (ICI). Je relis souvent mes bédés, mais je ne fais pas toujours une critique.

 

Ensuite, j'ai pris la direction de Saint-Émilion qui venait de basculer dans l’horreur suite à l’assassinat du curé... "AOC - Assassinats d’Origine Contrôlée" de Richard Le Boloc’h, Éric Le Boloc’h & Yann Marchesseau (ICI) m'a douché après l'excellente lecture que je venais de faire. Ici, on aurait pu avoir l'ivresse, mais bien que la bouteille était prometteuse, le contenu était de la piquette. Seule la fin était bien... (PAL Noire).

 

Le gros gros coup de coeur du mois est pour "REFLEX" de Maud Mayeras (ICI). Ce livre, c’est fort, ça percute et ça t’uppercutte ©. Une tuerie  !! Une putain de saloperie de tuerie… un truc de fou, un coup de cœur doublé de je ne sais combien de coups de pieds au cul et de décharge de chevrotines dans mes tripes…

 

Depuis le temps que je me devais de découvrir cet auteur dont on m'avait tant parlé... Voilà que c'est fait, maintenant : je suis dépucellée ! Sire Cédric et  "L'enfant des cimetières" (ICI) sont enfin passé dans mes mains.

 

Un fossoyeur pris d’une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants, avant de se donner la mort. David, photographe de presse se rend sur les lieux... Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d’un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui est à l’origine de cette épidémie meurtrière ?

 

Une écriture qui pulse, des démons qui s’échappent des pages, des cadavres pas toujours en un seul morceau, de la cervelle qui adhère aux murs, des ombres qui vous grignotent par petits morceaux, des signes cabalistiques tracés au sol, c’était la recette qu’il me fallait pour m’évader dans un autre monde. Faut aimer le fantastique, aussi...

 

J'aurais pu avoir un 9ème : "Nécrologie" de Paul Cleave. Entamé mais pas terminé pour la dead-line du 31 : il en était à la moitié lorsque sonna minuit... Il est à moitié lu mais sa chronique sera pour dans quelques jours... et sera comptée sur février.

 

 

Bilan Lecture Janvier : 9 livres (dont 1 PAL Noire)

  1. Yeruldelgger  : Yan Manook ("Thrillers et polars")
  2. Terminus Elicius : Karine Giebel ( "À tous prix")
  3. Le Dernier lapon : Olivier Truc ( "À tous prix")
  4. Le Lapin borgne : Carrlson (Un Hiver en Suède)
  5. C’est dans la boîte : Frédéric Ernotte ("Thrillers et polars")
  6. Quatre de Baker Street - T1 - L'affaire du rideau bleu : Djian, Legrand et Etien
  7. A.O.C : Le Boloc’h/Marchesseau (PAL Noire) ("Thrillers et polars")
  8. Reflex : Maud Mayeras (Challenge "Thrillers et polars")
  9. L'enfant des cimetières : Sire Cédric ("Thrillers et polars" / "À tous prix")
  10. Nécrologie (commencé) : Paul Cleave

Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...