Bilan Livresque Mensuel 2015

 

Que va me réserver l'année 2015 ? Je parle, bien entendu, au niveau littéraire !

 

Combien de coups de cœur livresque aurai-je ? Des déceptions ? Des romans dont j'attendais beaucoup et qui me laisseront de marbre ? Ou alors, des belles découvertes alors que je ne m'y attendais pas ?

 

Ma PAL Noire a bien diminué en 2014, surtout avec les LC chez Bianca qui ont fait baisser le niveau des "Thomas Pitt" de Anne Perry. Va-t-elle continuer ?

 

Ma PAL compte bien trop de livres pour que j'en vois la fin dans les neuf prochaines années... Ne comptez pas sur une diminution chez elle vu que j'achète tout le temps.

 

2014 était aussi une nouvelle ère dans mes lectures puisque, fin septembre, j'avais reçu une liseuse... 12 romans (sur 112) furent lu en numérique et je compte bien poursuivre l'aventure avec ce petit bijou qui me comble, tout en lisant sur papier, aussi, n'ayez crainte !

 

Mais ça ne va pas faire baisser mon Stock À Lire, cette liseuse !

 

Le but en 2015 sera aussi de dépasser ce millésime qu'était 2013 et qui avait vu défiler 116 romans : point de vue lecture, c'était bien rempli (2012 n'en comportait que 96 - 2014 en comptait 112...).

 

Une affaire à suivre mensuellement, donc !

 

Bilan Livresque Annuel 2015 : 109 livres lus (arrêté au 31 décembre 2015)

 

  • Bilan Livresque Décembre : 12 livres ICI
  • Bilan Livresque Novembre : 7 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Octobre : 7 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Septembre : 16 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Août : 7 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Juillet : 11 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Juin : 15 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Mai : 6 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Avril : 8 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Mars : 9 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Février : 6 livres (ICI)
  • Bilan Livresque Janvier : 7 livres (ICI)

Décembre, fin de l’année, heure du Bilan Annuel… Alors, qu’est-ce que ça donne à l’autopsie ??

 

12 romans lus en décembre, 1 manga et quelques bédés dont 1 nouveauté (pas de relecture).

 

L’année 2015 aura été riche de 109 lectures (uniquement les romans) et de 105 bédés, la plupart étant des re-re-re-lectures.

 

J’ai déjà fait mieux niveau romans, mais je m’estime heureuse d’avoir pu franchir la barre symbolique des 100.

 

Mais en 2014, j’avais 112 lectures au compteur et le record de 2013 avec ses 116 romans ne tombera pas cette année. La pire année restera 2012 avec ses 96 romans.

 

Les deux plus gros mois furent septembre avec 16 lectures et juin avec 15. Février et Mai n’en comptaient que 6…

 

Les coups de cœur feront l’objet d’un autre post, les choix étant toujours durs et longs, comme j’aime certaines choses.

 

Si 2014 avait vu l’avènement pour moi de la lecture sur liseuse, je n’avais fait que  12 romans numérique. En 2015, 65 romans furent lus en numérique… Plus de la moitié, en fait.

 

Bon, j’arrête avec les chiffres, mais faut pas m’en vouloir, la comptable qui sommeille en moi se réveille de temps en temps durant ses congés !

 

Le commencement du mois fut bon avec Carnaval de Ray Celestin (ICI) qui m’a emmené à La Nouvelle-Orléans sur des airs de jazz et de serial-killer. Personnages attachants, contexte social, enquête menée de trois fronts différents et une plume que j’ai hâte de lire à nouveau.

 

Petite déception avec L’ombre de Stephen Lloyd Jones (ICI) qui avait tout pour faire un grand roman mais qui manquait de sel. Grand Méchant loupé.

 

Toujours un plaisir de retrouver mon diable de majordome qu’est Sebastian dans la série Black Butler – Tome 20 de Yana Toboso (ICI). L’enquête se termine tout doucement et je suis surprise de voir que l’aspect fantastique de l’enquête ne l’était pas tant que ça.

 

Une découverte des plus agréable avec le premier tome Le dernier apprenti sorcier – Tome 1 – Les rivières de Londres de Ben Aaronovitch (ICI). Une touche de fantastique des plus rafraichissante dans cette enquête qui nous mènera là où on ne s’y attend pas.

 

Sherlock Holmes & Moriarty associés – La BD dont vous êtes le héros de Ced & Boutanox (ICI) est un rendez-vous annuel depuis trois ans et malgré mes talents, je dois me creuser les méninges afin de résoudre les enquêtes. Quelques heures de plaisir et de jeu en perspective.

 

Cour roman pour faire monter le compteur avec Le mystère de High Street de Anne Perry (ICI) qui m’a fait passer quelques moments hors du temps. Dommage que cela fusse si court.

 

Petit sherlockonerie avec Le Saigneur de la jungle de Philip José Farmer (ICI) où notre détective, durant la Première Guerre, croisera la route d’un certain Tarzan. Loufoque, second degré, humour, on ne se prend pas au sérieux mais la farce ne vire jamais à l’aigre.

 

Ding Dong… C’est L’heure des fous de Nicolas Lebel [LC avec Stelphique] qui m’a mis de si bonne humeur ?(ICI) Oui, tout à fait. Humour, enquête, dialogues au poil, culture, personnages hauts en couleur, bref, à lire de toute urgence pour combattre la morosité.

 

Si vous voulez aller à la rencontre d’une autre culture, je vous conseille Le chasseur de lucioles de Janis Otsiemi (ICI) qui nous entrainera au Gabon pour une enquête des plus étranges. Oubliez les Experts, ici, on enquête d’une autre manière. Les dialogues sont truffés d’expressions bien de là bas…

 

♫ Verres sur verres de Cuba Libre ♪ Un petit tour au pays des cigares et de Castro ? Avec Coupable vous êtes de Lorenzo Lunar (ICI) on découvre une partie de Cuba que l’on connait peu, une partie sombre, miséreuse, gangrénée par la corruption, mais le commissaire Leo Martín se fera une joie de vous en parler mieux que moi.

 

J’aime le dépaysement et j’ai voyagé en décembre avec mes lectures de tout horizons, notamment avec Utopia de Ahmed Khaled Towfik (ICI) qui m’a emporté dans Le Caire en 2023 pour une dystopie qui m’a fait froid dans le dos.

Tant qu’à avoir froid dans le dos, ajoutons-en une dose avec Extinction de Matthew Mather [LC avec Stelphique] qui m’a fait vivre un récit post-apocalypse des plus réalistes (ICI). J’en frémi encore parce que oui, ça pourrait très bien arriver !

 

La suite d’une bédé dont j’avais adoré le premier opus et le suite est tout aussi digne pour Undertaker – Tome 2 – La danse des vautours de Xavier Dorison & Ralph Mey (ICI). Un western qui respecte les codes du western tout en les adaptant et dans un tout qui reste cohérent.

 

Le Messie de Dune – Dune II de Frank Herbert [LC avec Stelphique] est entamé mais pas tout à fait terminé. Passé la moitié, il me semble plus haut que le premier, niveau écriture, mais plus bas niveau "action".

 

Bilan Livresque Mensuel Décembre : 12 romans, 1 manga, 1 bédé

  1. Carnaval : Ray Celestin
  2. L’ombre : Stephen Lloyd Jones
  3. Black Butler – Tome 20 : Yana Toboso
  4. Le dernier apprenti sorcier – Tome 1 – Les rivières de Londres : Ben Aaronovitch
  5. Sherlock Holmes & Moriarty associés – La BD dont vous êtes le héros : Ced & Boutanox
  6. Le mystère de High Street : Anne Perry
  7. Le Saigneur de la jungle : Philip José Farmer
  8. L’heure des fous : Nicolas Lebel [LC avec Stelphique]
  9. Le chasseur de lucioles : Janis Otsiemi
  10. Coupable vous êtes : Lorenzo Lunar
  11. Utopia : Ahmed Khaled Towfik
  12. Extinction : Matthew Mather [LC avec Stelphique]
  13. Undertaker – Tome 2 – La danse des vautours : Xavier Dorison & Ralph Mey
  14. Le Messie de Dune – Dune II : Frank Herbert [LC avec Stelphique]

Novembre, mois des feuilles qui tombent, mois où je rajeunit d'un an (tu parles), mois de congé, mois des frimas... Mois de lecture ?

 

Novembre, mois de déconfiture car je n'ai lu que 7 livres, comme en Octobre, mais ici, le pire, c'est que j'étais en vacances tout le mois !

 

Ok, on peut ajouter 9 bédés lues, 7 chroniquées (dont 8 nouveautés). Je ne calcule pas toutes celles que j'ai relues sans les chroniquer.

 

Va falloir que je me remue parce que je n'ai que 97 romans lus depuis le 1er janvier même si grâce à toutes mes bédés j'arrive à 200 lectures pour mon challenge Good Reads.

 

C'est pas cette année que je battrai mon record de 2013 et ses 116 romans lus !

 

J'ai commencé le mois avec Une pluie sans fin de Michael Farris Smith (ICI) qui, bien que m'ayant diverti au plus au point comportait tout de même des incohérences : avec toute cette pluie tombée, personne ne s'embourbe, ne perd ses bottines, hors, après quelques jours de pluie, la prairie d'une de mes juments étaient déjà tellement saturée d'eau que j'ai failli y perdre mes bottes 36 fois et que la jument avait des branchies qui lui poussait !

 

Ouf, on remonte le niveau avec l’excellentissime dernier tome de la trilogie du Yorshire …Et justice pour tous de Michaël Mention (ICI) qui clôt le chapitre d'une manière magistrale. Un gros gros coup de coeur !

 

Il trainait dans ma PAL depuis 1 an, cadeau de mon anniversaire 2014, il était temps que je sorte le Cadavre 19 de Belinda Bauer (ICI) qui m'a surpris, attendri, délassé... surtout grâce à son enquêteur principal, Patrick, atteint du syndrome d'Asperger. Une bouffée d'air frais ce roman.

 

C'est un roman qui se trouvait dans le TOP10 de ma binôme de Lecture, Stelphique, elle voulait le relire et m'a proposé de le faire avec elle. L’Alchimiste de Paulo Coelho [LC avec Stelphique] (ICI) ou LE roman que je n'avais pas voulu lire quand il était sorti en 1995 et que tout le monde ne parlait que de ça. Alors ? Faut le prendre comme un comte sinon, ça ne passera pas. Ça se lit vite et ce fut une belle lecture.

 

Lui, je voulais me le faire depuis sa sortie, le premier roman de cet auteur m'avait entrainé et j'avais une crainte que le suivant ne ressemble au premier. Pas du tout, hormis pour le talent ! Hiver rouge de Dan Smith (ICI) est un plaisir de fin gourmet, le petit Jésus en culotte de velours. Le récit peut être dur, âpre, mais tellement fort. Il explore sans concession aucune la Russie de 1920, au temps de sa révolution.

 

Décidemment, ma binôme était en forme pour les LC ce mois-ci puisque nous avons décidé de nous faire le roman noir Trait bleu de Jacques Bablon [LC avec Stelphique] (ICI) et le bilan est que moi j'ai super bien aimé ce petit roman. Un récit drôle, brutal, ironique, sans fioritures, sans adoucisseur de langage. C'est court, c'est vite lu, c'est intense comme un expresso et c'est jouissif !

 

Puisque ma binôme était perdue sur une planète hostile, j'ai volé à son secours et je me suis encanaillée avec de la SF en commençant par le cultissime  Cycle de Dune – T1 – Dune de Franck Herbert [LC avec Stelphique] (ICI). Malgré quelques passages plus lents et menés à un rythme plus pépère, les pages se tournent toutes seules et le récit défile comme du sable tombant dans un sablier, nous emmenant à la dernière page et faisant en sorte que l'on ait juste une seule envie : lire la suite

 

Niveau bédés, je me suis fait plaisir avec l'excellente suite de Holmes (1854/1891 ?) – Tome 4 – La dame de Scutari de Luc Brunschwig & Cécil (ICI).

 

Une poursuite avec la série sur les Elfes – Tome 11 – Kastennroc de Jean-Luc Istin, Héban & Kyko Duarte (ICI). Toujours une réussite cet univers des Elfes.

Le premier était génial, le suivant l'est un peu moins. Non pas que Nains – Tome 2 – Ordo du Talion de Nicolas Jarry, Pierre-Denis Goux & Stéphane Créty (ICI) est de la merde, pas du tout, mais j'ai eu une impression de bâclage des dessins de la dernière page.


Je l'avais oublié dans mon inexistante PAL bédé : Undertaker – Tome 1 – Le mangeur d’or de Ralph Meyer & Xavier Dorison (ICI) est une vraie réussite. Les codes du western sont présents, mais l'auteur joue avec et cela donne une bédé des plus réussie !

 

Relecture avec Wanted – Tome 1 – Les frères Bull de Rocca & Thierry Girod (ICI) mais bof-bof. Les dessins ne sont pas géniaux, scènes de violences en gros plan et pas nécessaire, personnage principal un peu trop gentil alors qu'on le dit gros dur.

 

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour suivre la suite des aventures de Sherlock Holmes Society 02 - Noires sont leurs âmes de Cordurié & Torrents (ICI) et de Sherlock Holmes Society 03 - In nomine dei de Cordurié & Nespolino (ICI). L'enquête suit sa route, ça sent le fantastique mais il n'est pas trop présent, tout s'explique par du concret et j'aime mieux ça !

 

Bilan Livresque Mensuel Novembre : 7 Romans / 9 bédés

  1. Une pluie sans fin : Michael Farris Smith ♥1/2
  2. …Et justice pour tous : Michaël Mention ♥1/2
  3. Cadavre 19 : Belinda Bauer
  4. L’Alchimiste : Paulo Coelho 1/2
  5. Hiver rouge : Dan Smith ♥1/2
  6. Trait bleu : Jacques Bablon
  7. Le cycle de Dune – T1 – Dune : Franck Herbert

 

  1. Holmes (1854/1891 ?) – Tome 4 – La dame de Scutari
  2. Elfes – Tome 11 – Kastennroc
  3. Nains – Tome 2 – Ordo du Talion
  4. Undertaker – Tome 1 – Le mangeur d’or
  5. Wanted – Tome 1 – Les frères Bull
  6. Sherlock Holmes Society - Tome 2 - Noires sont leurs âmes
  7. Sherlock Holmes Society - Tome 3 - In nomine dei
  8. Lanfeust Odyssey - Tome 6 - Le Delta bilieux
  9. Lanfeust Odyssey - Tome 7 - La Méphitique Armada

 

Que dire du Bilan Livresque du Mois d'Octobre ? Fut-il comme les feuilles, en chute libre ou bien honorable ?

 

Le mot est "pas terrible" pour Octobre avec 7 livres lus comparé à Septembre. Ok, septembre était une exception avec ses 16 livres !

 

J'ai bien commencé le mois avec le dernier petit bijou de R.J Ellory : Les assassins (ICI) que j'ai dévoré avec lenteur afin de bien mastiquer sa prose.

 

Oui, un Ellory ça se dévore en douceur, ça se déguste et ici, je me suis une fois de plus pourléché les babines avec ses serial killer bien saignants et j'en redemande parce que bien que le plat ait l'air commun, il ne l'est pas du tout et ça vole haut.

 

Comme mon entrée avait été copieuse, il eut été (et pas eut tété) malheureux de passer à de la littérature fast-food alors j'ai testé Joe Hill, fils d'un grand cuistot qui est un King de la littérature. Nosfera2 (ICI) de Joe Hill s'est révélé un morceau de choix lui aussi. Une aventure que j'ai eu du mal à refermer.

 

Allez, on reste dans le haut de gamme, avec un autre cuisinier bien connu de mes papilles gustatives : le bel Olivier Norek et son Territoires pour une LC avec Stelphique (ICI). Son plat précédent (Code 93) était un régal, mais sa suite est encore plus mieux. Là, on a un plat qui déchire sa race et qui te nique ton peuple.

 

À force de dévorer de délicieux romans, on y prend goût et on a envie de continuer la sélection gustative. Une autre valeur sûre, un autre cuistot vien connue de mes yeux Tim Gautreaux qui m'avait préparé un Nos disparus des plus goûteux (ICI). Mélange de roman de guerre, policier, quête, roman,... qu'on savoure tout en remontant le Mississipi au son du jazz et des musique entrainantes jouée par un orchestre Noir.

 

Pour dégérer tout ces mets, un bon petit Noir corsé afin de continuer dans la même lignée. Chose fut faite avec le très noir roman L'immense obscurité de la mort de Massimo Carlotto (ICI). Deux hommes, un criminel, une victime et un auteur qui vous laisse seul juge, tout en se permettant de vous retourner dans tous les sens. Ça arrache la gueule, ce petit Noir corsé.

 

En dessert, une vieille connaissance, une fois de plus, avec la relecture pour une LC imprévue avec Stelphique du grand Classique qu'est Frankenstein ou le prométhée moderne de Mary Shelley (ICI). Mes sentiments restent les mêmes : colère noire sur le Créateur Victor Frankenstein et empathie pour la Créature.

 

On terminera par le petit apéro qui ne casse pas trois pattes à une dinde de Nowel mais qui m'a fait terminer le mois avec l'esprit en roue libre. Rouge abattoir de Gilda Piersanti (ICI) est le genre de roman policier à lire quand on a la tête ailleurs et qu'on ne voudrait pas gâcher un roman important.

 

 

Bilan Livresque Octobre : 7 romans (dont une relecture)

  1. Les assassins : R.J Ellory 1/2
  2. Nosfera2 : Joe Hill 1/2
  3. Territoires : Olivier Norek (LC avec Stelphique)
  4. Nos disparus : Tim Gautreaux 1/2
  5. L'immense obscurité de la mort : Massimo Carlotto 1/2
  6. Frankenstein ou le prométhée moderne : Mary Shelley 1/2
  7. Rouge abattoir : Gilda Piersanti 1/2

Le Bilan Livresque de ce mois-ci fut plus étoffé que le précédent. Ce n'est pas moins de 16 romans qui furent lus en Septembre.

 

Plus que le double d'août. Mon Mois Américain a été productif, même si j'ai fait moins bien que 2014.

 

Alors, quoi de neuf, docteur ?

 

 

J'ai sorti en premier lieu une nouveauté de l'année 1949, retraduite correctement par les éditions Gallmeister. Il s'agit de Cible mouvante de John Ross Macdonald (ICI) mettant en scène pour la première fois le privé Lew Archer. on ne doit pas ouvrir un Lew Archer pour son intrigue ou son tempo d'enfer, mais pour sa galerie de personnages.

 

Petite excursion dans le western avec l'excellent L’homme des vallées perdues de Schaefer (ICI). C'est le récit d'un homme qui lutte contre sa violence intérieure, d'un homme que l'on aimerait pas avoir comme ennemi, d'un homme dangereux, mais auquel on peut faire confiance. C'est fort, c'est grand, c'est beau !


Tant qu'à faire, puisque les colts sont dégainés, autant poursuivre dans le genre avec l'excellent recueil de nouvelles de Johnson Dorothy : Contrée indienne (ICI). Ces petites nouvelles m'ont toutes enchantés et mon seul regret sera qu'elles n'aient pas été plus longues car en peu de pages, je m'attachais aux personnages, à leur récit.


Une retrouvaille avec le shérif Walt Longmire, le personnage phare de Craig Johnson dans le 3ème opus, L’indien blanc (ICI). L'enquête prend son temps, sans trainer non plus et il faudra faire gaffe de ne pas se recevoir une balle mal placée. Une enquête menée avec la hache de guerre déterrée mais sans pouvoir faire justice sois-même... De l'humour, une enquête, des moments émouvants, d'autres plus coquins, des balles qui vous frôlent et de la Blanche qu'il ne vaut mieux pas trafiquer.


Dans le rôle du roman qui m'aura fait bien dormir, je nomme Le roi en jaune de Robert Chambers (ICI). Si la première nouvelle m'avait plu, le reste m'a endormi.


La cavale de l’étranger de David Bell (ICI) avait tout pour am plaire, le scénario allait dans le bon sens et puis, boum, c'est fini... Ok, c'est une nouvelle, mais de là à nous la terminer un peu en eau de boudin, il n'y avait qu'un pas que l'auteur a franchi.


Pour me remettre de ces deux lectures pas vraiment super, j'ai pris le train pour l'Ouest, la gare de Yuma... On m'a dit 3h10 pour Yuma... Léonard Elmore est une valeur sûre et ses nouvelles western m'ont régalées (ICI). Ici, pas de gras non plus sur les histoires, c’est brut de décoffrage, en peu de mots, il t’en dit beaucoup même si, souvent, tu en aurais voulu un peu plus. C’est comme un nectar, pour le savourer, tu dois être rationné.


Une fois de plus, puisque j'étais bien, je suis restée dans le western et j'ai enchainé sur l'amusant Arizona Tom de Norman Ginzberg (ICI) qui m'a fait passer un agréable moment un peu décalé. Y'a du cynisme et des vérités, dans ce roman western qui ne fait rien comme les autres.


Si vous aimez l’humour noir et les situations cocasses, La mouche du coche de Donald Westlake (ICI) est fait pour vous car Al Engel a tout d’un Dortmunder : il ne tue pas, il lui arrive des tas de trucs, il se retrouve dans des situations qu’il n’a pas voulu et à l’impression que tout va de travers.


Un roman qui me tentait mais que je n'osais pas ouvrir de peur d'être déçue alors que tout le monde en disait du bien : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee (ICI) a été un coup de coeur (lu en Lecture Commune). Un roman qui m'a pris aux tripes, un roman dont la plume, simple et complexe, vous entrainera dans le Deep South, le Sud profond, dans tout ce qu'il a de plus laid, mais dans tout ce qu'il a de plus beau aussi.


Étant bien partie avec les droits civiques refusés à une partie de la population américaine (aux Noirs, pour les béotiens), j'ai continué avec Sweet Sixteen d'Annelise Heurtier (ICI). Un grand roman fort, brutal, servi par une plume que l'on sent au service de la littérature jeunesse, mais qui n'écorchera pas les yeux d'un lecteur adulte. Un roman qui fait réfléchir sur les comportements totalement fous de certains humains qui auraient juste mérité le titre de tarés profonds et dangereux. Non, pas taré, ce serait encore trop gentil.


On reste en Amérique mais on passe au roman fantastique avec des loups-garous... Ce que j'ai aimé dans Notre-Dame des loups d'Adrien Tomas (ICI), en plus de l'action qui ne subit que peu de temps mort, c'est le fait que chaque veneur raconte un chapitre. Changer de narrateur de la sorte et faire tout les membres de la troupe a donné un plus à ce roman. Les personnages qui composent la troupe de veneurs sont bien campés, bien différents l'un de l'autre et sans en faire trop, l'auteur nous plonge dans le groupe et distille quelques mystères.


Pour notre Lecture Commune du 15 de chaque mois, Stelphique et moi avions choisi Cujo de Stephen King (ICI). Le suspense prend son temps, il monte crescendo et certains passages sont angoissants au possible. Le final est éprouvant, horrible, rempli de tension. J’ai passé un bon moment d’angoisse avec ce roman qui me donne encore des frissons.


Classique parmi les classiques du Roman Noir, je me devais de lire Le grand sommeil de Raymond Chandler (ICI). Le détective Philip Marlowe fut une belle rencontre, mais j'ai eu un peu de mal vers la moitié du roman. Bref, une belle rencontre avec Marlowe, je remettrai le couvert mais une lecture en demi-teinte.


Coup de coeur chez certains ami(e)s blogueurs, je me devais de vérifier ça ! Pari réussi avec Les loups à leur porte de Jeremy Fel (ICI). Ce roman est composé de nouvelles qui forment une véritable toile d'araignée. Tout se tient, tout se recoupe. Étonnant, bien construit, jubilatoire de noirceur et beaucoup de tension durant la lecture. Cardiaques, n'oubliez pas vos pilules pour certains passages.


Quoi de plus terrible qu'une légende de l'Ouest qui a le cancer et qui a presque un pied dans la tombe ? Glendon Swarthout, l'auteur, aurait pu écrire avec des trémolos dans la plume, mais il n'en fit rien et Le tireur (ICI) est tout sauf larmoyant. Un roman court, fort, puissant, profond, avec des odeurs de mort, de poudre et aussi l'odeur du changement. C'est réaliste, noir, glaçant, brillant !

 

 

Bilan Livresque Septembre : 16 romans, 3 films, 1 série

  1. Ross Macdonald : Cible mouvante
  2. Schaefer : L’homme des vallées perdues
  3. Johnson Dorothy : Contrée indienne
  4. Craig Johnson : L’indien blanc
  5. Robert Chambers : Le roi en jaune
  6. David Bell : La cavale de l’étranger
  7. Léonard Elmore : 3h10 pour Yuma
  8. Ginzberg : Arizona Tom
  9. Donald Westlake : La mouche du coche
  10. Harper Lee : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (LC)
  11. Heurtier : Sweet Sixteen
  12. Adrien Tomas : Notre-Dame des loups
  13. Stephen King : Cujo (LC)
  14. Chandler Raymond : Le grand sommeil
  15. Fel Jeremy : Les loups à leur porte
  16. Glendon Swarthout : Le tireur

 

  1. Carnival : Série
  2. Il était une fois dans l’Ouest : Film
  3. Le bon, la brute et le truand : Film
  4. Certains l’aiment chaud : Film

 

Alors, quoi de neuf en Août ?? Ben, on peut dire que j'ai déjà fait mieux... 7 romans, c'est décevant pour moi.  Mais les lectures furent bonnes, alors, on va pas se lamenter !

 

Il va sans dire que l'on ne lit pas "De sang-froid" de Truman Capote (ICI) comme on lirait un roman ordinaire puisque ceci n'est pas une fiction, mais tiré d'un fait divers bien réel qui a eu lieu en novembre 1959, à Holcomb, Kansas. Un roman qui m'a glacé d'effroi devant tant de sang-froid (ou sang-chaud) pour un quadruple crime qui aurait pu ne jamais avoir lieu.


J'attendais beaucoup de "Et ils oublieront la colère" d'Elsa Marpeau (ICI) et au final, je suis mitigée. J'ai aimé certains passages, j'ai frissonné, j'ai eu mal au coeur, mais certaines incohérences de scénario m'ont fait tiquer, foutant tout le bon travail en l'air, presque. Pourtant, le postulat de départ avait tout d'un grand.

 

Toujours dans le roman pas marrant, j'ai choisi "Aux animaux la guerre" de Nicolas Mathieu (ICI)  pour continuer dans la sombriture si bien commencée. Voilà un magnifique roman noir servi par une plume efficace et des personnages bien travaillés. Malgré la noirceur du sujet, il y a des petites traces d'humanité et d'espérance dans ce roman.

 

Allez, un peu d'humour avec notre introduction pour "Code 93" d'Olivier Norek que je lisais avec Stelphique pour notre LC mensuelle (ICI) que vous attendez tous avec impatience. Dans ce roman, c'est le réalisme qui te pète à la gueule. T'es dans la cité, mec, alors fais profil bas et perds pas de vue qu'ici, tu n'es pas le bienvenu. On sent que l'auteur a mis ses tripes et ses connaissances dans ce roman. Nous avons adoré !


Un roman qui prenait la poussière, alors qu'il avait l'étiquette indiquant qu'il ne pouvait pas trop trainer... "Replay" de Ken Grimwood est sorti plus vite grâce à une LC proposée par Yvan (ICI) à plusieurs lecteurs. Magnifique !! C'est uécit de SF, mais on ne le ressent pas ainsi. Des personnages attachants, un récit qui se renouvelle sans cesse, des retrouvailles émouvantes, des séparations éprouvantes, un voyage dans le temps et dans l'Amérique des Sixties… un beau voyage.

 

Depuis le temps que je voulais le lire, c'est chose faite et je ne fus pas déçue par "Le dernier arbre" de Tim Gautreaux (ICI). Un grand roman coup de cœur qui ne vous laissera pas indifférent, un roman sur l'impitoyable capitalisme des années 20 dans une Amérique qui se gave de progrès technique au point de ne pas réfléchir et de détruire tout le capital "arbres".

 

Là, j'ai eu aussi un gros coup au cœur au point de terminer la lecture en larmes. "Nous rêvions juste de liberté" de Henri Loevenbruck (ICI) est tout simplement à lire, à découvrir, un truc de fou, un roman magnifique, une balle en plein dans ton âme... De l'amitié, de la vitesse, de la folie, un zeste d'iscariotisme (moi aussi j'invente de mots) et ça donne un cocktail détonnant, une furie.

 

Commencé sur le fil du rasoir du mois d'Août et terminé pour début septembre, "Cible mouvante" de John Ross MacDonald (ICI) en version retraduite dans son intégralité de texte fut une belle découverte. Lew Archer, le privé qui hante ces pages est tout simplement génial. L'enquête part un peu dans tous les sens et après quelques moments plus longs, pour planter le décor, le reste filera tout seul pour donner un final en feu d'artifice qui m'a emporté au-delà d'un Colonel Moutarde dans la véranda avec la clef anglaise.

 

Bilan Livresque Août 2015 : 7 romans

  1. De sang-froid : Truman Capote

  2. Et ils oublieront la colère : Elsa Marpeau

  3. Aux animaux la guerre : Nicolas Mathieu

  4. Code 93 : Olivier Norek [LC avec Stelphique]

  5. Replay : Ken Grimwood [LC proposée par Yvan]

  6. Le dernier arbre : Tim Gautreaux

  7. Nous rêvions juste de liberté : Henri Loevenbruck

  8. Cible mouvante : John Ross MacDonald

 

Juin avait été gargantuesque, Juillet est revenu à la normale avec 11 romans lus (dont un pavé de 700 pages qui fut long et dur), 1 manga, 1 comics (relecture) et 9 bédés lues (dont 2 relues).

 

Le mois a commencé par un roman dont vous ne lirez jamais la chronique puisque je l'ai lâché à la page 80, n'avançant plus et ayant l'esprit qui s'échappait. Il s'agissait de Mourir la belle affaire d'Alfredo Noriega.

 

Impossible de rentrer dans l'histoire, le style décousu m'a rendue folle et après avoir lu la fin (my god, l'horreur absoule), j'ai laissé tomber le roman. Ça m'ennuie fortement parce que j'avais rencontré l'auteur à la Foire du Livre de Bruxelles et c'était un homme qui parlait bien. Je ne lui ferai pas l'insulte de dézinguer son roman que j'ai à peine lu.

 

C'est le coeur en berne que j'ai quitté l'Amérique du Sud (Équateur) pour mettre le cap (warf) sur l'Afrique et le Mali pour me sniffer quelques rails de coke avec Black Cocaïne de Laurent Guillaume (ICI). Le portrait du Mali est cash, brut de décoffrage, violent.


L'histoire ne perdra pas de temps en salamalecs inutiles, on rentre direct et on en sortira groggy, secoué, éprouvé après cette putain de bonne lecture !

 

Puisque j'étais sur le continent Africain, je me suis dit qu'il fallait en profiter pour lire Dust, de Sonja Delzongle (ICI). Hop, direction le Kenya pour savoir ce qu'il en est de ces étranges croix de sang tracées au sol. Le scénario est pas mal, mais l'héroïne est à chier, trop parfaite, trop intelligente.

 

Avec un sujet aussi important au menu, dans un décor rempli de misère, c’est malheureux d’avoir fait un roman aussi foireux. De bons ingrédients, un chaudron qui ne demande qu’à bouillir... Tout ça pour arriver à un résultat tel que ce que je viens de lire, c’est donner des perles aux cochons ! Et j’en suis la première peinée que le beau côtoie le médiocre.

 

Allez, cap sur l'Afrique du Sud (mwarf, cap sur Le Cap) pour La Tuerie d'Octobre de Wessel Ebersohn (ICI), un roman noir dont l'auteur fut souvent interdit de publiction dans son pays (Coin Perdu Pour Mourir fut longtemps interdit en Afrique du Sud).

 

L'enquête est bien menée, les personnages, à la psychologie fouillée, m'ont entrainé dans une Afrique du Sud qui a mal et l'auteur m'a subjugué avec sa plume simple, mais efficace, perfide aussi, et qui a fait mouche sans sombrer dans le grandiloquent ou le n'importe nawak. Un roman noir "coup de poing" et un final "coup de pied dans le cul".

À croire que mon Mois Anglais m'a perturbée au point de débuter juillet par un Mois Africain ! J'étais en Afrique du Sud, j'y suis restée pour Les Soldats de l’aube de Deon Meyer (ICI). Ce roman qui avait tout des airs d'un Derrick pépère se révèle plus profond que ce que j'avais pensé au début. Le suspense est présent, savamment dosé et le mystère ne sera dévoilé qu'à la fin des 7 jours d'enquêtes (on est en juillet 2002).

 

Les personnages sont au poil, avec un Zet qui a les manières d'un Rick Hunter – la précision de tir en moins – la sagacité d'un Sherlock et le caractère d'un ours mal léché qui aurait gagné Master Chef, vu la manière dont il nous mitonne des bons petits plats. Un régal !

 

Retour à Londres avec le manga Black Butler – Tome 19 de Yana Toboso (ICI). L'enquête sur les loups-garous de la forêt maudite continue et Ciel et sebastian ne ménagent pas leur efforts, au point d'être touché par ce mal étrange eux aussi.

 

Festival bédé et holmésien ave Sherlock Holmes Society – Tome 1 – L’Affaire Keelodge de Sylvain Cordurié & Stéphane Bervas (ICI), incursion dans le monde des Nains – Tome 1 – Redwin de la forge de Nicolas Jarry & Pierre-Denis Goux (ICI) et retour à Londres ave Les Quatre de Baker Street – Tome 6 – L’Homme du Yard de Djian & Legrand (ICI). J'ai passé un super moment de lecture en passant de trois bédés différentes l'une de l'autre.

 

Voilà un roman qui n'a pas trainé sur les étagères !  Le carnaval des hyènes de Michaël Mention (ICI) est passé de suite à la casserole ! La plume est incisive, trempée dans l'encre du réalisme, dépouillée de tout artifices dont la télé nous a habituée.

 

Pied intégral en dévorant l'histoire et en me gavant de l'écriture de Michaël. Un grand moment de lecture et un pied magistral avec 220 pages.


Victorian Undead – Sherlock Holmes Vs zombies de Ian Edginton & Davidé Fabbri (ICI) est une relecture, mais je me régale à chaque fois de Sherlock Holmes mis face à des créatures qui ne sont plus vivantes. Le tout très joliment mis en dessins !


Van Helsing contre Jack l’Éventreur – Tome 1 – Tu as vu le Diable de Lamontagne & Radovic (ICI) est une relecture puisque j'avais acquis le tome 2. Il est toujours aussi super, décors au top, dialogues au poil, reconstitutions géniales.


Van Helsing contre Jack l’Éventreur – Tome 2 – La Belle de Crécy de Lamontagne & Reinhold (ICI) confirme tout le bien que j'avais déjà pensé du tome 1. Suspense, embrouilles, fausses-pistes... du pur bonheur !


Qui dit acquisition des tomes 11 et 12 dit relecture des 9 et 10 qui constituent le début de la nouvelle saga d'Arleston et Floch : Les naufragés d'Ythaq - Tome 9 - L'impossible vérité fut relu avec le Tome 10 - Nehorf capitol avant que je puisse me lancer dans les Tomes 11 - L'Haleine de l'Ogre et 12 - Les Clés du néant ! De l'humour, de la science-fiction, des personages attachants, qu'on aime, ou qu'on déteste, de l'action et des manoeuvres politiques. J'adore.


J'avais jamais osé ouvrir Simetierre de Stephen King et c'est grâce à une LC avec Stelphique (ICI) que j'ai osé le lire. Une lecture qui restera gravée dans mon âme, une lecture qui explore notre refus de voir disparaître ceux auxquels on tient le plus; que ce soit nos proches ou tout simplement nos compagnons à quatre pattes de notre enfance.

 

Encore un putain d'excellent bouquin du King du Maine !! (à ne pas confondre avec celui de Memphis).

 

Celui là, je l'ai cherché longtemps, tellement j'avais envie de le lire. Une fois acheté, il n'a pas trainé mais je suis un peu mitigée de ma lecture de Or Noir de Dominique Manotti (ICI). Le début fut laborieux et ce n'est que ensuite que j'ai trouvé ma vitesse de croisière. Eu raison de m'accrocher, mais ce ne fut pas facile.


La blogo en disait le plus grand bien (surtout certains potes) et ils avaient raison parce que La Fille du train de Paula Hawkins (ICI) avait tout pour me plaire. Un roman plus psychologique et profond que de la course-poursuite, une héroïne que j'aurais bien bastonnée, mais qui se révélera sur la fin. Fallit le temps qu'elle désoaule !


Coup de coeur avec Papillon de nuit de R.J. Ellory (ICI) qui explore, aux travers les souvenirs de Daniel Ford, sa vie en Caroline du Sud avec son ami Noir, Nathan Vernet, alors que la déségrégation raciale venait à peine de commencer. Un roman noir mais aussi Blanc, un roman sombre mais éclairé, un roman carcéral mais libérateur, un roman fort mais doux, des émotions à m'en nouer les cou... les tripes et le coeur !

 

Laborieuse fut mon début de lecture avec Le pavillon des cancéreux d'Alexandre Soljenitsyne (ICI). L’échantillonnage est varié, on a des personnages issus de tous les milieux et se faisant soigner dans cet hôpital pour le cancer, à l'heure où la déstalinisation a commencée.

 


Bilan Livresque Juillet : 11 Romans, 1 Manga, 1 Comics et 9 Bédés = 22

  1. Mourir, la belle affaire : Alfredo Noriega
  2. Black Cocaïne : Laurent Guillaume
  3. Dust : Sonja Delzongle
  4. La Tuerie d’Octobre : Wessel Ebersohn
  5. Les Soldats de l’aube : Deon Meyer
  6. Black Butler – Tome 19 : Yana Toboso
  7. Sherlock Holmes Society – Tome 1 – L’Affaire Keelodge : Sylvain Cordurié & Stéphane Bervas
  8. Nains – Tome 1 – Redwin de la forge : Nicolas Jarry & Pierre-Denis Goux
  9. Les Quatre de Baker Street – Tome 6 – L’Homme du Yard : Djian & Legrand
  10. Le carnaval des hyènes : Michaël Mention
  11. Victorian Undead – Sherlock Holmes Vs zombies : Ian Edginton & Davidé Fabbri
  12. Van Helsing contre Jack l’Éventreur – Tome 1 – Tu as vu le Diable : Lamontagne & Radovic
  13. Van Helsing contre Jack l’Éventreur – Tome 2 – La Belle de Crécy : Lamontagne & Reinhold
  14. Les naufragés d'Ythaq - Tome 9 - L'impossible vérité : Arleston & Floch
  15. Les naufragés d'Ythaq - Tome 10 - Nehorf capitol : Arleston & Floch
  16. Les naufragés d'Ythaq - Tome 11 - L'Haleine de l'Ogre : Arleston & Floch
  17. Les naufragés d'Ythaq - Tome 12 - Les Clés du néant : Arleston & Floch
  18. Simetierre : Stephen King [LC avec Stelphique]
  19. Or Noir : Dominique Manotti
  20. La Fille du train : Paula Hawkins
  21. Papillon de nuit : R.J. Ellory
  22. Le pavillon des cancéreux : Alexandre Soljenitsyne

 

 

Et alors, quoi de neuf en juin ?? Le Mois Anglais, of course ! Mois intense qui m’a permis de sortir quelques romans de ma PAL.

 

Pas moins de 15 romans lus durant ce mois, ce qui fait que je pulvérise mon score de cette année (difficile de faire mieux), mais pas encore un ancien record qui avait été de 16 ouvrages.

 

En tout, en comptait les mangas et les ouvrages, j’ai 23 lectures.

 

Bryanston Mews de Anne Perry (ICI) portait sur le mois de mai, mais posté pour juin et le début du mois anglais. Ayant été comptabilisé dans le Bilan Livresque de Mai, il ne compte pas pour celui de Juin (mais entre dans le Bilan du Mois Anglais… vous suivez ??).

 

Un petit manga pour débuter le mois Anglais et la suite du match de criquet ainsi que de l’enquête de Ciel et de Sebastian : Black Butler – Tome 17 de Yana Toboso (ICI).  Toujours une plaisir de les retrouver. La conclusion de leur affaire ainsi que le début de la suivante sera pour Black Butler – Tome 18 de Yana Toboso (ICI).

 

Mon autre vice étant Jack The Ripper, il était normal que je le sorte de ses ruelles sombres afin de le faire participer au Mois Anglais ! C’est chose faire avec ce roman américain qui nous raconte le plus anglais des serial-killer dans  La nuit de l’Éventreur de Robert Bloch (ICI).

 

Du demi-teinte avec le pourtant très attendu Am Stram Gram de M. J. Arlidge (ICI). Un coupable qu’on sort d’un chapeau, moi, je suis contre !

 

Enquêtes de Sherlock Holmes de Komusubi Haruka (ICI) est un autre manga qui se laisse découvrir… Ses points faibles étant certains dessins de profil et le fait que, malgré son titre « Les classiques en manga », l’histoire s’éloigne assez fort du récit canonique !

 

Sherlock Holmes – Volume 1 de Ishinamari et Ishikawa (ICI) est aussi un manga, mais un gros volume et j’ai plus apprécié les dessins et le récit que dans le précédent. Les auteurs s’éloignent moins des récits de Conan Doyle et ce fut un plaisir de le lire.

 

Petite plongée encore plus loin dans le temps puisque nous allons en 1780, enquêter avec un médecin légiste. Meurtre à Oxford de Tessa Harris (ICI) fut une belle surprise.

 

Les tragédies du ghetto de Zangwill (ICI) ne m’ont pas emballées du tout… Impression que le 4ème de couverture était erroné ou qu’il concernait une autre édition.

 

Les énigmes de Sherlock Holmes par le Dr John Watson (ICI) furent une cruelle déception aussi. Le design de l’ouvrage est superbe, les illustrations aussi, mais les énigmes ont plus de la science que des énigmes policières.

 

Un autre ouvrage sur mon vice premier, ouvrage que j’avais déjà lu il y a quelques années mais sans prendre la peine d’en faire une fiche. C’est chose faite pour Sherlock Holmes – De Baker Street au grand écran de Natacha Levet (ICI) qui est un livre pour tout les holmésiens ou tout ceux qui voudraient en savoir plus sur le locataire du 221b.

 

Yvan dira que je suis monomaniaque, mais dans un Mois Anglais sans les ruelles sordides de  Whitechapel en 1888, c’est pas un mois Anglais ! Le roman de Sarah Pinborough (ICI) ne s’attarde que très peu sur Jack mais met sous les projecteurs un autre tueur qui a sévit en même temps que l’autre : le tueur au torse.

 

Une belle découverte faite avec ce personnage majeur, mais non présent physiquement qu’est Rebecca. Daphné du Maurier (ICI) a réussi le pari de nous faire aimer un personnage sans nom et de nous donner envie de nous promener dans le parc de Manderley…

 

Puisque j’avais bien aimé Daphné du Maurier et le film d’Hitchcock, autant se faire plaisir en découvrant Les oiseaux en version papier (ICI). Plus huis-clos que le film, plus court aussi et une fin qui laisse tout ouvert.

 

Pour une fois qu’un dico sur Holmes ne me déçoit pas, ça mérite d’être souligné ! Le dico Sherlock Holmes de Baudou / Gayot (ICI) convient plus aux holmésiens mais ne déplairait pas aux non-initiés qui voudraient en savoir un peu plus.

 

Depuis le temps que je me disais que je devais lire le premier tome que Michaël Mention à consacré au tueur du Yorkshire ! Après avoir lu la suite, il me tardait de commencer par le début, Sale temps pour le pays (ICI), et je ne regrette qu’une chose, c’est d’avoir autant trainé.

 

Grosse déception pour Sherlock Holmes – Détective consultant de Bastardi-Daumont (ICI) qui n’a pas répondu à mes attentes au vu de ses fautes multiples. Pourtant, c’est un bien bel ouvrage, mais je le déconseille à ceux qui voudraient apprendre des choses sur Holmes, il retiendrait des dates erronées ou des noms mal orthographiés.

 

La LC du mois avec Stelphique fut vite trouvée : nous possédions toutes deux le roman qui sentait le souffre Jack l’Éventreur, affaire classée de Patricia Cornwell (ICI). En vue d’un démontage en règle, nous l’avons lu, nous nous sommes accrochées toutes les deux et tant bien que mal, nous sommes arrivées au bout du roman et ensuite… On l’a cassé !!!

 

Quelque chose de pourri au royaume d’Angleterre de Robin Cook (ICI) ne pas du tout emballé. Cette dystopie a un départ fort lent, des personnages auxquels on ne s’attache pas du tout, bref, moi qui aime cet auteur, sur ce roman là, on ne sera pas copains.

 

La dernière victime de Emmanuel Ménard (ICI) était dans mon tas à lire pour le mois, mais je ne savais si je le sélectionnerais ou pas. J’avais envie d’un truc court et comme je n’avais pas encore ma dose de Jack The Ripper, j’ai ouvert ce court roman qui m’a bien régalé !

 

1974 de Davis Peace (ICI) fut aussi une déception ! Le premier tome du Red Riding Quartet ne m’a pas plu : phrases trop courtes, langage simpliste, personnage principal à flinguer.

 

Le film devrait sortir bientôt, mais j’ai eu envie de découvrir le livre avant : Les abeilles de Monsieur Holmes de Mitch Cullin (ICI) s’attaque à truc assez fort et un peu tabou chez bon nombre d’holmésiens : la vieillesse de Holmes. Pas celle de 60-70 ans, mais celle de plus de 90 ans, avec des trous de mémoires…

 

Lundi mélancolie de Nicci French (ICI) trainait lui aussi sur mes étagères et le Mois Anglais tombait on ne peut mieux ! Ce n’était pas une découverte, ayant déjà lu ce duo d’auteurs, mais je découvrais cette nouvelle série avec Frieda et j’ai bien aimé.

 

On met les bouchées doubles et sur le fil, j’ai réussi à lire L’inconnue de Blackheath (ICI) de Anne Perry, son avant-dernier, celui des LC avec la troupe à Bianca. Plus policier que politique, néanmoins, j’ai apprécié, surtout la grande nouvelle que l’auteur nous a réservée.

 

Bilan Livresque Juin 2015 : 23 ouvrages lus - 4 mangas, 15 romans et 4 ouvrages dédiés à mon vice (Sherlock Holmes, pour ceux qui débarqueraient).

 

  1. Black Butler – Tome 17 : Yana Toboso
  2. Bryanston Mews : Anne Perry (débuté le 29 mai – Ne compte pas)
  3. La nuit de l’Éventreur : Robert Bloch
  4. Black Butler – Tome 18 : Yana Toboso
  5. Am Stram Gram : M. J. Arlidge
  6. Enquêtes de Sherlock Holmes : Komusubi Haruka
  7. Sherlock Holmes Volume 1 : Ishinamari / Ishikawa
  8. Meurtre à Oxford : Tessa Harris
  9. Les tragédies du ghetto : Zangwill
  10. Les énigmes de Sherlock Holmes : Dr John Watson
  11. Sherlock Holmes – De Baker Street au grand écran : Natacha Levet
  12. Whitechapel : Sarah Pinborough
  13. Rebecca : Daphné du Maurier
  14. Les oiseaux : Daphné du Maurier
  15. Le dico Sherlock Holmes : Baudou / Gayot
  16. Sale temps pour le pays : Michaël Mention
  17. Sherlock Holmes – Détective consultant : Bastardi-Daumont
  18. Jack l’Éventreur, affaire classée : Patricia Cornwell
  19. Quelque chose de pourri au royaume d’Angleterre : Cook (II)
  20. La dernière victime : Emmanuel Ménard
  21. 1974 : Davis Peace
  22. Les abeilles de Monsieur Holmes : Mitch Cullin
  23. Lundi mélancolie : Nicci French
  24. L’Inconnue de Blackheath : Anne Perry

 

C'est avec beaucoup de retard que je livre mon Bilan Livresque du mois de Mai...

 

Beaucoup de travail au boulot et un mois anglais qui commençait le 1e juin et qui ne pouvait souffrir d'aucun retard !

 

Ce qui ne me fait que 6 livres à mon actif. En raison du peu de temps que je possède, je ferais court pour une fois.

 

"Une putain d’histoire" (ICI) de Bernard Minier m'a troué la cul. Moi qui pensais à une histoire bêbête, j'ai été happée dans l'histoire. Seul bémol pour le groupe de jeunes, je ne me suis pas retrouvée dans eux, comme avec ceux de "ÇA".

 

"Toutes les vagues de l’océan" (ICI) de Víctor Del Árbol participait au Mois Espagnol de Sharon. Une sacré pièce à lire, un livre épais et une histoire aussi, avec beaucoup d'émotions à la clé.

 

Mitigée pour "Le Monde caché d’Axton House" (ICI) d'Edgar Cantero qui participait aussi au challenge Mois Espagnol. Un livre qui sort des sentiers battus, en effet, mais j'ai eu parfois du mal... malgré tout, pas de regrets d'avoir découvert cet OLNI !

 

Ma LC avec Stelphique portait sur "La voie des âmes" (ICI) de Laurent Scalese que nous voulions découvrir toutes les deux et le bilan est positif, on a bien aimé, sauf que je mets un bémol pour certaines choses : les Méchants trop méchants et les Gentils trop gentils, sans nuance aucune.

 

Dans les remerciements de cet ouvrage, l'auteur remercie un certain Cannibal Lecteur... Moi ! Purée, quel honneur ! Son premier roman lu avait été un coup de coeur et j'appréhendais un peu celui-ci. Pourtant, "Comme une ombre dans la ville" (ICI) de Nicolas Zeimet, bien qu'à l'opposé du premier, m'a emporté dans les rues de San-Francisco et m'a troué le cul !

 

L'autre LC avec le groupe de Bianca porte sur le couple Thomas Pitt/Charlotte et le 28ème tome est un peu en-deça des autres, je trouve. "Bryanston Mews" (ICI) de Anne Perry comporte pourtant une enquête mais je l'ai trouvée lente et ils avancent à pas d'escargot. Bien, mais pas une de mes préférées, pourtant, le contexte politique d'une prochaine guerre des Boers aurait pu m'enchanter, mais on en parle trop peu.

 

Bilan Livresque du Mois de Mai : 6 livres

  1. Une putain d’histoire : Bernard Minier
  2. Toutes les vagues de l’océan : Víctor Del Árbol
  3. Le Monde caché d’Axton House : Edgar Cantero
  4. La voie des âmes : Laurent Scalese [LC avec Stelphique]
  5. Comme une ombre dans la ville : Nicolas Zeimet
  6. Bryanston Mews : Anne Perry

 


— Alors ce mois d'Avril où l'on ne peut se découvrir d'un fil ? Comment était-il au niveau de la qualité de lecture ? 

— Excellent !

— Et au niveau de la quantité de livres sortis de la PAL ?

— Bof, pas super, seulement 8 livres de sorti de ma PAL... Mais pour ma défense, j'ai lu une brique de plus de 1400 pages !

— Oui, mais tu avais lu deux romans en deux jours !

— Ils étaient tout fins... Et sur les 8 lus, un seul ne m'a pas plu.

 
J'ai débuté ce mois avec l'excellent "À la mesure de nos silences" (ICI) de Sophie Loubière. Cette escapade entre un grand-père vieillissant qui enlève son petit-fils afin de lui raconter son histoire possédait une profondeur insoupçonnée.

 
Le premier tome m'avait enchanté, le deuxième a fait mieux : emportée ! Un vrai coup de cœur que fut la lecture de "Un fond de vérité" (ICI) de  Zygmunt Miloszewski. Le procureur Teodore Szacki, a quitté la capitale pour se retrouver muté dans la petite ville de Sandomierz. J'ai eu un peu peur, mais l'auteur passe de nouveau la Pologne aux rayons X. 

 

"Leçons d’un tueur" de Saul Black (ICI) est un thriller de bonne facture, avec tous les ingrédients, mais il ne révolutionne pas le genre. Sympa, mais ne fait pas peur du tout.

 

J'avais vu le film il y a très longtemps et je peux vous dire que le roman est 1000 fois mieux ! "Josey Wales hors-la-loi" de Forrest Carter (ICI) est un roman sur l'amitié et non pas sur une vengeance, comme le film.

 

La Série Noire m'avait habituée à mieux et j'ai été déçue par ma lecture de "Du Sang Sur la Glace" de Jo Nesbø (qui m'a habitué à mieux aussi). Le style d'écriture est plat et j'ai baillé d'ennui ! (ICI)

 

Le rendez-vous avec ma binôme Stelphique portait sur un grand nom de la littérature américaine : Stephen King.

 

Jamais je n'avais osé lire "ÇA" et jamais je n'aurais osé sans cette LC qui fut, une fois de plus, une réussite totale. Un putain de roman qui ne se concentre pas uniquement sur un monstre ou sur l'horreur, mais qui est un formidable roman sur l'amitié et la jeunesse. Tomes 1 et 2 (ICI).

 

Une autre LC, mais cette fois-ci avec le groupe chez Bianca et de nouveau un lecture qui m'a emporté bien loin de ma ville et de mon époque. Comme pour "Long Spoon Lane" qui avait des relents contemporains, "Dorchester terrace" de Anne Perry (ICI) avait un fond de future Première Guerre Mondiale puisque l'on parle de l'empire d'Autriche-Hongrie et de l'empereur François-Ferdinand, celui qui se fera assassiner à Sarajevo.

 

 

Bilan Livresque du Mois d'Avril : 8 livres

  1. À la mesure de nos silences : Sophie Loubière
  2. Un fond de vérité : Zygmunt Miloszewski
  3. Leçons d’un tueur : Saul Black
  4. Josey Wales hors-la-loi : Forrest Carter
  5. Du Sang Sur la Glace : Jo Nesbø
  6. ÇA – Tome 1  : Stephen King
  7. ÇA – Tome 2 : Stephen King
  8. Dorchester terrace : Anne Perry

C'est avec un peu de retard que je publie mon Bilan Livresque du mois de Mars !

 

Un coup de barre ? En Mars, ça repart !

 

Pas moins de 9 livres lus. Ce qui est tout de même 3 de plus qu'en février, mais juste 2 de plus par rapport à janvier.

 

Ok, je laisse tomber les statistiques qui ne veulent rien dire et que je n'ai même pas trafiquées, en plus.

 

Le premier tome m'avait été offert pour mon anniversaire, en 2013, et je m'étais régalée avec les aventures de ce commissaire au nom imprononçable : Yeruldelgger. Pour ma Saint-Valentin, je me suis fait offrir la suite "Les Temps Sauvages" de ce diable de Ian Manook (ICI).

 

Attention, croire que ce roman est uniquement un roman policier serait une grossière erreur et une insulte. Il est bien plus que ça. Il y a aussi une dimension humaine, des faits de société et la découverte d'un pays mal connu. Un coup de cœur, une fois de plus.

 

C'est chez Consulting Blogger que j'avais entendu parler de ce pastiche qui n'en est pas vraiment un puisque, "Une étude en écarlate" de Jean d' Aillon (ICI) se déroule à Paris en 1420 ! Edward Holmes et Gower Watson sont, en tout cas, copié sur les originaux de Conan Doyle. Mais au fait, qui a copié qui ?

 

Une aventure bien sympathique mais déconseillé pour les allergiques à l'Histoire avec un grand H.

 

Ma Lecture Commune avec Stelphique, ma binôme, portait sur le roman de Paul Cleave "Un père idéal" et ce fut une réussite, cette fois-ci (ICI) ! Non pas que nous sommes des manches, mais bon, la dernière fois, le roman n'était pas à la hauteur de nos espérances.

 

Paul Cleave sait sortir des sentiers battus et je peux vous assurer que non, ceci n’est pas une Xième histoire de céréales-quiller. C’est bien mieux que ça. Ce roman, c’est de l’émotion à l’état brut.

 

Une météorite va mettre K.O la terre en octobre... En attendant, pour l'inspecteur Palace, ce suicide dans les chiottes du MacDo local ressemble plus à un meurtre. "Dernier meurtre avant la fin du monde" de Ben H. Winters (ICI) raconte son enquête.

 

Le récit est teinté de mélancolie et quelques grains de folie venant de la part de certains personnages (dont les collègues de Palace). Mais jamais l'auteur ne pousse le bouchon trop loin, tout est amené par petites touches. Très bien, mais il manquait une touche de sel en plus.

 

On m'avait dit que ça ressemblait aux X-Men mais sans être tout à fait ça, malgré tout, le sentiment final qui me restera, c'est que "Les brillants" (ICI) de Marcus Sakey (1er tome d'une trilogie) a quand même beaucoup des X-Men.

 

Au final, cette dystopie qui m'avait semblé banale au départ, donnant l’impression que l'auteur faisait du neuf avec du vieux avait tout de même de la profondeur dans ses pages. Divertissant.

 

Puisque nous sommes dans le divertissement, voilà une aventure qui ne cassera pas trois pattes à un canard, mais qui aura eu le mérite de me faire sourire et d'apporter une touche de fraicheur : "Le Club Vesuvius - Une aventure de Lucifer Box - Tome 1" de Mark Gatiss (ICI). Une sorte de James Bond sous Edward 007, en quelque sorte.

 

Pour la Lecture Commune du mois, c'était "Lisson Grove" de Anne Perry (ICI) qui s'y collait cette fois-ci. Allez, direction l'Irlande pour un bon petit complot politique de derrière les fagots, avec notre Charlotte mise à l'honneur, ça faisait longtemps !

 

Je n'aimerai jamais la Special Branch, mais j'ai apprécié de roman pour le dépaysement qu'il m'a procuré – pas de huis-clos comme dans le précédent – et le côté politique entre l'Angleterre et l'Irlande.

 

Le gros coup de cœur du mois sera aussi pour "Montana 1948" de Larry Watson (ICI) qui m'a entrainé dans un récit sur la perte des illusions d'un enfant. On se fait le voyeur en suivant le récit de David, gamin de 12 ans.

 

Si vous voulez lire un roman qui vous parlera des affres causées par un cas de conscience, si vous aimez nager dans les eaux troubles d'un dilemme qui porte sur le choix cornélien entre la fidélité à la famille et le devoir, alors, vous êtes à la bonne adresse.

 

Décidément, la fin du mois a été productive ! Non contente d'avoir lu 3 livres en 4 jours, j'ai encore eu un plaisir livresque avec "Six fourmis blanches" de Sandrine Collette (ICI) qui m'a entrainé dans les montagnes d'Albanie pour une randonnée des plus éprouvantes.

 

L'auteur y joue avec nos peurs, celle qui peut nous rendre fou si on se retrouvait paumé en montagne, durant une tempête de neige. Sans oublier la peur de mourir de faim, de froid, peur de ce qui peut se cacher dans l'ombre, peur d'être le suivant à y passer.

 

Bilan Livresque de Mars : 9 livres

  1. Les Temps Sauvages : Ian Manook
  2. Une étude en écarlate : Jean d' Aillon
  3. Un père idéal : Paul Cleave ♥♥
  4. Dernier meurtre avant la fin du monde : Ben H. Winters
  5. Les brillants - Tome 1 : Marcus Sakey
  6. Le Club Vesuvius - Une aventure de Lucifer Box - T1 : Mark Gatiss
  7. Lisson Grove : Anne Perry
  8. Montana 1948 : Larry Watson
  9. Six fourmis blanches : Sandrine Collette

Le Bilan Livresque de Février fut-il meilleur que celui de Janvier ? Non !

 

Que du contraire, je n'ai que 6 livres à mon actif, dont un est entamé mais pas terminé.

 

Une fois n'est pas coutume mais je n'ai pas laissé trainer le dernier opus du King, "Mr Mercedes" (ICI). Stephen King qui écrit un polar, ça donne quoi ? Un bon moment de lecture, une agréable enquête, du suspense, un psychopathe réussi mais pas une once de fantastique ou de magie.

 

Acheté à la FLB en février 2014, je l'ai lu 1 an plus tard, grosse PAL oblige. "Mélanges de sangs" de Roger Smith (ICI) est un roman sombre et un ouvrage qui ne vous donne pas envie de passer vos prochaines vacances en Afrique du Sud. 

 

Depuis le temps que ce gros volume prenait la poussière sur mes étagères qu'il me fallait un petit coup de pouce pour l'ouvrir et le lire. La trilogie des "Voies de l'ombre" de Jérôme Camut et Nathalie Hug posséde tout de même presque 1200 pages, alors, Stelphique et moi avons décidé de le lire en Lecture Commune et de donner nos impressions au fur et à mesure de la lecture.

 

Le premier tome des "Voies de l'ombre" est "Prédation" (ICI) de Jérôme Camut et Nathalie Hug était une lecture plaisante, possédant du suspense et de l'adrénaline. Son point le plus faible étant son psychopathe, Kurtz, qui, selon moi, est loin d'être réussi ou d'arriver à la cheville de certains des plus connus dans la littérature.

 

Le deuxième tome est "Stigmate" (ICI) et sa lecture fut encore pire que ce que je pouvais imaginer. Kurtz est toujours aussi mal fait et la suite m'a laissé dans un ennui profond.

 

Allait-on relever le niveau avec le tome 3, "Instinct" (ICI) ?? Que nenni ! Hormis sur la fin, qui fut palpitante et agréable à lire, tout le reste est à oublier. Ce qui m'a ennuyé fortement parce que je m'attendais à bien mieux que cela.

 

La lecture commune mensuelle avec Bianca concernait cette fois-ci "Buckingham Palace Gardens" (Lecture en cours) et Anne Perry ne m'a pas déçu avec son meurtre dans le palais de Buckingham. Une sorte de huis-clos où les potentiels coupables sont peu nombreux mais où le mobile est obscur. Ben oui, pourquoi trucider la pute qui vous a diverti ?

 

Bilan Livresque Février : 6 livres

  1. Mr Mercedes : Stephen King [NUM]
  2. Mélanges de sangs : Roger Smith
  3. Les voies de l'ombre - Tome 1 - Prédation : Camut et Hug
  4. Les Voies de l'ombre - Tome 2 - Stigmate : Camut et Hug
  5. Les Voies de l'ombre - Tome 3 - Instinct : Camut et Hug
  6. Buckingham Palace Gardens : Anne Perry

 

 

 

 

 

Bon, quoi de neuf pour ce premier Bilan Livresque de l'année ??

 

Peu mieux faire je dirais.

 

7 romans, 2 bédés et 1 roman en bédé.

 

J'ai commencé le mois avec un polar noir de George P. Pelecanos "Un Nommé Peter Karras" (ICI). ‭ Un grand roman noir qui prend son temps pour planter le décor, ressemblant plus, au départ, à un roman "Historique" sur les conditions de vie des immigrés qu'à un polar et dont la construction nous donne même un petit puzzle chronologique de la vie de Peter Karras.

 

Le précédent opus m'avait déjà bien plu et diverti, j'ai donc sauté sur le second qui a fait de même ! Cette fois-ci, c'est "Quatre enquêtes de Sherlock Holmes – La BD dont vous êtes le héros" que nous propose l'auteur, Ced (ICI). Le précédent était drôle, celui-ci est plus sérieux, mais les enquêtes ne sont pas pour autant simpliste. Bref, je me suis bien amusée une fois de plus.

 

La couverture de cette bédé m'avait attirée, mais j'ai terminé ma lecture fort mitigée avec ce "Dr Watson – Le Grand Hiatus" de Stéphane Betbeder et de Darko Perovic (ICI). Niveau enquête, c'est correct, mais c'est le comportement de Watson qui me gêne, ainsi que le petit côté fantastique.

 

Là, j'en suis sortie encore plus mitigée ! "Sherlock Holmes – Les Chroniques de Moriarty T1 – Renaissance" de Cordurié et Fattori (ICI) m'a laissé un goût aigre dans la bouche. Le scénario est brillant, j'adore l'histoire mais elle serait mieux passée auprès de moi avec d'autres personnages que ceux du canon holmésien. Un quidam quelconque ou un Van Helsing auraient mieux convenu à ce genre de récit fantastique.

 

Voilà un auteur qui me fait toujours autant d'effet et qui ne m'a pas encore déçu jusqu'à présent. Gare à lui s'il le fait un jour... "L’effet papillon" de Jussi Adler-Olsen est jouissif, tout simplement (ICI). Un récit qui prend son temps mais qui ne vous endormira pas. Et quelle profondeur...

 

Les coups de coeur s'enchaine en ce mois de janvier... J'avais depuis longtemps abandonné les romans de Maxime Chattam qui ne répondaient plus à mes besoins. Mais ici, l'auteur a changé son écriture et nous livre un petit bijou avec "Que ta volonté soit faite" (ICI) ! La psychologie des différents personnages est très fine et bien mise en œuvre. Là, on est dans le très fin et on touche à l’excellence à tous les points de vue. C’est un roman noir très fort, prenant et un coup de cœur, aussi fort que les coups de poings que j’ai pris. Chattam, il shoote et ça fait mal, mais c’est bon.

 

Là, j’ai failli abandonner ma lecture avant la page 50… Heureusement, j’ai persévéré et mon entêtement s’est révélé payant. "La collection" de ce beau Paul Cleave (ICI) a fini par m'entrainer dans son récit. L’écriture est simple mais sans concession avec la ville de Christchurch ou notre société. L’humour est grinçant, noir et ça, j’adore. Du suspense, une toile d’araignée gigantesque, et un thriller qui sait ne pas suivre les codes. Idem en ce qui concerne les serial-killer : l’auteur ne brasse jamais deux fois la même chose.

 

Ma LC mensuelle avec le groupe fut intéressante, pourtant, au départ, c'est avec un long soupir que j'ai ouvert "Long Spoon Lane" de Anne Perry (ICI). Je déteste le fait que Thomas Pitt ne soit plus à Bow Street. J'ai donc lu et j'ai adoré, surotut le petit côté contemporain que cette enquête avait. Au final, c'est un petit roman noir bien serré que j'ai dégusté.

 

Un autre coup de cœur avec le roman de Shannon Burke "911" (ICI). Des ambulanciers dans Harlem... Attention, c’est sombre, c’est du p’tit roman noir serré et vos tripes vont se remuer parce que l’auteur a dû mettre les siennes pour l’écrire. C’est sans concession aucune.

 

On m'en avait parlé en bien, de ce roman, alors, je l'ai acheté. J'ai eu raison car "Grossir le Ciel" de Franck Bouysse (ICI) est un roman riche, élégant, sans jamais être lourd, sans jamais en faire trop. Bref, c’est d’une rare noblesse. Une vraie pépite, ce roman qui se déroule dans le milieu rural.

 

Bilan Livresque Janvier :  7 romans, 2 bédés, 1 roman bédé

  1. Un Nommé Peter Karras‭ : George P. Pelecanos
  2. Quatre enquêtes de Sherlock Holmes – BD dont vous êtes le héros : Ced
  3. Dr Watson – Le Grand Hiatus : Stéphane Betbeder & Darko Perovic
  4. Sherlock Holmes – Chroniques de Moriarty T1 – Renaissance : Cordurié & Fattori
  5. L’effet papillon : Jussi Adler-Olsen [NUM]
  6. Que ta volonté soit faite : Maxime Chattam [NUM]
  7. La collection : Paul Cleave [NUM]
  8. Long Spoon Lane : Anne Perry [NUM]
  9. 911 : Shannon Burke [NUM]
  10. Grossir le Ciel : Franck Bouysse

Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...