4.25 Craig Johnson : Shérif Walt Longmire

 

1. Biographie :

 

Craig Johnson, né le 1er février 1961 à Huntington dans l’état de la Virginie-Occidentale, est un écrivain américain, auteur de romans policiers, connu pour sa série de romans et de nouvelles consacrés au shérif Walt Longmire.

 

Craig Johnson suit des études de littérature classique et obtient un doctorat en études dramatiques. Avant d'être écrivain, il exerce différents métiers tels que policier à New York, professeur d’université, cow-boy, charpentier, pêcheur professionnel, ainsi que conducteur de camion et il a aussi ramassé des fraises.

 

Tous ces métiers lui ont permis de financer ses déplacements à travers les Etats Unis, notamment dans les États de l'Ouest jusqu'à s'installer dans le Wyoming où il vit actuellement. Toutes ces expériences professionnelles lui ont servi d'inspiration pour écrire ses livres et donner ensuite une certaine crédibilité à ses personnages.

 

Il est l’auteur de la série Walt Longmire, également adaptée à la télévision américaine sous le nom de Longmire. Les aventures de ce shérif se déroulent dans le comté fictif d'Absaroka, Wyoming, USA.


 

2. Œuvres :

 

Sérié Walt Longmire :

  • 2004  Little Bird (The Cold Dish)
    Traduction de Sophie Aslanides, Paris, Gallmeister, coll. Noire, 2009, réédition Paris, Gallmeister, coll. Totem, 2011.
  • 2006 Camp des morts (le) (Death Without Company)
    Traduction de Sophie Aslanides, Paris, Gallmeister, coll. Noire, 2010, réédition Paris, Gallmeister, coll. Totem, 2011.
  • 2006 Un vieux truc indien (Old Indian Trick)
    Traduction de Sophie Aslanides, Paris, Gallmeister, hors-commerce, 2010 - Nouvelles isolées
  • 2007 L'indien blanc (Kindness Goes Unpunished)
    Traduction de Sophie Aslanides, Paris, Gallmeister, coll. Noire, 2011, réédition Paris, Gallmeister, coll. Totem, 2013.
  • 2008 Enfants de poussière (Another Man's Moccasins)
    Traduction de Sophie Aslanides, Paris, Gallmeister, coll. Noire, 2012, réédition Paris, Gallmeister, coll. Totem, 2014.
  • 2009 Dark Horse (The Dark Horse) 
    Traduction de Sophie Aslanides, Paris, Gallmeister, coll. Noire, 2013.
  • 2010 Molosses (Junkyard Dogs)
    Traduction de Sophie Aslanides, Paris, Gallmeister, coll. Noire, 2014.
  • 2011 Tous les démons sont ici (Hell Is Empty) Traduction de Sophie Aslanides, Paris, Gallmeister, coll. Noire, 2015.


  • 2012 As the Crow Flies
  • 2013 A Serpent's Tooth
  • 2013 The Spirit of Steamboat
  • 2014 Any Other Name

 

 

 

Titre : Little Bird
 
Auteur : Craig Johnson
Édition : Gallmeister (2009)

Résumé :

Après vingt-quatre années au bureau du shérif du comté d'Absaroka, Walt Longmire aspire à terminer sa carrière en paix. Ses espoirs s'envo­lent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne.

 

Deux années auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d'une jeune Indienne, Melissa Little Bird. Jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd'hui, il semble que quelqu'un cherche à se venger.


Alors que se prépare un blizzard d'une rare violence, Walt devra parcourir les grands espaces du Wyoming sur la piste d'un assassin déterminé à parvenir à ses fins.

Petit plus : Avec Little Bird, premier volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson nous offre un éventail de personnages pourvus de suffisamment de sens du tragique et d'humour pour remplir les vastes étendues glacées des Hautes Plaines.

 

Critique : 

Walt Longmire est tout le contraire de Lucky Luke car il n'a pas la réputation de tirer plus vite que son ombre, bien qu'il sache viser correctement. Non, notre sherif fait plus dans la nonchalance qu'autre chose.

 

Cela fait 24 ans qu'il est au bureau du shérif du comté d'Absaroka et monsieur apprécierait qu'on lui laisse un peu sa carrière se la couler douce.

 

Mais méfiez-vous quand même ! "Nonchalance" ne veut pas dire "imbécile" ou "je-m'en foutisme". Parce que s'il vous prenait l'envie subite de dézinguer des personnes - même si elles le méritent amplement - il vous traquera afin de résoudre cette affaire.

 

Alors, qui est mort et pourquoi ? C'est la question que l'on se pose au début du livre : qu'est-ce qui a bien pu pousser ce tireur mystérieux (et d'élite) à descendre Cody Pritchard près de la réserve cheyenne ?

 

Certes, ce gars et ses trois copains avaient abusé d'une jeune indienne souffrant d'un retard mental, mais ils sont été appréhendés, jugés et ont purgé une peine d'emprisonnement. Minime, je vous l'accorde bien volontiers, mais pourquoi ce venger deux ans après ??

 

En tout cas, cela risque de jeter de l'huile sur le feu qui couve entre les deux communautés : les Blancs et les Indiens. Sans compter que le blizzard a des envies folles de s'inviter dans la danse.

 

Alors Walt va remuer ses 120 kg de masse graisseuse ou sommeille encore un peu de muscle asmhatique et enquêter sur le meurtre. Oh, tiens, encore un cadavre tout froid raide mort, une balle dans le buffet !

 

Il faudrait se dépêcher, mais Walt ne fait pas partie des enquêteurs rempli d'énergie et qui courent partout, tels que Holmes. De plus, il n'est pas toujours bien accompagné dans sa vie professionnelle (la privée, c'est encore pire) et notre Walt ne sait plus trop à quel sein (saint ?) se vouer car un climat de suspicion s'installe et il se demande s'il peut faire confiance à son ami Indien, Henry Standing Bear.

 

Ses policiers ne sont pas tous "avec lui" et en plus, tout en enquêtant, il doit aussi penser à sa réélection. Bigre, pour un qui voulait se la couler douce, ça en fait beaucoup !

 

Les fausses pistes partent dans tous les sens, les suspects sont assez nombreux et impossible de coller les meurtres sur le dos du majordome.

 

Une écriture remplie d'humour et de bons mots, j'ai eu souvent le sourire aux lèvres avec le shérif Longmire. Il a des soucis dans sa vie, mais elle est un long fleuve tranquille comparé à un Erlendur (de l'auteur Arnaldur Indridasson). Limite rose bonbon... et ça fait du bien de ne pas tomber sur un énième flic alcolo-drogué-désabusé-dépressif-suicidaire.

 

Les personnages sont bien travaillés, attachants, pas trop désabusés, les paysages sont sauvages et c'est un réel plaisir d'en apprendre un peu plus sur les Indiens d'Amérique (Amérindiens).

 

Le rythme est très lent, on rentre doucement dans l'histoire et celui qui cherche du trépidant devra aller voir ailleurs. Malgré la lenteur, je n'ai pas ressenti de l'ennui.

 

Le final est angoissant et j'ai poussé un cri de surprise.

 

Un roman noir dans un trou perdu du trou du cul de l'Amérique (c'est vous dire s'il est perdu).

 

Une belle découverte ! Le récit m'a emmené fort loin de mon pays, pour les plaines sauvages du Wyoming et je compte bien refaire le voyage avec les romans suivants.

 

Livre participant au Challenge "Thrillers et polars" de Liliba (2013-2014), Le "Challenge US" chez Noctembule, le challenge "Il était une fois dans l'Ouest" chez Arieste et Lire "À Tous Prix" chez Asphodèle (Prix "Le Roman Noir" en 2010 du Nouvel Observateur).

 

 

 

 

Titre : Le camp des morts
 
Auteur : Craig Johnson
Édition : Gallmeister (2010)

Résumé :

Lorsque Mari Baroja est empoisonnée à la maison de retraite de Durant, Wyoming, le shérif Walt Longmire se trouve embarqué dans une enquête qui le ramène cinquante ans en arrière. Il se plonge alors dans le passé mystérieux de cette femme et dans celui de son mentor, le shérif Lucian Connally à la poigne légendaire.

Tandis que l’histoire douloureuse de la victime trouve peu à peu une résonance dans le présent, d’autres meurtres se mettent sur le chemin des deux shérifs. Aidé par son ami de toujours, l’Indien Henri Standing Bear, son adjointe au langage fleuri et un nouveau venu séduisant, le shérif mélancolique et désabusé se lance à la poursuite de l’assassin à travers les Hautes Plaines enneigées.

Le Camp des morts, le second volet des aventures de Walt Longmire, nous emmène au cœur d’une violence qui se terre dans les paysages magnifiques du Wyoming. Et hisse Craig Johnson au niveau des plus grands.

 

Critique :

Tout comme le bon vin, les romans mettant en scène le shérif Walt Longmire bonnifient au fur et à mesure des chais !

 

Le premier était déjà un bon cru, mais le deuxième le dépasse d'une grande longueur en bouche tout en dégageant un bouquet des plus fleuri, avec des notes de poudre de fusil, de sang et de cadavres.

 

Une vieille dame décède à la maison de retraite de Durant, Wyoming et l'ancien shérif Connaly certifie à son successeur, Walt Longmire, que Mari Baroja a été empoisonnée !

 

Et c'est parti pour un tour dans le passé, une remontée de 50 ans en arrière, rien que ça !

 

Une plongée dans le passé de l'ancien shérif, quelques exhumtions de cadavres des placards, des agressions à la pelle, une famille basque qui a de gros intérêt dans l'extraction du méthane, pendant que dehors, la neige se déchaine. Walt va avoir du pain sur la planche.

 

Puisqu'il y a de la neige, l'enquête prendra son temps, sans que j'ai ressenti la moindre longueur, de plus, nous avons droit à quelques rebondissements entre les agressions et autres meurtres qui se déroulent dans la ville, à croire que le nouveau shérif attire les cadavres comme une bouse de vache attire les mouches.

 

La galerie de personnages est toujours haute en couleur, surtout les deux assistantes de Walt, Ruby et Vic, son ami indien Henry Standing Bear, son ex-patron qui a un caractère de dogue affamé, sans oublier l'arrivée d'un p'tit nouveau adjoint qui me plait bien, hormis qu'il a un nom à coucher dehors.

 

Le shérif a des blessures, comme tout le monde, mais on ne tombe pas dans le cliché du flic alcoolo et plus dépressif qu'un rat crevé.

 

Walt a beaucoup d'humour et les bons mots parsèment le récit. L'écriture de Craig Johnson est une que j'apprécie beaucoup, sans chichis mais une plume qui me fait sourire.

 

Un récit qui vous entraîne dans le Wyoming profond, au fin fond du trou du cul de l'Amérique, dans une ville où j'ai plaisir à poser mes valises pour suivre les pérégrinations de Walt et de son chien, qui, comme celui du lieutenant Columbo, n'a pas de nom !

 

L'enquête est bien tournée et je vous conseille de vous baisser parce que parfois, les balles vont siffler comme au far-west.

 

Challenge "Thrillers et polars" de Liliba (2014-2015), Le "Challenge US" chez Noctembule, le "Challenge Ma PAL fond au soleil - 2ème édition" chez Métaphore, "Il était une fois dans l'Ouest" chez The Cannibal Lecteur et "Ma Pedigree PAL - La PAL d'excellence" chez The Cannibal Lecteur.

 

 

 

Titre : L'indien blanc
 
Auteur : Craig Johnson
Édition : Gallmeister (2011)

Résumé :

Walt Longmire est le shérif du comté d'Absaroka depuis près d'un quart de siècle et n'a pas pour habitude de s'éloigner de ses terres familières du Wyoming.

 

Quand il décide d'accompagner son vieil ami Henry Standing Bear à Philadelphie, où vit sa fille Cady, il ne se doute pas que son séjour va prendre une tournure tragique.

 

Agressée pour une raison inconnue, Cady se retrouve dans un profond coma, première victime d'une longue liste, et Walt doit se lancer sur la piste d'un vaste réseau des trafiquants de drogue. Commence alors une longue errance urbaine sous la surveillance d'un mystérieux Indien blanc.


Petit Plus : Ce nouveau volet des aventures de Walt Longmire nous entraîne dans une course-poursuite haletante au cœur de la Cité de l'amour fraternel et confirme l'appartenance de ce shérif mélancolique à la famille des grands héros de roman policier.


Critique : 

QUOI ?? Comment cela se fait-il que l'on ne reste pas dans le comté d'Absaroka pour cet opus ?


Comment est-ce possible que cette enquête du shérif Walt Longmire ne se déroule pas dans le trou du cul du Wyoming, sous 50cm de neige ??


Et où c'est qu'il va, mon shérif préféré ? ♫ On the streets of Philadelphia ♪ Bon, d'accord, si c'est pour y retrouver Denzel Washington et Tom Hanks ou écouter The Boss Spingsteen chanter... Non ? Pour y rejoindre sa fille, Cady ? Je suis preneuse !


C'est toujours un plaisir pour moi de remettre mes bottes dans le Wyoming, plus particulièrement dans le comté régit par notre shérif Walt Longmire.


Imaginez combien je fus déstabilisée en apprenant qu'il allait sortir de son bled paumé pour rejoindre la ville de Philadelphie et que je ne passerais pas du temps avec la joyeuse bande habituelle de ses adjoints et flics de service.


Mais puisque le chien et Henry Standing Bear, son ami Cheyenne, étaient de la partie, j'ai tout de suite trouvé le voyage intéressant. Mais une fois arrivé à Philadelphie, rien ne s'est passé comme prévu. Bardaf, ce fut l'embardée...


On ne lit pas une enquête du shérif Walt Longmire pour sa vitesse d'action. Le lecteur en quête de thriller ou policier trépidant devra passer sa route... À ses risques et périls car il ratera par la même occasion un roman profond, des personnages humains, un shérif à 100 coups de fusil des flics borderline et alcoolo que l'on a tendance à trop croiser ces derniers temps.


Oui, on ouvre un roman avec Walt Longmire pour retrouver des amis, une famille, une bande de joyeux drilles de flics qui contrebalancent souvent les moments délicats par quelques vannes bien placées. Surtout le shérif.


Il faut dire que lorsque vous surnommez votre ami indien "La Nation Cheyenne", que votre adjointe Vic est surnommée par sa famille "La Sainte Terreur" ou "La terreur" tout court et qu'un autre de vos adjoints soit un Basque, ça laisse présager des moments comiques...


Quitter le comté d'Absaroka n'était pas une mauvaise idée, tout compte fait ! Arpenter les steets of Philadelphia fut un plaisir de fin gourmet car ils avaient emmené avec eux un petit morceau du Wyoming.


L'enquête prend son temps, sans trainer non plus, les cadavres se ramassent, telle les feuilles mortes, à la pelle et il faudra faire gaffe de ne pas se recevoir une balle mal placée.


Une enquête menée avec la hache de guerre déterrée mais sans pouvoir faire justice sois-même puisqu'on arrivera toujours, telle la Cavalerie, avec du retard.


De l'humour, une enquête, des moments émouvants, d'autres plus coquins, des balles qui vous frôlent et de la Blanche qu'il ne vaut mieux pas trafiquer.


L'auteur sait comment mélanger tous les ingrédients qui font un bon polar, et il le fait au shaker et pas à la cuillère. J'adore le déguster affalée dans le divan et me laisser porter par son écriture qui ne renie jamais les bons mots.


Toujours un plaisir de retrouver la fine équipe de Walt Longmire et de suivre leurs enquêtes, même si celle-ci comportait des tas de poulets philadelphiens.


Challenge "Thrillers et polars" de Sharon (2015-2016) et "Le Mois Américain" chez Titine.

 

 

 

Titre : Enfants de poussière
 
Auteur : Craig Johnson
Édition : Gallmeister (2014)

Résumé :

Le comté d'Absaroka, dans le Wyoming, est le comté le moins peuplé de l’État le moins peuplé d'Amérique.


Aussi, y découvrir en bordure de route le corps d'une jeune Asiatique étranglée est-il plutôt déconcertant.

 

Le coupable paraît pourtant tout désigné quand on trouve, à proximité des lieux du crime, un colosse indien frappé de mutisme en possession du sac à main de la jeune femme.

 

Mais le shérif Walt Longmire n'est pas du genre à boucler son enquête à la va-vite.

 

D'autant que le sac de la victime recèle une autre surprise : une vieille photo de Walt prise quarante ans plus tôt, et qui le renvoie à sa première affaire alors qu'il était enquêteur chez les marines, en pleine guerre du Vietnam.


Petit Plus : Enfants de poussière entremêle passé et présent au gré de deux enquêtes aux échos inattendus.

 

Ce nouveau volet des aventures du shérif Longmire et de son ami de toujours l'Indien Henry Standing Bear, nous entraîne à un rythme haletant des boîtes de nuit de Saïgon aux villes fantômes du Wyoming. 

 

Critique : 

Retrouver Walt Longmire, shérif  comté d'Absaroka (Wyoming) et toute son équipe, chien compris, c'est comme retrouver de vieux amis.

 

Pour aller dans le comté d'Absaroka, j'ai enfilé ma doudoune, mes gants, mon bonnet, écharpe... et merde, c'est le mois de juillet ! Allez hop, à poil !

 

Notre shérif est bien ennuyé, lui qui voulait passer du temps avec sa fille convalescente car il se retrouve avec le cadavre d'une jeune vietnamienne retrouvée étranglée à proximité de la I125.

 

Un suspect ? Oui ! Et de taille !

 

Les enquêtes de Walt Longmire et de sa fine équipe n'ont rien de "trépidantes", on ne court pas dans tous les sens car ici, on n'est pas dans 24h chrono !

 

Pourtant, un indien a dû jeter un sort aux pages du livre car il m'était impossible de poser le roman. "Allez, encore un chapitre et puis j'arrête... Allez, encore deux paragraphes..." Résultat, en une journée, il a été dévoré.

 

Les personnages sont bien travaillés, on prend plaisir à les voir évoluer, s'interroger,... L'équipe qui entoure le shérif n'est pas en reste et c'est vraiment une bande de copains que je prend plaisir à retrouver ainsi. L'Ours étant mon chouchou avec le jeune basque.

 

Dans ce roman, le passé et présent s'entremêlent au gré de deux enquêtes : celle au Wyoming, de nos jours, et celle que mena un jour Walt Longmire, alors jeune inspecteur des Marines, au Vietnam.

 

Très addictif les chapitres consacrés à la guerre du Vietnam et à l'enquête sur un trafic de drogues. Au début, je me demandais où cela allait nous mener, mais l'auteur connait son job sur le bout des doigts et il nous raccrochera les wagons à la fin de son récit.

 

Les guerres ont toujours été des saloperies et celle du Vietnam ne fait pas exception à la règle.

 

En peu de chapitres, l'auteur nous fait vivre au travers des récits les combats féroces et barbares qui eurent lieu, nous parle des gradés qui manquèrent de couilles, de parole, de discernement, qui se cachèrent (courage, fuyons !) et punirent ensuite ceux qui en avaient eu deux (de paires de cojones), tout en faisant enquêter son jeune inspecteur.

 

Durant l'enquête dans le présent, on jouera au chat et à la souris pour terminer sur une page glauque de l'Histoire car là où il y a de la misère humaine, il y aura toujours des gens sans scrupules pour en profiter et se faire du fric sur le dos des autres.

 

Encore une enquête rondement menée par notre shérif préféré, Walt Longmire, de l'Histoire avec un grand I, des Indiens, de l'humour, des fines réparties, de l'amitié, et une plume qui m'entraine toujours dans un autre monde, celui de Walt et de son équipe.

 

Challenge "Thrillers et polars" de Sharon (2015-2016), Le "Challenge US" chez Noctembule, Une année avec Gallmeister : les 10 ans chez LeaTouchBook, Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016) et Le "RAT a Week, Winter Édition" chez Chroniques Littéraires (371 pages - xxx pages lues sur le Challenge).

 

 

 

Titre : Dark Horse
 
Auteur : Craig Johnson
Édition : Gallmeister

Résumé :

L'affaire paraissait pourtant simple. Wade Barsad, un homme au passé trouble, a enfermé les chevaux de sa femme Mary dans une grange avant d'y mettre le feu.

 

En retour, celle-ci lui a tiré six balles dans la tête durant son sommeil. Telle est du moins la version officielle. Mais le shérif Walt Longmire ne croit pas à la confession de Mary.

 

Persuadé de son innocence, Walt décide de se rendre sur les lieux du crime. Il débarque incognito à Absalom, la petite ville du comté voisin – où il n'a pas juridiction– et se heurte très vite à l'hostilité de la plupart des habitants.

 

Mais Walt n'est pas là pour se faire des amis, et il ne tardera pas à découvrir qu'une grande partie de la population avait de bonnes raisons de vouloir la mort de Wade.

Petit plus : Dark Horse est un polar tendu comme une corde. Craig Johnson entraîne son shérif dans une chevauchée palpitante à travers les paysages rudes et désolés du Wyoming sans jamais se départir de son humanité et de son humour habituel.

 

 

 

 

Titre : Molosses
 
Auteur : Craig Johnson
Édition : Gallmeister (2014)

Résumé :

Alors que l'hiver s’installe dans le comté le moins peuplé de l'État le moins peuplé des États-Unis, Walt Longmire, son shérif, se voit confier une curieuse mission : celle de mettre la main sur le propriétaire d’un pouce abandonné à la décharge.


L'enquête devient rapidement haute en couleur, car Walt se trouve face à deux molosses qui gardent le terrain, à son vieux propriétaire loufoque et à un promoteur immobilier multimillionnaire qui cherche à prendre possession des lieux pour étendre son vaste ensemble de ranchs luxueux.


Sans parler d’un jeune couple fleurant bon la marijuana, de la vieille institutrice au charme incontesté, du perroquet dépressif et déplumé et de quelques cadavres qui bientôt viennent compliquer cette affaire.


Critique : 

 

 

 

 

Titre : Un vieux truc indien
 
Auteur : Craig Johnson
Édition : Gallmeister (2010)


Résumé :
Walt Longmire conduit son ami indien Lonnie Little Bird à l'hôpital, où il doit contrôler son diabète. Sur la route, ils décident de faire un arrêt au Blue Cow Cafe, pour y casser la croûte.

— Le "Blue Cow", qui avait été quelque temps un casino, était devenu depuis longtemps déjà un restaurant ; son Montana Breakfast ! Servi du matin au soir ! La recette du Reader’s Digest ! consistait en une demi-livre de bacon, quatre gros œufs, douze pancakes, trois quarts de livre de patates sautées, une pinte de jus d’orange et du café à volonté ; toute une épopée, célèbre d’un bout à l’autre des Hautes Plaines.

En entrant, ils apprennent que l'établissement vient d'être visité, la jeune Wanda ayant été sommée par un inconnu de lui donner le contenu de la caisse, le tout sous la menace d'un calibre .22.


La police envoie sur place un débutant qui ne se débrouille pas encore très bien tout seul. Du coup, Walt et Lonnie décident de les aider à mener l'enquête, chacun à sa façon...


Publiée en 2006 dans le magazine Cowboys & Indians (sous le titre Old Indian Trick), elle a remporté le Tony Hillerman Short Story Award.
 


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Ne copie pas ma prose, fais la tienne ! Elle sera bien meilleure que la mienne...